J’ai été torturée et humiliée pendant trois ans

Une enseignante du nord-ouest de la Chine a été soumise pendant trois ans à de nombreuses formes de torture et d'humiliation dans un centre de détention et une prison, comprenant des passages à tabac et être trempée dans un bassin d’excréments.


Ce qui suit est le témoignage personnel de Mme Liu Yuqin, enseignante du secondaire dans la province de Gansu.


Pratiquer Falun Dafa

J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en avril 1998 avec l'espoir de guérir mes maladies, comprenant une maladie cardiaque, une hépatite B, de la neurasthénie cérébrale, de l'insomnie, des migraines et une gastrite. Quelques mois plus tard, toutes les maladies avaient disparu.


Je ne pouvais pas en croire mes yeux quand j’ai reçu le rapport d'examen de l'hépatite de l'hôpital qui s’avérait négatif pour chaque test. Après avoir vérifié que j'étais la seule Liu Yuqin à être allée à l'hôpital ce jour-là, j'ai pleuré de joie et de reconnaissance.


Cependant, les choses ont changé après que le Parti communiste chinois a commencé à persécuter les pratiquants de Falun Dafa. La police venait fréquemment à mon école et à la maison pour me harceler. Ils ont également confisqué mes cassettes de musique et mes livres de Falun Dafa.

Arrestation

La police de la ville de Qingyang s’est présentée à mon bureau le 15 mai 2009. Ils m’ont menti pour m’amener à les suivre jusqu’à leur bureau. Cela a été le début de mon cauchemar de trois ans de torture.


La police a saccagé ma maison. Ils m’ont alors ligottée à une chaise au commissariat et m'ont interrogée pendant toute la nuit.


Ils m’ont transférée au centre de détention du canton de Huan le lendemain. Ils ont menotté mes mains derrière mon dos et m’ont pressée dans une minuscule voiture. Je ne pouvais pas respirer et j’ai commencé à pleurer de douleur. Un policier m’a battue et m'a frappée. "Voyons un peu si tu vas mourir ", a-t-il dit. Un autre policier avait peur que je ne puisse effectivement mourir, alors il a détaché mes menottes puis a menotté mes mains devant mon corps. J'ai pu respirer à nouveau.


Centre de détention

J'ai d'abord été placée dans le centre de détention du canton de Huan. J'ai entamé une grève de la faim de neuf jours en guise de protestation. Les gardes m’ont torturée et injuriée. J'ai été transférée au centre de détention du canton de Qingcheng en juillet 2009.


Les gardiennes ont ordonné aux détenues, comprenant des meurtrières et des toxicomanes, de me torturer. J’étais souvent battue et agressée verbalement. Les détenues griffaient mon visage, puis mettaient de la poussière dans les cicatrices pour les rendre permanentes. Une autre fois, elles m’ont battue à plusieurs reprises dans la cour. Le sang de ma bouche et de mon nez ont éclaboussé le mur. Je l'ai signalé à la gardienne et lui ai montré la tache de sang. Les détenues ont nié et dit que c’était le sang d'un insecte.


Les gardiennes ont ordonné aux détenues de me battre. Les détenues ont attrapé mes cheveux pour cogner ma tête contre le mur. Une gardienne leur a également suggéré de me rendre paralysée après que je me sois endormie. Elles m’ont alors soulevée du lit et m'ont jetée sur le ciment. Mon dos a été gravement blessé. J'ai encore des maux de dos et ne peut pas supporter une charge lourde ou même me pencher pour me laver les cheveux.


Une détenue a donné un coup de pied dans mon bol de riz dans ma main. Il est tombé par terre. Je l’ai nettoyé et j’ai jeté le riz sale dans un bassin de matières fécales. Une gardienne a ordonné aux détenues de me forcer à manger le riz. Les détenues ont pris le riz ainsi que d'autres substances fécales. Plusieurs personnes m’ont maintenue et ont introduit le mélange dans ma bouche.


J'ai perdu connaissance sous la torture et me suis réveillée quelques mois plus tard le 25 avril 2010.


La prison

Les autorités m'ont condamnée à trois ans de prison pour possession de documents de Falun Dafa. J'ai été emmenée à la prison pour femmes de Gansu le 18 mai 2010.


Les gardes nous ont forcées à écrire un " rapport de pensée " pour dénoncer le Falun Dafa. Je n’ai pas été autorisée à aller aux toilettes ni à dormir pendant trois jours.


Une fois, j'ai ouvert une fenêtre pendant que je la nettoyais. Les détenues m’ont reprochée de faire mourir les fleurs à l’intérieur et, comme punition, elles m'ont forcée à nettoyer les toilettes pendant une semaine.


Une autre fois, une détenue a laissé tomber une brosse dans le bassin de matières fécales. Elles ont exigé que je rampe dans le bassin pour aller la chercher. Elles ont poussé ma tête et mon corps dans le bassin. Mon corps entier était couvert de matières fécales. Je ne pouvais toujours pas la récupérer, donc elles ont mis une femme plus petite à l’intérieur.


La prison a une section spéciale pour les pratiquantes de Falun Dafa, où les détenues doivent torturer physiquement les pratiquantes. Elles ne permettaient pas aux pratiquantes de regarder ni de parler aux autres ou de marcher seules. Si une pratiquante ne suivait pas leurs ordres, elles l’emmenaient dans un coin pour d’avantage de sévices jusqu'à ce qu’elle se soumette.


J'ai perdu beaucoup de poids à cause de la torture. Mes maladies, qui avaient toutes disparu après avoir commencé à pratiquer Falun Dafa, sont revenues. J'ai eu une crise cardiaque. Mon pouls est tombé à 42 battements par minute. Effrayée que je puisse mourir, la prison m'a libérée le 20 février 2012.


Famille ruinée

Quand mes fils m’ont vue, ils ont eu du mal à me reconnaître. Je n’avais plus que la peau sur les os, après être de passé de 75 à 60 kilos. Mes cheveux étaient complètement blancs.


Mon fils de quatorze ans, avait toujours eu de bonnes notes. Après mon arrestation, ses notes ont baissé. Il s’est lié d’amitié avec des personnes à risque et errait juste dans la rue. Il est devenu accro à la cigarette et aimait se battre.


Mon fils aîné est devenu déprimé après mon arrestation et de nombreux incidents de harcèlement par la police qui venait chez nous. Je l'ai accompagné pour un traitement. Les policiers n’avaient non seulement aucune sympathie mais ont ri de la situation de ma famille et de notre manque d'argent.

Version chinoise :
陷冤狱三年-甘肃省庆城县教师遭种种摧残

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.