S'élever, chuter et s'élever à nouveau, en éliminant la paresse

Dès mon jeune âge, je me suis intéressé à la méditation.


Ce devait être autour de l'an 2000 que j'ai lu une information sur le mouvement Falun Gong persécuté en Chine. On pouvait y voir un petit cliché avec des personnes alignées en méditation. Bien que le nom n'ait été mentionné qu'une seule fois, je m'en suis toujours souvenu. Aux festivités du Nouvel an chinois en 2002, j'ai reçu un CD-Rom des mains d'une dame chinoise. J'ai tenté de le regarder mais je n’ai pas pu le visionner sur mon ordinateur; je l'ai donc mis de côté.


Vers la fin de janvier 2004, mon frère m'a dit : “ Il y a une librairie chinoise en ville, Ya Ming. Elle va fermer d’ici 1er février et ils font à present d’importantes promotions. Peut-être devrais-tu y aller et voir un peu le rayon des livres sur le qigong et le kung fu”. Je m'y suis donc rendu le 30 janvier et je me tenais debout là avec le Zhuan Falun entre les mains. J'ai lu, lu et relu sans pouvoir le poser. “ C'est ce que j'ai cherché toute ma vie " ai-je pensé. "Je vais commencer à pratiquer immédiatement”. J'ai acheté un exemplaire du Zhuan Falun le lendemain ainsi qu’ un exemplaire du Falun Gong de Chine et j'ai commencé à faire les exercices le jour-même.


Le coup d’envoi

Aussitôt que j'ai commencé à faire les exercices, j'ai vu une lumière blanche sur le sommet de ma tête remplissant mon corps de la tête aux pieds. Je comprenais enfin ce que les gens signifiaient en disant: “ Il a vu la Lumière”. Quand j'ai fait Jie Yin, mes mains jointes faisaient d’elles-mêmes des cercles. J’ai su que j’avais obtenu le Fa. Cela a été un veritable coup d’envoi.


Se relâcher

Après une période initiale d'enthousiasme, j'ai lentement commencé à me relâcher dans la cultivation. Bien qu’ayant rejeté certaines dépendances et d’autres mauvaises choses au début, leur élimination demeurait assez superficielle. Cependant, je n'avais jamais vraiment fait face à mon attachement à la luxure pas plus qu’à la paresse et au confort. Je ne faisais pas la pensée droite (Fa Zheng Nian), ni la clarification de la vérité et je ne lisais pas beaucoup le Fa.


Un tournant

À un certain point, bien qu’ayant cultivé pendant plus de onze ans, j'ai senti que j'étais resté bloqué au même niveau depuis des années. J’ai compris que je devais radicalement changer mon attitude et tenir mes egagements si je ne voulais pas manquer le bateau menant à l'accomplissement. J'ai aussi décidé de rencontrer d'autres pratiquants et de me joindre à différentes activités de clarification des faits. Dès lors, j'ai rencontré de nombreux pratiquants très inspirants et j'ai participé à quantité de nobles projets. Mes compagnons de pratique m'ont aidé à rester concentré et encouragé à être plus diligent.


Cependant, j'avais toujours du karma de maladie. C'est à ce moment que j'ai compris, je ne pourrais jamais le dissiper sauf si j'arrêtais de me considérer comme une personne ordinaire et ne plus le prendre pour qu'il semblait être. Le karma doit sortir et il doit être enduré pour qu’il soit transformé en vertu. Dès lors, j'ai arrêté de prendre tout complément, médicament ou traitement. Or, comme il est dit dans Zhuan Falun: “Cependant, pour quelqu’un qui cultive et pratique véritablement, si vous avez un corps malade, vous ne parviendrez pas à cultiver et pratiquer. Je dois purifier votre corps. Cette purification du corps ne concerne que ceux qui sont vraiment là pour apprendre la méthode, qui sont vraiment là pour étudier la Loi. Nous insistons sur un point: si vous ne pouvez pas vous débarrasser de cette préoccupation et mettre de côté votre maladie, nous ne pourrons rien faire, dans votre cas nous serons incapables de faire quoi que ce soit. Et pourquoi donc? Parce qu’il y a dans l’univers un principe: tout ce qui arrive à une personne ordinaire est dû, d’après l’école de Bouddha, aux relations de cause et d’affinité; et pour les gens ordinaires, la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort existent comme ça, tout simplement. C’est uniquement à cause du karma accumulé par de mauvaises actions commises dans le passé qu’on est affecté par des maladies ou qu’on rencontre des épreuves dues aux démons. Endurer des souffrances, c’est rembourser ses dettes karmiques, c’est pourquoi personne ne peut changer cela à sa guise; si on le changeait, cela signifierait qu’il est permis de contracter des dettes sans les rembourser; on ne peut d’ailleurs pas le faire à sa guise, sinon ce serait commettre une mauvaise action.


