Campagnes de signature et journées d’information à Lyon d'Avril à Juillet 2017

Le 22 avril 2017

 

Place Bellecour, un endroit central et stratégique ou le passage est incessant, quelques pratiquants ont fait des démonstrations des exercices, distribué des dépliants et fait signer des pétitions dont une destinée aux Nations-Unies et une appelant à traduire Jiang Zemin, principal instigateur de la persécution, en justice.


Lyonnais de tous bords et étrangers en visite dans la capitale de la Gaule ont appris la persécution et signé la pétition.

Le 13 mai 2017

JOURNÉE MONDIALE DU FALUN DAFA

 

Beaucoup de monde, des personnes ouvertes et sensibles ont appris les faits et signé en nombre les pétitions. Un nouveau pratiquant faisait sa première expérience de clarifier les faits face à face.

Le 17 juin 2017

Nous étions place Bellecour, et toujours beaucoup de monde à venir s’informer ; l’après-midi, la "gay Pride " a été plutôt bruyante et les personnes s’affichaient de façon colorée et fantaisiste. Beaucoup d’entre eux, attendant devant le stand, nous ont écoutés, et ont signé les pétitions.

 


Le 24 juin 2017

Ce jour-là, nous avons eu également beaucoup de visites. Sous un soleil ardent, la température avoisinait les 40°.


Nous clarifiions des faits sans relâche, et notre attitude invariable intriguait les passants allant et venant sur cette place centrale de Lyon. Une d’entre nous a vu un homme en costume à l’allure distinguée, traverser en ligne droite, d’un pas décidé, dans sa direction. Il avait l’air contrarié, et il n’a pas tardé d’exprimer son désaccord, à la tenue de notre stand qu’il disait illégal.


La pratiquante lui a montré les autorisations en règle, et les policiers aux alentours ne sont pas tout de suite intervenus. C’était le maire du 2ème arrondissement de Lyon, exigeant une demande spéciale pour notre événement statique. C’était en début d’après midi et il a exigé que la pratiquante replie le matériel.


Les policiers qui n’étaient pas loin, ont confirmé que notre demande était bien en règle, mais nous avons préféré obtempérer, et attendre calmement une prochaine occasion de clarifier les faits à cette personne. Les deux pratiquants ont toutefois décidé de rester sur place et de continuer à distribuer des dépliants et à parler aux passants. Plusieurs d'entre eux outrés que le stand avec les pétitions ait été interdit, ont pris des paquets de dépliants pour les distribuer aussi !


Le lendemain, nous avons envoyé un courrier au maire, lui clarifiant les faits en détail sur la pratique et l'illégalité et la cruauté de la persécution avec liens internet et coupures de presse à l'appui à propos des crimes de pillage d’organes. Nous n'avons plus eu de problème depuis.


Samedi 1er juillet 2017

Le samedi suivant, il y avait la fête consulaire et l’ambassade de Chine à quelques mètres… Nous étions en nombre pour l’occasion, près d’une dizaine de pratiquants présents.


Le maire a été averti par courrier que nous serions présents ; les policiers prévenus de l’incident précédent nous ont conseillé une place idéale, pour être en dehors des autres manifestations publiques de tous bords, qui se produisent en même temps au même endroit sur cette place et presque chaque semaine ; nous permettant ainsi de ne pas nous retrouver entre les débordements possibles, et à la police, d’être plus à l’aise pour intervenir de leur côté sans être embarrassés pour notre sécurité. Nous avons été touchés par leur intention, et il s’est avéré que l’endroit était le meilleur, car les passants eux-mêmes étaient encore plus nombreux à passer devant nous en restant ainsi à distance des manifestations intempestives.


 

 

 

 

De nombreux Chinois étaient présents ce jour, et plusieurs personnes du consulat chinois de Lyon sont restées à nous observer à plusieurs reprises au cours de l’après-midi . Une pratiquante est allée leur parler longuement de l’illégalité de la persécution en Chine et de ses atrocités ; ils l’ont écoutée.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.