Auckland, Nouvelle Zélande: Un avocat des droits de l’homme appelle à la fin de la persécution en Chine.

Les pratiquants de Nouvelle Zélande se sont rassemblés sur la Place Aotea à Auckland, le 20 juillet et de nouveau le 21 juillet sur la place centrale d' Hamilton pour sensibiliser l'opinion sur 18 ans de persécution en Chine.


En déployant des posters et en reconstituant des scènes de prélèvement forcé d'organes, ils ont expliqué comment les pratiquants sont maltraités pour leurs convictions.


Les pratiquants de Falun Gong à Auckland, le 20 juillet 2017


Un avocat des droits de l’homme : Vos efforts feront une différence


Un avocat des droits de l’homme, Kerry Gore a déclaré que la Nouvelle Zélande avait besoin d'une législation pour aider les pratiquants de Falun Gong.


Kerry Gore, un avocat des droits de l’homme réputé a déclaré que la persécution en Chine avait attiré l’attention internationale. Un exemple qu’il a commenté était la H. Res.343, qui a été passée par la Chambre des Représentants des Etats-Unis en juin 2016.


La " Résolution 343 " a dit Gore, "a appelé à la fin immédiate des atrocités, ainsi que de la répression du Falun Gong en Chine. Elle encourage la communauté médicale américaine à aider à sensibiliser sur les pratiques de greffes d’organes contraires à l’éthique en Chine. Elle appelle aussi la Chine à autoriser une enquête indépendante sur les abus de greffes d’organes."


L'espoir de Gore était que le gouvernement de Nouvelle Zélande propose une législation similaire . Il a remercié la Conseillère municipale, Cathy Casey, de la ville d'Auckland pour avoir porté ce point à l'attention du conseil municipal et du bureau du maire.


" Veuillez aider les pratiquants de Falun Gong, parce que vos efforts feront une difference. Et chacun en Nouvelle Zélande doit être mis au courant de cette question importante", a déclaré Gore lors du rassemblement.


Amato Akarana, un chef Maori local, était aussi présent à l’événement. Il a pleinement soutenu le Falun Gong et souhaiter le meilleur à tous les pratiquants, espérant que la répression en Chine prenne rapidement fin.


Un expert : Envoyée aux travaux forcés et soumise au lavage de cerveau pour sa croyance.


Mme Wang Jiuchun, ancien professeur associé à l’Université Tsinghua, a été envoyée dans un camp de travaux forcés pendant 15 mois pour sa pratique du Falun Gong.


La persécution affecte négativement les gens de tous milieux. "Dans la célèbre université Tsinghua, des centaines de personnes participaient quotidiennement aux exercices matinaux, des étudiants aux professeurs en passant par les membres du personnel, " a déclaré Mme Wang Jiuchun, 70 ans, ancien professeur associé à l’Université Tsinghua.


Il a fallu longtemps à Mme Wang pour découvrir le Falun Gong. " Souffrant d'asthme et d'autres problèmes de santé, j'ai essayé toutes sortes de qigong et de systèmes de méditation, mais aucun d’entre eux n’a vraiment fonctionné pour moi." La pratique du Falun Gong lui a donné de l’énergie et une bonne santé. " Je suis aussi devenue plus productive dans mon enseignement et mes recherches, " s’est-elle rappelée.


Après que la persécution a débuté en juillet 1999, Mme Wang a expérimenté les jours les plus sombres de sa vie. Elle a été arrêtée, détenue et envoyée dans un camp de travaux forcés, où elle a dû effectuer un travail forcé épuisant durant 15 mois.


Un policier lui a déclaré : " Il y a trop de personnes intelligentes à l’Université Tsinghua. Nous devons faire quelque chose avec leurs cerveaux. " En conséquence, les pratiquants de l’université ont été soumis à un lavage de cerveau intensif. " J’ai été envoyé six fois dans un centre de lavage de cerveau et soumise à une intense pression pour me faire abandonner ma croyance." De plus, on lui a fait prendre contre sa volonté des médicaments endommageant le système nerveux.


