Quatre ans après le décès en garde à vue d'une femme du Hunan, son fils se voit accorder une indemnisation

Qui aurait pu deviner lorsque Mme Xu Chensheng, 47 ans, est sortie de chez elle le 16 mai 2012 que cela allait être le dernier jour de sa vie.

Le 18 mai, la police a informé M. Yang, l'ex-mari de Mme Xu Chensheng, qu'elle était décédée deux jours plus tôt. Son fils Yang Xujun, un étudiant à l'époque, est rentré la maison quand il a appris la nouvelle.

Au centre funéraire, Yang Xujun a vu que sa mère, autrefois belle et en bonne santé, s'en était allée, remplacée par un corps froid et congelé. A travers la vapeur blanche qui sortait du congélateur, il a vu que ses yeux étaient encore ouverts.

Éploré, Yang Xujun s'est promis de dénoncer sa mort injuste et a entrepris une démarche visant à chercher justice pour sa mère, qui avait soudainement perdu la vie après des années d'arrestations répétées pour sa croyance en Falun Gong.


Photo de Xu Chensheng, 47 ans, qui a été arrêtée par la police le 16 mai 2012.
Le corps de Xu Chensheng, décédée le jour de son arrestation

Arrêtée de nombreuses fois pour sa croyance

Comme beaucoup d'autres pratiquants de Falun Gong en Chine, Mme Xu avait énormément souffert pour son refus de renoncer à la pratique spirituelle illégalement interdite par le régime communiste en 1999.

Pour avoir fait appel aux autorités gouvernementales en faveur du Falun Gong en 2000, elle a été arrêtée par la police de la ville de Chenzhou, arrestation suivie d'une détention et d'une amende. Un an plus tard, elle a été envoyée dans un centre de lavage de cerveau à l'école du Parti du district de Beihu.

En mars 2005, le " Bureau 610 " local a demandé à son employeur – l’Usine de tabac de Chenzhou - de l'envoyer à une autre session de lavage de cerveau. Pour échapper à la persécution, Mme Xu a été contrainte de rester éloignée de son domicile et s’est enfuie dans une autre ville. Quand elle est revenue un mois plus tard, elle a appris que son employeur l'avait licenciée [non pour son absence, mais en raison de la persécution].

Pour avoir distribué des dépliants du Falun Gong, Mme Xu a été détenue quinze jours supplémentaires. À la suite de sa libération, le Bureau 610 a ordonné à la police de l'arrêter à nouveau. N'arrivant pas à la retrouver, la police l'a mise sur la liste des personnes " recherchées ".

En août 2008, la police a arrêté Mme Xu lorsqu'elle a voulu renouveler sa carte d'identité au Département de police du district de Suxian. Les autorités l'ont détenue pendant plusieurs mois et condamnée aux travaux forcés. Le camp de travail de Baimalong a refusé de l'accepter et elle est retournée à la maison.

Alors que Mme Xu était à bord d'un train allant de Guangzhou à Chenzhou en juin 2011, le conducteur a constaté lors d’une inspection qu’elle n'avait pas sa carte d'identité. Il a fouillé son sac et trouvé un livre et plusieurs dépliants du Falun Gong. Les policiers l'ont détenue et ont saccagé son domicile. Mme Xu a fait une grève de la faim de protestation jusqu'à sa libération 45 jours plus tard. Les fonctionnaires ont tenté à deux reprises de l'envoyer au camp de travail de Baimalong, mais les autorités du camp ont refusé de l'accepter en raison de sa mauvaise condition physique.

Finalement, son mari ne pouvant plus supporter la pression constante a demandé le divorce.


Interrogatoire et décès

Mme Xu a été arrêtée à 10 h le matin alors qu’elle passait à pied devant l'hôtel Dongjiandijing à Chenzhou. Son fils Yang Xujun a vu en consultant un enregistrement vidéo des policiers du poste de police de Renminxilu arriver dans une camionnette de police et l’y faire monter de force.

Au poste de police, Mme Xu a été menottée derrière le dos à une chaise en fer pour interrogatoire. Cela a duré douze heures, au cours desquelles Mme Xu n'a été autorisée ni à manger, ni à boire, ni à utiliser les toilettes. Vers 22 h, Mme Xu a été informée qu'elle serait détenue dix jours.

Les enregistrements indiquaient que trois policiers avaient emmené Mme Xu dans une camionnette de police et quitté le poste de police à 22 h 39. À 23 h 15, un médecin du Premier hôpital de Chenzhou, à plus de trois kilomètres de là, a annoncé la mort de Mme Xu.


Autopsie refusée

D’après Xujun et d'autres membres de la famille, le visage de Mme Xu était déformé. Ils ont demandé une autopsie, mais ont essuyé un refus.

Une réunion a eu lieu, le 21 mai, entre la Commission des affaires politiques et juridiques de Chenzhou, le Bureau 610, des policiers et les membres de la famille. Lors de cette réunion et de dix réunions ultérieures, les autorités se sont dérobées à leurs responsabilités et ont menacé la famille.

Lorsque la famille de Mme Xu a de nouveau demandé une autopsie, elle a fait face à une résistance et à une pression plus intenses des autorités, dont la Commission des affaires politiques et juridiques, le parquet, le tribunal et la police. M. Tang, un avocat embauché par la famille, était scandalisé : "Il est illégal que la police, le parquet et le tribunal conspirent pour interférer avec une enquête !"

En plus d'empêcher la famille d'embaucher un médecin indépendant pour une autopsie, les fonctionnaires ont également empêché le frère aîné de Mme Xu d'aider dans cette affaire, menaçant de le faire licencier.

Cependant, la famille de Mme Xu n'a pas cédé et a refusé de signer les documents approuvant la crémation.


Réaction de la communauté

La mort subite de Mme Xu en garde à vue a attiré l'attention dans la communauté. Beaucoup de gens ont été consternés et ont réclamé une enquête.

Un voisin a contacté les médias de la région, les exhortant à couvrir l'histoire. " Nous ne pouvons pas envoyer de journalistes pour cela, car c'est lié au Falun Gong ", a déclaré un responsable du Hunan Metropolitan. " Même si nous écrivions un article, il ne serait pas publié. "

Les gens lisent une affiche à propos de la mort de Mme Xu à Chenzhou, province du Hunan

De nombreuses affiches sont apparues à Chenzhou peu après, informant le public de cet incident et demandant une autopsie indépendante. Des brochures et des textos ont également circulé dans la région.

Beaucoup de gens se sont arrêtés pour lire les affiches. " Cette société est un désastre " s'est indigné quelqu'un. " Les pratiquants de Falun Gong sont innocents et ils devraient avoir la liberté de croyance. Le Parti communiste est criminel d'avoir tué une personne comme elle. "

Indemnisation de l'État quatre ans après le décès

Le corps de Mme Xu a été conservé au centre funéraire de Chenzhou depuis sa mort.

Son fils Yang Xujun a demandé une indemnisation d'État au Département de police de Beihu le 26 août 2014. Il a reçu un avis le 24 octobre, l'informant que sa demande était refusée. M. Xujun a ensuite interjeté l'appel devant le tribunal de Beihu. " Ma mère était en bonne santé. Le défendeur est responsable de sa mort subite après l'arrestation et l'interrogatoire ", a-t-il écrit dans l'appel.

Un accord a finalement été conclu par le tribunal de Beihu le 19 décembre 2016. Une indemnité de 325 000 yuans a été accordée à son fils. Son corps allait être incinéré dans les cinq jours.



Version chinoise :
许郴生家人申冤四年获三十万赔偿


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.