J'ai alors seulement travaillé sur mon xinxing. J'essaye de faire les trois choses vraiment bien et je ne m'endors qu'après la pensée droite (FZN) de minuit jusqu'à celle de l'aube. Ensuite je fais un petit somme. Une fois, après 20 minutes, comme dans un état de rêve, j’ai réalisé que le Maître tenait ma tête entre ses mains et contre son ventre. Je ne le voyais pas mais je savais que c'était lui. J'ai fait la salutation bienveillante (Heshi) et je me suis réveillé. J'ai réfléchi sur ce rêve et j'ai conclu que c'était un signe positif, à savoir que le Maître veille sur moi. C'était un encouragement à continuer à cultiver diligemment ( et laisser tomber les petits sommes).


Je participe beaucoup aux activités de clarification de la vérité (Hongfa), principalement à Amsterdam. Souvent, je suis le seul à parler néerlandais parmi d'autres langues. En tant que pratiquant, j'ai appris à dépasser mes préférences personnelles ou le ressentiment face à toutes sortes de reactions des gens. Et j'ai développé un coeur de compassion pour sauver toute personne, quelle que soit la difficulté.


Après quelques semaines de ce processus, je me suis rendu compte que je ne m'étais pas regardé dans le miroir depuis lontemps. J'avais toujours été une personne vaniteuse et j'adorais me regarder dans le miroir. Avant de réaliser que c’était un attachement, j'avais essayé plusieurs fois d’arrêter mais sans y réussir. Mais maintenant, j’ai simplement cessé de m’en soucier. D'une certaine manière, j'ai tout simplement perdu tout intérêt pour mon image dans le miroir.


J'ai eu quelques problèmes avec mon genou m'empêchant de faire correctement le 5e exercice. J'ai même du faire une pause de quatre mois dans mes efforts pour prendre la position du lotus et la même chose pour le demi-lotus, rien ne semblait marcher. Je me sentais très frustré. Je pensais, “ Je suis un ancien pratiquant . Comment pourrais-je atteindre l’accomplissement si je ne maîtrise pas la position du lotus? “. J'ai essayé des exercices d'étirement préparatoires appris sur internet qui ont semblé marcher et j’ai bientôt pu recommencer à pratiquer la position du lotus et même prolongé le temps de pratique peu à peu.


Un compagnon de pratique m'a encouragé à pratiquer le 5e exercice pendant une heure d'affilée chaque jour, chose que j'ai faite depuis quelque temps, et les résultats sont étonnants. Bien sûr, je n'aurais pas pu le faire sans élever mon xinxing et éliminer mes attachements à la luxure et au confort. Non seulement, je peux prolonger mon temps de pratique mais mon pouvoir de concentration s'est considérablement approfondi. Pour la première fois, je peux atteindre l'état de recueillement pendant des periodes de temps prolongées. Ce sont des moments de pur félicité où Je suis complétement en paix avec le monde et souvent en méditant ou en émettant les pensées droites, des larmes coulent de mes yeux et la compassion remplit mon coeur.


Enfin, je veux remercier mes compagnons de pratique en Hollande pour m'offrir cet environnement de cultivation chaleureux où j'ai, depuis que je me suis ouvert depuis deux ans, trouver ma propre place. Ma gratitude envers le Maître est au-delà des mots. Je veux juste vous encourager tous à des efforts decuplés car l’entreprise est trop extraordinaire pour que nous puissions échouer.


[Soumis à l'occasion du Fahui européen 2017 à Paris]

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.