L’harmonie entre les hommes, maîtrise des mathématiques dans "Le classique des Trois Caractères "

 
Yang Hui (le triangle de Pascal), tel que représenté par Zhu Shijie en 1303, utilisant des baguettes à calculer. Le mathématicien Chinois Yang Hui avait découvert cette série triangulaire 300 ans avant la naissance de son homologue français Blaise Pascal.


Le Classique des Trois Caractères, ou San Zi Jing, est le plus connu des textes classiques chinois pour enfants. Écrit par Wang Yinlian (1223–1296) sous la Dynastie Song, il a été mémorisé par des générations de Chinois. Jusque dans les années 1800, le Classique des Trois Caractères était le tout premier texte que chaque enfant avait à étudier.


La rythmique du texte, et les vers à la fois courts et simples des Trois Caractères offrent une lecture et une mémorisation faciles. Ils permettent aux enfants d’apprendre des idéogrammes courants, des structures grammaticales, des leçons de l’histoire chinoise, et surtout comment bien se conduire soi-même.


Le Classique des Trois Caractères dit :

Commence par la piété filiale et l’amour fraternel,
et ensuite vois et entend.
Apprends à compter
et apprends à lire.

les unités et les dizaines
les dizaines et les centaines
les centaines et les milliers
les milliers et les dix-milliers.

Les Trois Forces sont
le Ciel, la Terre et l'Homme.
Les Trois Luminaires sont
Le soleil, la lune et les étoiles.


Les Trois Liens
Sont le devoir entre souverain et sujet,
l'affection entre père et fils
l'harmonie entre mari et femme.


Après avoir enseigné aux jeunes lecteurs les fondamentaux pour être un bon enfant et frère (ou sœur) , le Classique des Trois Caractères consacre une bonne partie de son contenu aux bases des mathématiques et des nombres.


Mais il fait plus qu’enseigner aux plus jeunes comment résoudre "un plus un ". Tout en leur apprenant à compter, le Classique des Trois Caractères associe chaque nombre à une partie fondamentale du savoir concernant la nature, la géographie, la société et la culture.


Selon l’ancien texte divinatoire, I-Qing, il y a trois forces ou " talents " dans notre environnement – le Ciel, la Terre et l’Homme. La personne qui les connait bien tous les trois est une personne bonne en tous points.


Il y a trois sources de lumière qui illuminent nos cieux – le soleil, la lune et les étoiles. Il y a quatre saisons, et quatre directions – le Nord, le Sud, l'Est et l'Ouest.


Les nombres servent d’aide-mémoire utile, aidant les plus jeunes à assembler et à se souvenir de listes comme les cinq éléments et les sept émotions dans la culture chinoise.


Les nombres sont des choses si fondamentales que même de jeunes enfants les connaissent par cœur. Mais quand les Chinois ont-ils développé les chiffres, et comment ont-ils réussi à parfaire leurs systèmes de numération et les mathématiques ?


Les origines des chiffres chinois

Selon la légende chinoise le nombre un (一) a été inventé par Fu Xi, le premier empereur mythique de la Chine, voici plus de 5 000 ans. Les nombres restants ont été créés environ 500 ans plus tard par Cangjie, l’inventeur des idéogrammes chinois.


Peu de temps après, Li Shou, un historien du temps de l’Empereur Jaune, a développé un système de numération décimal où dix fois dix font cent; dix fois cent font mille; et ainsi de suite.


Légendes mises à part, la preuve physique la plus ancienne de la numération chinoise remonte à la Dynastie Shang (14ème siècle av. J-C), il y a plus de 3 000 ans. Les chiffres chinois ont été gravés sur des carapaces de tortue et des os plats de bétails – également connus sous l’appellation d’os divinatoires.


À cette époque, les Chinois utilisaient déjà des symboles individuels pour les nombres un à neuf, indiquant que les Chinois ont été parmi les premières civilisations à utiliser un système de numération décimal.


Le système de numération décimal est le système le plus largement utilisé par les civilisations modernes. Ceci inclut le système de numération que nous utilisons de nos jours – le système Indo-Arabe.


Vers le 4ème siècle av. J-C, les Chinois avaient également développé le premier système de numération à positionnement décimal au monde– les baguettes à calculer – pour rendre les opérations plus faciles.


Ce système s’est avéré extrêmement efficace, et les mathématiciens chinois étaient capables de calculer les racines carrés et cubes de nombres à plusieurs décimales. Vers 500 av. J-C ils avaient établi la valeur de pi à 3.14159267, mille ans avant leurs homologues européens. Ils ont également été les premiers à découvrir et à prouver le " Triangle de Pascal " – 300 ans avant même la naissance de Pascal !


Équilibrer les ‘Trois Relations’

Parmi " les séries de Trois ", que le Classique des Trois Caractères enseigne il y a les Trois Liens ou Trois Relations – la relation entre gouvernant et sujet, entre parent et enfant, et au sein du couple.


Ces Trois Relations sont les relations les plus importantes entre hommes et femmes, selon l’idéologie confucéenne. Si ces Trois Relations sont bien équilibrées, on jouira de la paix et de l’harmonie. Mais si ces relations sont gérées de manière inadéquate, il y aura le chaos dans sa vie.


Une figure historique qui a bien équilibré les Trois Relations fût Xu Yun, général pour l’État de Wei durant la Période des Trois Royaumes. Cependant, Xu Yun a bien failli ne pas y réussir, si ça n’avait été l'intelligence de son épouse.


 
Xu Yun et Dame Ruan

.

Quand il était un jeune homme, Xu Yun a été promis à Dame Ruan, la fille de Ruan Gong. Mais après la cérémonie de mariage, Xu Yun a été choqué de voir à quel point, sous son voile de mariée, sa nouvelle femme était quelconque et sans attrait. Il refusa d’entrer dans la chambre nuptiale, et au grand dépit de sa famille, il demanda l’annulation du mariage.


Il a fallu à la famille de Xu une bonne dose d’arguments convaincants avant que ce dernier n’accepte d’entrer dans la chambre nuptiale. Mais en voyant la jeune mariée, Xu ne put plus le supporter et se détourna pour partir. Sachant qu’il ne reviendrait pas, sa femme l’arrêta en le tirant par ses vêtements.


Pour embarrasser sa femme, Xu Yun dit avec dérision : " des quatre vertus féminines – caractère féminin, compétences, parole et apparence – combien en possèdes-tu? "


Sa femme répondit : "Ce dont je manque est simplement la beauté. Un érudit devrait avoir une centaine de vertus. Combien en possèdes-tu mon mari ? "


Xu Yun dit fièrement : " Toutes".


Son intelligente femme poursuivit : " Le caractère est la chose la plus importante dans tous les domaines de la vie. Mon seigneur, vous désirez une belle apparence, pas un bon caractère. Comment pouvez-vous prétendre que vous avez toutes les vertus d’un érudit ? "


Xu Yun se sentit profondément honteux après avoir entendu les paroles de sa femme. Il changea d’attitude et montra dès lors le plus grand respect envers sa femme. Il s’éleva finalement dans la hiérarchie militaire jusqu’à devenir un général loyal, et il éleva deux fils qui devinrent égaleemnt des fonctionnaires gouvernementaux.


Version anglaise :
Harmony Among Men, Mastery of Math in the ‘Three Character Classic’


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.