Chérir une seconde chance

J’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en avril 1999. Trois mois plus tard quand Jiang Zemin l’ancien chef du Parti communiste chinois (PCC) a lancé la persécution de Falun Dafa, je n’ai pas renoncé à ma pratique. Je suis allée à Pékin pour valider Falun Dafa en février 2001 et j’ai été arrêtée par la police sur la place Tiananmen. Puis j’ai été soumise à un an de travaux forcés.


J’ai dévié du Fa pendant 14 ans

Le deuxième jour après avoir été transférée au camp, j’ai été " transformée", j’ai même ridiculement pensé qu’accepter la transformation était conforme au Fa. Je suis restée ainsi pendant 14 ans jusqu’à ce que je m’éveille et en vienne à comprendre mon erreur. J’ai recommencé à cultiver dans Falun Dafa en 2015.


Quand j’ai finalement compris que j’avais suivi les arrangements des forces anciennes, j’ai ressenti un profond regret et un sentiment trop douloureux à décrire. J'ai chéri l'opportunité qui m'a été donnée à nouveau et le temps que le Maître a prolongé pour nous de par son immense compassion.


Lors d'une conférence de partage d'expériences de la pratique de Falun Dafa, j'ai partagé mes récentes expériences de cultivation avec les autres pratiquants. J'espère que les pratiquants ayant eu des expériences similaires à la mienne pourront s’éveiller rapidement.


Déterminée à me corriger

J'ai compris que la raison pour laquelle j’avais été transformée est que je n'avais pas bien appris le Fa, n'avais pas de fortes pensées droites et n’avais pas vraiment compris la cultivation du Falun Dafa. Je savais également que maintenant que j’étais revenue, j'étais comme une nouvelle pratiquante puisque je m'étais éloignée de Dafa pendant si longtemps.


Puisqu’une seconde chance m’était donnée, je ne cessais de me répéter que je devais corriger mes erreurs, je devais lire le Fa sincèrement de tout mon cœur, et toutes mes pensées et mes actes devaient s’accorder au Fa.


Au cours de l’année passée, mis à part les courses pour mes besoins quotidiens, je suis rarement allée faire du shopping et n'ai pas regardé un seul film ordinaire : j’ai consacré tous mes efforts à faire les trois choses.


Comprendre la mission des pratiquants de Dafa et s’efforcer de rattraper

Maître a dit :

Clarifier la vérité, sauver les êtres, voilà ce que tu dois faire, en dehors de tout cela il n’y a rien que tu doives faire, il n’y a rien que tu doives faire dans ce monde. Ce sont ces choses-là que tu dois faire (“Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2015”)


En lisant les enseignements du Maître, j’ai commencé à comprendre quelles lourdes responsabilités pesaient sur mes épaules. En pensant à tout le temps perdu au cours de ces années et au nombre de personnes prédestinées que j’avais manquées, je n’arrivais pas à me pardonner à moi-même. J’ai compris que la seule chose que je pouvais faire pour compenser mes erreurs, c’était de cultiver diligemment et de sauver davantage de vies.


N’osant pas me relâcher, je suis allée constamment dans différentes localités avec des pratiquants pour parler régulièrement aux gens du Falun Dafa et de la persécution. Toutefois, pour un pratiquant comme moi qui avait dévié du Falun Dafa pendant si longtemps, je n’avais ni une base de cultivation solide ni de fortes pensées droites ; sauver des vies n’était pas chose facile.


Déterminée à mémoriser le Fa

Je me suis demandée : " est-ce-que lire le Fa tous les jours est suffisant pour moi ?" Quelque chose qui s’est passé dernièrement m’a rappelé que je devais opérer une percée.


Nous avions décidé d’aller dans un village pour parler aux gens du Falun Dafa et de la persécution. Toutefois, nous sommes accidentellement entrés dans un autre village. Les villageois y avaient été profondément trompés par la propagande du PCC. Tous les pratiquants qui y étaient allés auparavant pour parler du Falun Dafa et de la persécution, avaient tous été dénoncés et arrêtés.


J’ai pensé à quitter ce village et à aller dans un autre. Mais avant que nous puissions en sortir des voitures de police sont arrivées. Une pratiquante et moi nous avons été arrêtées par la police et détenues pendant dix jours.


Pensant à la tournure des événements alors que j'étais détenue j’ai réfléchi à mes problèmes. J’ai compris que mes pensées droites n’étaient pas fortes. Les pratiquants de Falun Dafa devraient sauver des vies quelque soit l’endroit où ils se trouvent. Pourquoi avais-je aussitôt pensé à aller dans un autre village ? Quand la police a voulu nous emmener, ma foi dans le Maître et le Fa n’étaient pas fortes, et j’ai coopéré avec la police.


