Des vendéens découvrent le Falun Gong et condamnent la persécution

Située à une heure de Nantes, les Herbiers est la 3e ville de Vendée et la capitale du Haut-Bocage vendéen. Le célèbre parc de loisirs thématique historique du Puy du Fou, élu meilleur parc d'attractions du monde, n’en est qu’à quelques kilomètres.


Nous étions trois pratiquantes de Falun Gong de la région à y aller présenter la pratique et dénoncer la persécution le samedi 23 septembre. Sitôt commencée la démonstration des exercices à l’emplacement qui nous avait été attribué, juste à l’entrée du marché couvert, des habitants nous observant de loin ont commencé à s’approcher.


Plusieurs ont été immédiatement intéressés par les exercices. À la question s’il connaissait le Falun Gong, un homme qui regardait avec intérêt les panneaux expliquant la pratique a répondu : " Oui, c'est ce que je pratique chez moi. Je dois vous dire que j'étais un peu moins assidu ces derniers temps mais le fait de vous voir me donne envie de recommencer sérieusement." Il a pris les coordonnées des pratiquantes afin de garder contact. Mais outre la pratique il a été interpellé par le panneau dénonçant le prélèvement forcé d’organes. " Je n'avais pas réalisé à quel point cette pratique était réprimée en Chine." a-t-il avoué. " J'ignorais que les pratiquants de Falun Gong subissaient toutes ces tortures et ces meurtres pour leurs organes. Je vous remercie d'être venues jusqu'ici pour en parler".


Et il n'était pas le seul à ignorer ces atrocités. " J'étais loin d'imaginer qu'une telle horreur puisse exister." s’est indignée Monique. Ce qui ne l'a pas dissuadée de vouloir apprendre la pratique et rendez-vous a été pris pour la semaine suivante.


 
Mathilde et Annette

Mathilde 85 ans n'en croyait pas ses oreilles en apprenant ce qui se passait en Chine. Elle a aussitôt signé les pétitions en disant " Je n'écris plus très bien, je ne suis plus jeune, mais là, je dois m'appliquer pour écrire, surtout à mon député, car c'est important ce que vous faites, nous devons aider ces gens ; Comment un être humain peut-il être aussi cruel envers son semblable ".


Annette qui découvrait la pratique a été aussitôt très intéressée. Puis apprenant les faits de la persécution, elle s'est dite ''choquée'' que des évènements aussi terribles aient continué pendant tant d'années en Chine. Elle a posé de nombreuses questions et a dit que ce que nous faisions était une très bonne action. Elle aussi a signé la pétition condamnant le prélèvement forcé d'organes et est repartie non sans avoir pris rendez-vous pour apprendre les exercices.


Dans le marché les gens faisant la queue écoutaient l’enregistrement présentant la pratique et dénonçant la persécution. Un poissonnier sorti pour une pause cigarette a encouragé les pratiquantes à continuer à dénoncer les atrocités de pillage d’organes. Une commerçante a quitté son stand pour être informée davantage et a aussitôt signé la pétition disant que ce qu’elle apprenait était trop grave et qu’elle allait envoyer d’autres commerçants signer. Deux de ses collègues n’ont pas tardé à arriver et ont demandé à signer.


 
 
Des commerçants du marché sortis spécialement pour signer la pétition

Nous avons encore une fois constaté qu’un grand nombre de gens ignorent tout du prélèvement forcé d'organes en Chine, et comment ils semblent immédiatement alertés.


Signer la pétition DAFOH et une lettre à leur député matérialise leur engagement. Certains prennent des copies de la lettre à compléter chez eux pour l’envoyer eux-mêmes, certains en prennent même plusieurs exemplaires pour que leurs amis puissent aussi signer.


Cela renforce notre détermination à continuer à sensibiliser autant de gens que possible et leur offrir cette chance de se positionner.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.