Offrir aux habitants de Worms en Allemagne l’opportunité de mieux connaître le Falun Gong et d’apprendre la persécution en Chine

Le 8 juillet, les pratiquants de Falun Gong de la région ont installé une table d'information au centre ville de la ville de Worms, dans le sud-ouest de l’Allemagne, offrant à ses habitants une opportunité de se familiariser avec la discipline spirituelle du Falun Gong et d'apprendre la persécution à laquelle elle fait face en Chine.


Voici quelques expériences et impressions du cours de cette journée.


Avant même que le stand soit complètement mis en place, un homme d’âge moyen s’est approché et a déclaré vouloir signer la pétition en raison de son admiration pour ceux qui s’engagent pour une bonne cause. Il a également mentionné qu’il allait faire davantage de recherches sur Internet et souhaitait partager l’information concernant le prélèvement forcé d’organes en Chine sur sa page Facebook.


De nombreux passants ont signé la pétition et souhaité aux pratiquants tout le succès dans leurs efforts pour contrer la persécution. Un monsieur a mentionné " Il est bon que vous agissiez. Il faut soutenir cela."

 
 

Beaucoup de ceux qui ont appris la persécution ont saisi l’opportunité de signer une pétition contre la tuerie approuvée par l’état de pratiquants pour leurs organes, en Chine.


Une femme s’est tenue devant le stand d’information pendant un bon moment. Puis elle s’est approchée avec sa fille et a dit aux pratiquants qu’elle était écœurée d’apprendre le prélèvement d’organes perpétré par le régime chinois sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


Une autre dame a dit aux pratiquants que son fils avait une petite amie chinoise et qu’elle était courant de ce qui se passait en Chine, y compris comment les gens sont torturés et autrement maltraités. Elle a mentionné être allée visiter l’exposition 'Bodies' de Gunther von Hagens, après qu’on lui ait dit que les corps avaient été donnés. En apprenant qu’ils venaient principalement de Chine, et n’étaient apparemment pas des dons, elle a été atterrée et a dit " Si j’avais su cela, jamais je ne serais allée voir cette exposition. "


Elle a signé la pétition et prévoyait d’informer son fils et sa petit ami sur le crime de prélèvement d’organes.


Un monsieur âgé venu au stand signer la pétition a voulu savoir où il pouvait apprendre le Falun Gong. Un pratiquant lui a donné ses coordonnées et lui a dit qu’ils allaient rester en contact. Il a aussi pris une brochure Minghui disant qu'il avait donné celle qu’il avait prise l’an dernier.


Plusieurs autres personnes ont également manifesté leur intérêt pour la pratique et ont laissé leurs coordonnées.


Un couple a signé la pétition et a pris des dépliants pour ses fils. Une famille de quatre a également signé. Un adolescent est venu au stand, a signé la pétition et a pris des dépliants d’information pour ses parents. Plusieurs jeunes gens ont signé sans l’ombre d’une hésitation.


Les pratiquants informent à l’avance les médias de leurs activités dans les villes qu’ils visitent ce qui amène davantage de gens au stand. Une femme a dit qu’en apprenant qu’il y avait une activité de Dafa, elle a immédiatement décidé de s’y arrêter.


Une dame chinoise est venue avec son amie allemande et a pris toute l’information disponible en Chinois. Cependant, elles n’ont pas voulu signer la pétition, craignant des représailles des autorités chinoises. Néanmoins toutes deux ont remercié les pratiquants pour leurs efforts.


Une femme s’est approchée du stand visiblement en colère et a dit que c’était monstreux que des gens soient tués pour leurs organes. Elle a précisé " le don d’organes est okay, mais une telle chose ne l’est pas. Je suis tellement en colère ! "


Plus tard dans l’après-midi, un reporter d’un journal local est arrivé et a interviewé le groupe. Il a dit que son patron l’avait envoyé, désireux qu’il était d’en savoir davantage sur les atrocités de prélèvement d’organes sévissant en Chine.


Traduit de l’anglais :
Worms, Germany: Raising Awareness of the Persecution of Falun Gong in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.