D’être intransigeant à éprouver la joie de penser aux autres

Chiang Wen-chong a grandi dans une famille de militaires. Ses amis le disaient obstiné quand lui-même se caractérisait comme étant aimable mais intransigeant. Mais aujourd’hui ni l’obstination ni l’intransigeance ne sauraient encore décrire Chiang, qui est devenu heureux, ouvert d’esprit et plein de considération pour les autres. Et il s’est également libéré de son ancienne maladie de cœur et de son anxiété.


Mais à quoi d’aussi grands changements peuvent-ils être attribués ? Tout cela est dû à la pratique du Falun Gong une pratique traditionnelle de raffinement du corps et de l’esprit issue de la Chine.


 
Chiang Wen-Chong


Des débuts difficiles

Chiang a été recruté au sein de la faculté de droit d’une académie militaire après son diplôme du secondaire. Il a obtenu son diplôme de l'académie militaire en 1993 et a passé l’examen de qualification pour devenir un juge militaire.


Chiang, un idéaliste, a dû se colleter avec des débuts difficiles au sein du système judicaire de l’armée. Tôt dans sa carrière il s’est occupé d’une affaire dans laquelle un soldat avait eu une altercation physique avec son supérieur pour une dispute. Le soldat a été immédiatement détenu. Chiang avait le sentiment que le soldat était emprisonné à l’encontre de la procédure légale, et il a insisté pour s’occuper de l’affaire selon la lettre du droit. Il a émis un ordre de laisser le soldat rejoindre sa base militaire en attendant une enquête ultérieure.


Suite à cela, Chiang a été démis de son poste et réaffecté à un poste d'avocat de la défense. De plus, il a été condamné à près d’un an dans une prison militaire sur l’accusation d’ "abus d’autorité en libérant un détenu à son grès. "


Chiang a été transféré en tant qu'assistant dans un bureau de droit civil après sa libération. Il a également travaillé comme avocat conseil pour plusieurs entreprises. Il était bien payé, mais les constantes intrigues entre les uns et les autres en traitant les affaires le rendaient malheureux. Il a démissionné et a lancé sa propre affaire en tant que vendeur de nourriture ambulant.


Une amère bataille de divorce

Chiang a commencé sa propre affaire en vendant du pudding noir, une collation locale populaire. Sa femme l’aidait du mieux qu’elle pouvait. Cependant, Chiang avait un fort égo et n’acceptait ni l’aide ni les suggestions de sa femme. Jour après jour, leurs points de vue divergents et leurs conflits sont devenus plus intenses. Ils avaient de fréquentes disputes. Quatre ans plus tard, en 2014, ils ont engagé un divorce.


Chiang a continué son affaire de vente de pudding noir. Ce faisant, il a aussi préparé un procès afin d’obtenir pour lui-même leur maison et leurs biens, étant celui des deux qui avait avancé la mise de fonds pour la maison. Chiang a raconté : “ Les relations avec mon ancienne femme s’étaient alors détériorées au point que nous étions devenus l’un pour l’autre des ennemis jurés. "


Abandon des conceptions et amélioration de la santé après avoir découvert le Falun Gong

Un camarade de collège qui vivait dans la même région a appris les problèmes de Chiang. Il a fait un voyage spécial au marché de rue pour le rencontrer. Ils ont longuement discuté du Falun Gong que son ami pratiquait, et Chiang a finalement accepté de s’enregistrer à un séminaire de présentation du Falun Gong de neuf jours.


Il a assisté au séminaire dans le premier semestre de mai 2014. Pendant ce temps il a participé à la pratique matinale des exercices de groupe dans un parc voisin. Il n’avait aucune intention d’obtenir quoique ce soit, mais étudiait le Fa et pratiquait les exercices avec un cœur ouvert et pur, s’efforçant de vivre comme le devrait un pratiquant de Falun Gong, en suivant les principes d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Jiang s’en est senti rafraîchi tant physiquement que mentalement.


Avant de commencer la pratique du Falun Gong il avait une maladie coronarienne chronique et était sous anticoagulant. Il se sentait aussi stressé et souffrait de douleurs, sans que le problème spécifique puisse être diagnostiqué. Tous ces maux ont disparu avait avoir commencé à pratiquer le Falun Gong.


Chiang a dit : "C’était une épreuve de monter les escaliers jusqu’au quatrième étage auparavant, mais je peux facilement à présent grimper jusqu’au cinquième sans être essoufflé. C’est presque ahurissant que je sois devenu en aussi bonne santé. "


Penser aux autres et devenir ouvert d’esprit

Chiang a commencé à s’examiner intérieurement pour trouver ses insuffisances et les dépasser. Il a commencé à penser aux autres et à faire passer leurs besoins avant les siens. Résultat, non seulement sa santé s’est amélioré, mais son cœur et son esprit ont connu une élévation. Sa perspective sur le monde a totalement changé.


Chiang s’est rappelé : " Avant de pratiquer le Falun Gong, je ne m’intéressais pas à ce que pouvait penser ma femme ni à quels étaient ses problèmes. Je n’avais pas l’impression d’avoir fait quoique ce soit pour la blesser, mais après la pratique du Falun Gong, j’ai senti que je lui devais beaucoup. Je comprends à présent qu’à part l’amour, il devrait y avoir de la grâce et de la droiture entre mari et femme. J’ai apprécié le cœur qu’elle avait mis dans ses efforts et sa contribution à notre mariage. Sans son soutien, notre hypothèque n’aurait pas été payée de longtemps. "


Il a abandonné son attachement à l’intérêt personnel et s’est immédiatement senti ouvert d’esprit et détendu. Chiang a dit : “ J’ai décidé de diviser l’argent de la vente de la maison à parts égales entre nous deux. De cette façon, elle et notre fille peuvent vivre confortablement. Elle pourra réaliser son rêve d’avoir une salle de musique où elle puisse enseigner le violon.”


Avec ce changement majeur d’état d’esprit, la maison s’est vendue rapidement et à un bon prix. Lui et sa femme ont partagé également les bénéfices.


Chiang a déclaré “Je ne me suis pas bagarré pour la maison après avoir changé d’état d’esprit. Face à la colère et aux sarcasmes de mon ex-femme, je n’ai pas répondu, mais l’ai sincèrement remerciée pour l’opportunité qu'elle m'offrait d’élever mon caractère. Peu à peu nous sommes redevenus de bons amis et nous veillons l’un sur l’autre.


Chiang a ajouté " Pratiquer le Falun Gong me rend heureux. J’en ai tant bénéficié et je vais m’efforcer d’être encore plus diligent dans la pratique.”

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.