Une femme du Shandong de 79 ans, meurt après 8 mois d’emprisonnement

Mme Dong Yonghui, en bonne santé et physiquement en forme, pouvait conduire son tricycle jusqu’au marché local chaque jour avant d’être emprisonnée à la fin septembre 2016 pour son refus de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.


Mais en seulement 8 mois, la résidente de la ville de Binzhou était méconnaissable quand ses enfants lui ont rendu visite le 2 juin 2017. Elle avait perdu près de 35 kilos, ne pouvait pas se tenir debout sans aide, et pouvait à peine parler.


Les enfants de Mme Dong l’ont ramenée chez elle pour un traitement médical. Malheureusement, malgré plusieurs hospitalisations, elle est décédée le 11 août. Elle avait 79 ans.


Arrestation et emprisonnement

Mme Dong aimait pratiquer le Falun Gong, la pratique la maintenant en forme et en bonne santé, et capable de profiter de la vie. En allant au marché local elle parlait souvent aux gens du Falun Gong, et de comment elle avait bénéficié de cette formidable pratique. Elle a été arrêtée en 2015, mais libérée un jour plus tard.


Des mois plus tard, Mme Dong a déposé une plainte pénale contre l'ancien dictateur chinois Jiang Zemin pour avoir initié la persécution brutale du Falun Gong.


Un groupe d’agents de police et de fonctionnaires judiciaires a débarqué chez elle en mars 2016 et l’a enlevée. Après un procès expéditif, Mme Dong a été condamnée à un an et demi de prison.


Les autorités n’ont jamais expliqué à la famille de Mme Dong comment ils pouvaient poursuivre et condamner une citoyenne respectueuse des lois, sans passer par aucune procédure légale.


Mme Dong n'a pas été envoyée en prison immédiatement. Elle a été libérée à condition de se soumettre à un examen médical tous les mois à ses frais. Elle l'a fait pendant deux mois, mais a refusé de le faire plus longtemps.


Lin Donghai, chef du bureau local de la Sécurité intérieure, a ramené Mme Dong en détention à la fin septembre. Il a dit qu'elle avait violé les conditions de la libération sous caution en omettant de présenter ses rapports d'examens médicaux mensuels.


Sans en informer sa famille, Lin a envoyé Mme Dong à la prison de Ji'nan trois jours plus tard.
Ses enfants ont essayé de lui rendre visite le 1er juin 2017, mais n’ont pas autorisés à la voir. Le lendemain, ils ont reçu un appel de la prison, leur demandant de venir récupérer leur mère.


Une fois rentrée à la maison, Mme Dong a révélé à ses enfants : " Je ne me sentais pas bien et j’ai demandé à vous voir. C’était à la fin mai. Il se trouve que vous avez essayé de me rendre visite le 1er juin. La prison ne vous a pas permis de me voir ce jour-là parce que j'étais vraiment en mauvais état. Ils m’ont fait une injection de médicaments inconnus le lendemain [2 juin] pour me stimuler un peu, puis ils vous ont demandé de venir me chercher."


Version chinoise:
山东滨州市79岁董永慧被枉判入狱迫害致死

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.