Lors des soirées en détention lorsque la compagne de pratique a suggéré de réciter Lunyu et des poèmes dans Hong Yin, j'ai été étonnée parce que je n'avais jamais essayé de mémoriser le Fa. J’ai tout à coup pris conscience de mon problème.


J'ai commencé à mémoriser le Fa dès que je suis sortie de détention. J'ai essayé de mémoriser Zhuan Falun trois fois depuis janvier dernier. Mes pensées droites sont devenues de plus en plus fortes. Quand par la suite, j’ai eu à affronter le harcèlement de la perversité, j’ai pu garder mes pensées droites et un comportement droit, et je n’ai laissé à la perversité aucune chance de profiter de mes lacunes.


Cultiver véritablement et abandonner mes attachements

Avant la persécution, je pensais que ma cultivation n'était pas mauvaise, et je pouvais m’examiner intérieurement face à des situations difficiles. Cependant, après avoir recommencé à cultiver, j'ai constaté que j’avais beaucoup de notions humaines cachées.


Mon attachement à l'intérêt personnel était très fort. Je négociais et marchandais quand j’allais faire des courses. Je craignais qu’on profite de moi et je pesais toujours le pour et le contre quand je faisais les choses. Cet attachement était devenu une seconde nature et je n’étais pas capable de le remarquer jusqu’à ce qu’un jour quelque chose me réveille soudain.


Nous allions souvent dans les zones rurales pour parler aux gens de Dafa , et nous y allions en bus, parfois je payais le ticket de bus pour certains pratiquants mais ils oubliaient de me rembourser. J’étais un peu ennuyée, mais j’ai compris que j'avais un attachement à l'intérêt personnel et que c'était pour moi une occasion d‘abandonner l'attachement.


Cependant, lorsque la situation s’est reproduite à répétition, mon attachement s'est amplifié, j'ai demandé aux compagnons de pratique de me rembourser l’argent. J'ai récupéré l'argent mais je me sentais très mal à l'aise.


Le Maître nous a enseigné :

"Si un pratiquant n'y renonce qu'en apparence, tandis que dans son cœur il s'y accroche et se cramponne à ses propres intérêts car il ne veut pas qu'on y touche, je vous dis que c'est une fausse cultivation et pratique" ("Enseignement de Fa à la première conférence de Fa en Amérique du Nord " )


J’ai profondément regretté et j’ai compris que j’avais manqué une opportunité de m’élever. Je n’aurais pas dû réclamer l’argent aux pratiquants, et j’aurais dû les remercier pour m’avoir aidée à trouver mon attachement. J’ai pris le téléphone et j’ai appelé une des pratiquantes et me suis sincèrement excusée.


Dès lors, je n’ai eu de cesse de chercher mes propres insuffisances et de les corriger. Je sais que j'ai beaucoup de notions humaines, mais je suis déterminée à continuer de cultiver pour m'améliorer. J'ai gardé l'enseignement du Maître à l'esprit pour cultiver chacune de mes pensées et actions :

" Par diligent, on entend qu’il peut à tout moment faire attention à ses propos et à ses comportements, à ses pensées et qu’il peut avoir des exigences strictes envers lui-même, avoir constamment des exigences strictes envers lui-même. Voilà quelqu’un qui avance diligemment dans sa cultivation et pratique personnelle." (Enseignement du Fa à la conférence de Fa à la capitale des États-Unis)


Ce n'est qu'en cultivant avec diligence que je suis digne du salut compatissant du Maître.


Parler du Falun Gong avec un esprit attentif pour sauver plus de vies

Depuis que j’ai recommencé à cultiver dans Dafa, j'ai souvent pensé : "Si j'avais cultivé Dafa continuellement, j'aurais parlé à untel de Falun Dafa et de la persécution, et j'aurais donné à untel le livre Dafa à lire. Cependant, le temps s'est écoulé et j’ai manqué ces opportunités." En pensant à cela, je me sentais coupable. Et je savais que tout ce que je pouvais faire était de concentrer toute mon énergie pour faire les trois choses. Dans le processus de parler aux gens du Falun Dafa, je me suis rappelée d’être absolument sincère.


Voici un exemple de coopération avec les compagnons de pratique pour conseiller à une personne de quitter le Parti communiste chinois (PCC) et ses organisations de jeunesse.


Pendant la haute saison agricole, au printemps, deux compagnons de pratique et moi sommes allés dans une ferme. Le mari labourait dans la rizière et la femme faisait du travail agricole. Une compagne de pratique et moi avons parlé à la femme et l'autre pratiquante a parlé au mari.