"Ces jours ont été en effet, difficiles pour moi. Mais au tréfonds de mon cœur, je savais que le Falun Dafa (ou Falun Gong) était ce qu’il y avait de mieux—rien ne pouvait changer cela," a déclaré Mme Wang. Elle est venue à Hamilton, Nouvelle Zélande, en 2012. Maintenant, elle se rend souvent sur les sites touristiques et dans les événements publics pour parler aux gens de la persécution de Falun Gong en Chine.


Au moins cinq pratiquants de Tsinghua ont perdu leurs vies au cours de la persécution. Près de 100 professeurs, membres du personnel, et étudiants ont été licenciés ou expulsés en raison de leur croyance. " Nous devons aider à ce que leurs voix soient entendues, " a déclaré Mme Wang.


Emprisonné pour avoir parlé à d'autres de la persécution


John Chen a été emprisonné durant 11 ans pour s’être ouvertement exprimé contre la propagande de haine du parti communiste diffamant le Falun Gong.


Après que l’ancien dirigeant communiste Jiang Zemin a interdit le Falun Gong en juillet 1999, il a donné des ordres non seulement de détenir et torturer les pratiquants, mais aussi de générer une propagande de haine pour les discréditer. Et quiconque défiait la propagande calomnieuse devait être traité sévèrement


C’est ce qui est arrivé à John Chen. Après que l’incident d'auto-immolation mis en scène en janvier 2001 a été identifié comme une imposture, Chen en a parlé autour de lui et a expliqué pourquoi on ne devrait pas croire aveuglément la propagande. Il a été arrêté et détenu en conséquence . " J’ai été condamné à 7 ans d’emprisonnement. Les gardes de la prison m’ont battu, torturé et privé de sommeil, " a déclaré Chen.


Il a aussi été incarcéré dans l'isolement, soumis au lavage de cerveau et forcé à absorber des médicaments non nécessaires contre sa volonté.


Après être venu en Nouvelle Zélande, Chen a soumis une plainte pénale contre Jiang pour avoir persécuté le Falun Gong auprès du gouvernement chinois. Plus de 200 000 telles plaintes venant du monde entier ont été soumises au système judiciaire chinois.

"C’est une des choses les plus tristes que j’ai jamais entendu"


Les passants s’arrêtent pour s'informer à propos du Falun Gong et signer des pétitions pour aider les pratiquants.


Heather Hales, une Maori qui vit à Hamilton, est restée longtemps à discuter avec les pratiquants. " Je peux dire que vous avez non seulement de merveilleux exercices merveilleux mais aussi un bel esprit, " a-t-elle dit à un pratiquant.


Elle a qualifié le prélèvement forcé d’organes en Chine d' "horrible crime." "Je pense que les gens dans cette société ont besoin d'ouvrir les yeux et de voir ce qui se passe. Nous devons faire quelque chose pour les y aider, " a-t-elle commenté.


Vincent Gordon, étudiant à l’Université de Technologie d’Auckland, se spécialise dans l’enseignement du Japonais et de l’Anglais. Il a dit que la persécution de Falun Gong en Chine est un génocide.


" Tant de personnes innocentes sont encore tuées et torturées, et leurs familles brisées. C’est une des choses les plus tristes que j’ai jamais entendu, " a-t-il déploré.


Il a dit que, parce que nous vivons maintenant dans une société mondiale, "Nous devons rendre cela public, parce qu’il n’est pas juste que certains d’entre nous souffrent tandis que les autres ne font rien. De plus, la culture traditionnelle chinoise est un atout pour toute l’humanité. Nous ne pouvons laisser les communistes la détruire."


Gordon a dit qu’il parlerait avec l’administration de l’université pour obtenir la permission de faire circuler l’information au sujet du prélèvement forcé d'organes sur le campus.


" J’espère que vous réussirez, " a t-il dit, " et je crois vraiment que vous allez réussir. Nous devons simplement réveiller les gens de sorte qu'ils sachent ce qui se passe. "


Version anglaise :
Auckland, NZ: Human Rights Lawyer Calls for an End to the Persecution in China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.