Le Ladakh change mais Falun Dafa reste cher au cœur des Ladakhis (1ère partie)

Après deux ans d’absence, une pratiquante de Falun Dafa d’une autre région de l’Inde s’est de nouveau aventurée au Ladakh, où elle se rend quasiment chaque été depuis maintenant 27 ans.


Le Ladakh—avec ses nombreuses passes montagneuses et ses paysages accidentés et désertiques—est parmi les plus hauts plateaux inhabités du monde. Eloigné mais jamais isolé, cette terre transhimalayenne est le réceptacle d’une myriade d’influences culturelles et religieuses de l’inde continentale, du Tibet et de l’Asie centrale.


 
De nombreux participants à un évènement bouddhiste s’arrêtent pour s’informer à propos du Falun Dafa.


De rapides changements se sont produits

C’était les premiers deux ans d'absence de cette pratiquante au cours de ces 27 dernières années. Cet été, elle est restée au Ladakh pendant presque quatre mois, et une autre pratiquante des Etats-Unis est venue la rejoindre pour un mois. Les changements rapides s’étant produits dans la région durant son absence de deux ans étaient bouleversants et quasi incroyables, en particulier dans la principale ville de Leh.


Comparé à bien d’autres régions de l’Inde et du monde, les changements au Ladakh ont été incroyablement rapides, comme de marcher à prendre l’avion sans étapes intermédiaires, que ce soit bicyclettes, scooters, motos ou voitures, etc.


Ils ont bien-sûr amené de nombreux effets délétères, tels que les masses de touristes affluant de toute l’Inde dans cette région jusque-là reculée. Des hôtels ont poussé absolument partout, de plus en plus hauts, de plus en plus grands, souvent juste à côté l’un de l’autre. Les champs ou les terres en jachère ont disparu. Les jardins, si tant est qu'il en existe encore, deviennent de plus en plus petits. Il y a des voitures partout et des embouteillages dans de nombreux endroits. Souvent les hauts bâtiments ne permettent plus de voir les montagnes, le ciel, où le célèbre Palais de Leh. Tout cela était simplement impensable il y a deux ans.


Mais ce qui est plus grave et tragique, est assurément la perte générale des valeurs et de la culture traditionnelles.


Pour notre voyageuse ces changements sont tout simplement déchirants – du moins c’est ainsi qu’elle les ressent- et bien d’autres visiteurs de même que de nombreux habitants témoignent de ressentis similaires. La confrontation avec ces questions se produit indistinctement et continuellement partout, non seulement matériellement visible sous la forme des voitures, des constructions, etc, mais aussi audible dans beaucoup de conversations amorcées par des gens du pays.


Néanmoins, du début à la fin de son séjour, malgré sa souffrance face à la déchirante auto-destruction de la région, la pratiquante a décidé de rester et de se focaliser sur la propagation du Falun Dafa et de ses principes d’Authenticité-Bonté-Tolérance, et la sensibilisation concernant la persécution en Chine.


Le cœur pour Dafa reste fort

En dépit de tous ces changements rapides, de nombreux autochtones de tous âges et de différents endroits gardent au coeur un sentiment profond pour Falun Dafa et expriment choc ou empathie envers les violations visant Falun Dafa ou la situation des pratiquants en Chine. Pour certains, leur compréhension et leur sollicitude semble s’être approfondies avec le temps, ainsi que leur respect pour la voyageuse qu’ils ont vue depuis des années apporter ici et là de lourds paquets de documents informatifs à distribuer.


Un producteur de cinéma local a déclaré " Ce que vous faites depuis tout ce temps est digne d’éloges. Il y a de nombreuses personnes ici qui sont au courant à propos du Falun Dafa. Il est facile de parler de tout cela à Bombay ou à Dehli, mais ici, nous sommes tout près de la Chine. "


Plusieurs personnes ont fait la remarque que la pratiquante ne semblait pas vieillir. Un ami proche a dit qu’elle paraissait même plus jeune chaque année. D’autres leur ont dit que tout cela était le fait du Falun Dafa.


Dans de nombreux endroits du monde, quantité de gens ne savent pas encore ce qu’est Falun Dafa. Mais à Leh, la plupart des gens ont entendu parler de la pratique. Lorsqu’une des pratiquantes avait besoin de faire des photocopies, en voyant son T-shirt Falun Dafa jaune, bien que ne l’ayant jamais rencontrée auparavant, le commerçant disait qu’il connaissait Falun Dafa et lui offrait immédiatement une remise.


Affiches

 
Ayant entendu parler du Falun Dafa et de comment il est persécuté en Chine, un homme traduit l’information pour d’autres personnes.

Des affiches et des stickers ont été mis en place à de nombreux endroits, et il était touchant de les voir encore là après des années – beaucoup encore en parfait état. Pour la toute première fois cette année, a été affichée une information à propos de Shen Yun Performing Arts. Un voyagiste a même accroché l’affiche de Shen Yun encadrée et sous-verre sur un des murs de son agence. D’autres ont reçu des photos et des articles et ils les mettent bien en hauteur dans leurs vitrines principales.