La femme était très aimable et elle a accepté facilement de quitter les organisations du PCC. Cependant, j'ai vu que l'autre pratiquante se tenait seule au bord du champ alors que le mari était allé à l'autre bout pour continuer à labourer. La pratiquante a dit : "Il ne voulait pas écouter; Il m'a dit qu'il était membre du PCC. Pourquoi n'a-t-il pas écouté ce que je lui ai dit? Ai-je fait quelque chose de travers ? Indique-le moi je te prie. "Elle m'a ensuite demandé d’aller lui parler.


J'ai été touchée. Je n'avais jamais regardé à l'intérieur pour chercher la raison dans ce genre de situation et les mots de la pratiquante m'ont éclairée. Je me suis dit qu'il fallait être compatissant pour toucher son cœur.


Nous nous sommes approchées du mari. Tout en l'observant, j’ai dit : « Vous travaillez très dur toute l'année, mais votre budget est toujours serré. Combien d'argent les autorités corrompues du PCC ont-
elles détourné ? Tout cela, c’est l'argent du peuple” .


En parlant des changements de dynasties de la Chine, je lui ai expliqué le caractère inéluctable de la disparition du PCC et je lui ai dit que lorsque le ciel éliminerait le PCC, ce n'est pas seulement le nom du PCC qui sera éliminé, mais que tous ses membres le seraient avec lui ; nous sommes là pour vous dire comment échapper à cette catastrophe.


Il se taisait. Je n'ai pas été découragée et j'ai continué à parler d'un ton compatissant : "Si vous ne démissionnez pas, nous n'aurons pas le cœur de partir, si nous le faisions notre conscience nous le reprocherait. Nous sommes vraiment là pour votre bien. "À ce moment, il a fini par dire :" je vais démissionner! " Puis il nous a remerciées.


Ce que je souhaite partager en mentionnant cette expérience est que si nous avions tous la mentalité de cette pratiquante notre clarification de la vérité serait beaucoup plus efficace.


Plusieurs policiers de notre canton ont reçu la rétribution pour avoir persécuté les pratiquants de Falun Dafa. J'ai exposé ces faits dans une lettre et trouvé des articles sur le site de Minghui. J'ai envoyé ces documents à une responsable du PCC. Elle avait rejeté notre information sur Falun Dafa auparavant. Après avoir reçu mon courrier, elle a quitté le PCC. Ce cas m'a beaucoup encouragée.


Abandonner l'attachement au confort pour sauver plus de vies

Il est plus difficile de parler du Falun Dafa et de la persécution dans les zones rurales, surtout pendant la haute saison agricole. Les gens sont tous occupés à travailler dans les champs et nous devons parcourir de longues distances pour aller à leur rencontre.


Une fois, alors que je parlais à un vieil homme dans un champ, j’ai vu un autre homme au loin. Je me suis demandé si je devais aller lui parler après. Pendant que je réfléchissais, une autre pratiquante avait déjà commencé à y aller de son côté. En revenant, elle m'a dit que c’était comme si l’homme nous attendait, qu'il avait rejoint les jeunes pionniers du PCC autrefois, et qu'il a quitté l'organisation quand elle lui a parlé.


J'étais touchée. Le Maître veut que nous sauvions plus de vies. Comment avais-je pu penser à renoncer à un être simplement à cause de la distance que j’aurais à parcourir ? Par la suite, peu importe la distance, je marchais jusque-là où se trouvait la personne pour m’adresser à elle ou lui.


Chérir cette deuxième chance

En écrivant cette partie de l’article, je me suis souvenue d’un article sur Minghui : " Peinture à l’huile : "c’est Notre Maître, vous avez encore une chance de vous racheter" (Ndt : dans la peinture, un policier du Bureau 610 s’agenouille devant la photo du Maître.) Cet article m’a vraiment ébranlée. J’ai su que je n’avais pas été à la hauteur du salut compatissant du Maître ; j’étais coupable.


J'ai regardé la peinture de nouveau avec des larmes dans les yeux, comme si j'étais la personne agenouillée dans le tableau : Maître, ai-je encore le temps de rembourser pour mon péché ?"


Merci à notre grand Maître et merci aux pratiquants pour leur aide.


Permettez-moi d'encourager nos compagnons de pratique et moi-même avec l'enseignement du Maître :
" En ce qui concerne cette affaire de la rectification de la loi, en ce qui concerne mon choix, si tous les êtres peuvent l'harmoniser selon mon choix, sortir vos meilleurs moyens, au lieu de modifier ce que je veux, plutôt l'harmoniser d’après ce que j’ai dit, ce sera la pensée bienveillante la plus grande des êtres de l’Univers." ("Enseignement de la Loi au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003")


Version en anglais :
Treasuring a Second Chance

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.