Un homme du Hebei reste détenu pour sa croyance, sa famille porte plainte

Un homme de 63 ans du district Qiaodong de la ville de Xingtai reste toujours détenu depuis son arrestation il y a plus d'un an.

M. Zhang Mengjie a été accusé de se servir " d'une organisation de culte pour saper l'application de la loi ", prétexte habituel utilisé par le régime communiste chinois pour prendre en faute et emprisonner les pratiquants de Falun Gong.

M. Zhang attribue au Falun Gong, discipline spirituelle basé sur le principe Authenticité-Bonté-Tolérance, de l'avoir aidé à arrêter de fumer et de boire. Malgré la persécution qui continue à sévir, il n'a jamais vacillé dans sa foi.

La police locale l'a arrêté le 26 septembre 2016, et il a comparu au tribunal le 8 novembre 2017. Son avocat a plaidé non coupable, aucune loi en Chine ne criminalisant le Falun Gong. Le juge président a refusé d'acquitter M. Zhang et donné ordre qu'il reste incarcéré.

La famille de M. Zhang a déposé plainte récemment contre les cinq personnes mentionnées ci-dessous pour avoir arrêté, détenu et inculpé M. Zhang sans le moindre fondement légal :

- Les agents Zhang Hongkang (pas de relation de famille) et Wu Shuqi qui font partie du Bureau de la sécurité intérieure du Département de police du district de Qiaodong. Ils ont arrêté M. Zhang sans présenter de papiers d'identité ni de mandat d'arrestation. Ils ont aussi fouillé son domicile sans mandat de perquisition.

- Qiu Youlin, directeur du centre d’éducation judiciaire de la ville de Xingtai. Bien que son établissement ne soit pas un centre de détention légal, il a coopéré avec les agents Zhang et Wu pour détenir M. Zhang pendant quarante trois jours, jusqu'à son transfert au premier centre de détention de la ville de Xingtai, le 8 novembre 2016, pour purger une peine de détention criminelle. La famille de M. Zhang a soutenu que le directeur Qiu et les agents Zhang et Wu sont tous coupables d'avoir fait emprisonner M. Zhang sous de fausses accusations.

- Les procureurs Shi Lina et Liu Jinghua du parquet du district de Qiaodong. Ils ont prétendu que la possession de livres de Falun Gong contrevenait à la loi, en citant deux notices publiées en juillet 1999 par l'Administration de la presse et des publications pour interdire la publication des livres de Falun Gong. L'avocat a réfuté cette allégation au procès, et a rappelé que l'Administration a abrogé l'interdiction en 2011 et qu'il était légal pour des pratiquants d'avoir des livres du Falun Gong en leur possession. L'avocat a souligné le fait que la possession de livres de Falun Gong par M. Zhang ne causait de tort à personne, et pouvait encore moins saper l'application de la loi.

La plainte a été soumise à la Cour populaire suprême, au Parquet populaire suprême, au parquet de la province du Hebei, au parquet de la ville de Xingtai et au comité de discipline de la ville de Xingtai.

Dans leur plainte, la famille de M. Zhang a fait les réclamations suivantes : que les cinq accusés soient traduits en justice, que toutes les charges retenues contre M. Zhang soient annulées et qu'il soit libéré sans condition, qu'on verse une compensation à M. Zhang pour ses pertes financières et souffrances émotionnelles et qu'il lui soit présenté des excuses publiques.

Voir également :

L'Administration chinoise de la presse et des publications a abrogé son interdiction de la publication des livres de Falun Gong en 2011


Version chinoise :
张孟杰家属状告河北邢台洗脑班、国保

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.