L’affiche préférée pendant toutes ces années a été " Assieds-toi à mes côtés" avec une photo de la veillée aux chandelles annuelle au Monument de Washington DC, légendée en anglais. Partout les gens semblent l’aimer particulièrement.


Il était impossible d’afficher toutes les différentes tailles et modèles de posters, quand tant d’autres activités attendaient. Néanmoins, tous ont pu être distribués dans les boutiques, les restaurants et les écoles.


Des dépliants en plus de trente langues différentes ont également été remis aux restaurants, boutiques, hôtels et agences de voyage, et distribués lors des présentations et des visites aux écoles. Dans un petit restaurant où les deux pratiquantes allaient souvent déjeuner, le propriétaire enthousiaste et souriant encourageait lui-même tous ses clients à prendre les dépliants. Il était même difficile d’approvisionner régulièrement le présentoir conçu à cet effet tant ils avaient du succès. Beaucoup d’autres gens ont apporté une aide similaire.


Présentations

 
Un vieil homme lit les documents affichés au grand Bazar de Leh

 
Un vieux Ladakhi en costume traditionnel passe devant la présentation du Falun Dafa au grand Bazar à Leh.

 
Une fillette assise un bébé dans les bras devant une affiche d’un bébé faisant l’exercice de méditation du Falun Dafa.

 
Un jeune homme s’informe à propos du Falun Dafa lors d’une présentation dans la grand-rue de Leh, avec le Palais de Leh en arrière-plan.

Au Grand Bazar, qui est aussi la rue principale de Leh et la seule zone piétonne de la ville, des présentations ont eu lieu six dimanches, en commençant par le plus important aux environs du 20 juillet (Date à laquelle la persécution a commencé en 1999). Cela représentait une véritable épreuve, étant donné l’altitude, la chaleur intense, les nombreuses personnes s’arrêtant, impatientes de comprendre, et la plupart du temps avec une seule pratiquante sur place pour leur répondre.


Comme lors des années précédentes, de nombreux écoliers sont passés, et aussi beaucoup d'habitants et des touristes des quatre coins de l’Inde et du monde . Beaucoup d’ enfants se souvenaient que la pratiquante était venue dans leur école. Certains ont chanté "Falun Dafa Hao " et beaucoup de gens ont signé la pétition de Doctors Against Forced Organ Harvesting (DAFOH) destinée aux Nations Unies, afin d’aider à mettre fin au prélèvement forcé d’organes sur des prisonniers d’opinion en Chine.


Un grand nombre de gens ont pris des dépliants pour leurs familles et leurs amis dans des endroits lointains. La plupart restaient un long moment à regarder attentivement les affiches, ou revenaient encore et encore, en particulier les enfants, pour s’assurer d’avoir tout lu.


Il était touchant de voir et d’entendre comment parfois de très jeunes enfants expliquaient ce qu’est Falun Dafa à leurs parents, y compris comment les pratiquants de Falun Dafa en Chine sont persécutés, lorsqu’ils reconnaissaient les posters qui avaient été montrés dans leurs écoles.


Un marchand tibétain est passé et a dit des larmes dans les yeux " Je soutiens chaque chose que vous faites. J’ai lu tout ce que m’avez donné ces dix dernières années. Ce que vous faites est formidable !"


À l’extérieur de Leh

 
Devant une présentation dans le nord de l’Inde, deux soldats indiens lisent l’information sur les violations des droits de l’homme en Chine.

 
Une nonne bouddhiste reconnait et salue une des pratiquantes de Falun Dafa.


 
Un moine bouddhiste lit l’information concernant Falun Dafa, rédigée dans sa langue.

Une présentation spéciale a eu lieu à l’extérieur de Leh durant un évènement bouddhiste de trois jours, auquel assistaient des milliers de gens. Les deux pratiquantes ont assemblé la présentation juste à l’extérieur d’une des principales entrées près de la route principale. Des files bien organisées de gens passaient continuellement, regardant la présentation et prenant des dépliants.


C’était complètement inattendu pour les pratiquantes et leur est apparu comme un parfait arrangement.


Là aussi, la chaleur était intense, et il y fallait beaucoup d’endurance, les activités commençant à 6h du matin et se poursuivant sans interruption jusqu’au milieu de l’après-midi. Les gens semblaient véritablement apprécier la présentation et les dépliants rédigés dans leur propre langue, laquelle est considérée comme sacrée. Cet accueil exceptionnel a aidé les pratiquantes à mieux supporter la difficulté.


Un lama tibétain s’est arrêté à la présentation le deuxième jour. Une des pratiquantes a mentionné le mouvement Tuidang (le mouvement mondial qui aide la population chinoise à quitter le Parti communiste chinois), et a dit : “Si la Chine est libre, alors le Tibet sera libre.” “Et le monde entier aussi,” a aussitôt ajouté le lama.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.