Identifier les attachements cachés derrière nos 'expressions favorites’

Dans l'École Chan, on trouve l’expression koutouchan (pinyin) ou " Chan pour la forme", que l'on interprète aujourd'hui comme « slogan » ou "expression favorite".


Dans l'École Chan, ces mots se réfèrent aux moines qui sont très éloquents concernant la théorie bouddhiste, mais qui ne pratiquent pas la véritable cultivation. J'aimerais expliquer comment j'ai identifié les attachements cachés derrière nos "expressions favorites" du point de vue de la cultivation de Dafa.


Comme les gens ont une personnalité, une expérience, un environnement, des conceptions, et une éducation différents, chaque personne a ses propres expressions favorites.


"Je suis si pitoyable"

Prenons l'exemple d'une ancienne pratiquante. Cette pratiquante parlait souvent de son passé, depuis le moment où elle est née jusqu'à aujourd'hui: combien de difficultés elle a expérimentées durant son enfance; à quel point ses parents l'ont maltraitée; la malchance de s'être mariée à un mauvais mari; comment sa belle-mère et son mari ont profité d'elle; à quel point sa belle-fille l'a maltraitée; le fait d'être sans emploi jusqu'à maintenant; et la bonne vie que les autres vivent. Son expression favorite est "je suis si pitoyable."


Le Maître a dit : " Ils utilisent les critères des gens ordinaires pour juger ce qui correspond au niveau élevé, comment est-ce possible? Pour cette raison apparait souvent ce genre de cas où la personne considère les souffrances de sa vie comme des injustices; il y a beaucoup de gens qui décrochent et chutent ainsi." (Quatrième Conférence, Zhuan Falun)


Compagnons de pratique, réfléchissons je vous prie ! Se considérer comme pitoyable revient à espérer gagner la sympathie des autres. C'est basé sur le désir de bonheur dans ce monde humain. C'est une manifestation de la sentimentalité.


En tant que pratiquants de Dafa, nous devrions considérer les choses du point de vue du Fa juste : Le Maître m'a choisi parmi des millions de personnes, alors quels ne sont pas ma chance et mon honneur ! Nous sommes des pratiquants de Dafa durant la période de rectification de Fa, vivant en même temps que le Maître, à la même époque et dans le même monde, aidant le Maître à rectifier le Fa. C'est la plus grande gloire. Pourquoi devrions-nous considérer notre situation comme "pitoyable"?
Nous devrions plutôt dire : "Je suis si honoré d'être un pratiquant de Dafa!"


"Écoutez-moi!"

Durant les réunions de partage d'expériences, certains pratiquants disent souvent "Écoutez-moi!"
Cette expression favorite est une manifestation de la culture du Parti communiste chinois (PCC) et expose l'attachement de celui qui la prononce à l'égo et, quelques fois une mentalité d'impatience et de combativité.


Nous devrions rester calmes, paisibles, cordiaux et respectueux en partageant nos expériences de cultivation avec les autres. Nous devrions montrer un comportement exceptionnel en tant que pratiquants de Dafa et ne devrions pas interrompre ou imposer nos opinions aux autres lorsqu'ils parlent. C'est valable aussi lorsqu'il s'agit de sauver les êtres. De plus, notre comportement affectera les générations futures, donc nous devrions traiter ce problème avec le plus grand sérieux !


Utiliser un langage grossier

J'ai remarqué que beaucoup de nos pratiquants locaux utilisent un langage grossier, en particulier certains pratiquants masculins. Des mots grossiers s’échappent de leur bouche lorsqu'ils rencontrent des problèmes ou des interférences ou lorsqu'ils se mettent en colère. Certains de ces mots sont entremêlés de paroles de haine et de plainte. Certains pratiquants disent qu'ils sont si habitués à utiliser un langage grossier qu'ils ne s’en rendent même plus compte.


C'est une très mauvaise habitude. C'est aussi une sorte de culture du PCC. Cela détruit l'image des pratiquants de Dafa et impacte négativement le salut des êtres. En tant que pratiquants de Dafa, nous devrions être stricts envers nous-mêmes dans la cultivation de la parole et ne devrions pas utiliser de gros mots.


J'ai entendu certains pratiquants utiliser de nombreuses autres expressions favorites telles que "n'est-ce pas contrariant", "c'est bien suffisant", "si ennuyeux", " sans aucun goût", etc…


Si nous cherchons un peu en nous-mêmes, nous pouvons identifier de nombreux attachements cachés derrière ces phrases. Ce sont tous des attachements dont nous devrions nous débarrasser dans notre cultivation.


Cultivons diligemment et soyons à la hauteur du salut miséricordieux du Maître.

Heshi.


Version chinoise :

“口头禅”背后隐藏的执着

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.