Une marche et un rassemblement du Falun Gong à Cologne

Les pratiquants de Falun Gong de plusieurs pays européens ont organisé un rassemblement et une marche à Cologne, Allemagne, dimanche dernier. Ils entendaient donner à mieux connaître cette ancienne discipline chinoise pour le corps et l’esprit et dénoncer sa persécution en Chine.

 
Tian Guo Marching Band joue devant la Cathédrale de Cologne avant la marche
 
Le cortège part de la Cathédrale de Cologne.
 
La grande marche
 

Démonstration des exercices devant la cathédrale
 

Commémorer ceux qui ont été torturés à mort sous la persécution.

Au cours des dix dernières années, les pratiquants de Falun Gong ont régulièrement organisé des évènements devant la Cathédrale de Cologne. De nombreux touristes, notamment Chinois, ont pu discuter avec eux et changer d’opinion à propos du Falun Gong.


Quelques pratiquants ont pris la parole au rassemblement à l’issue de la marche.

 
Liu Wei, membre de Tian Guo Marching Band, a parlé de la torture qu’elle a subie en Chine.

Avant qu’elle n’arrive en Allemagne, il y a de cela dix ans, Liu Wei a été incarcérée dans le camp de travail pour femmes de Pékin pendant 16 mois. Elle a été soumise à 16 heures quotidiennes de travaux forcés et méchamment battue.

 
Edgar Schmitz a été très attristé par les expériences des pratiquants.

Edgar Schmitz, un membre du gouvernement allemand, a écouté les discours. Il a été profondément perturbé par les violations des droits humains ayant lieu en Chine.


“Nous vivons dans un pays libre où nos droits sont protégés a-t-il dit. Pour quelqu’un comme moi qui a grandi en Allemagne, la persécution du Parti communiste est vraiment choquante.


“Il est vraiment important que de plus en plus de Chinois aient le courage de s’exprimer ouvertement. Cet évènement a attiré l’attention des Chinois. La persécution concerne tout le monde," a-t-il ajouté. " Je sens devoir faire quelque chose. Je me dois d'en informer mes enfants qui ont vingt ans."

 
Barbara Rundna-Kaminska a pleuré pour les pratiquants.

Barbara Rundna-Kaminska, un professeur d’allemand, n’avait jamais entendu parler de la persécution. Elle a été bouleversée par les discours. Des larmes dans les yeux, elle et son mari ont signé la pétition condamnant le prélèvement d’organes validé par l’État, une des pires formes de la persécution en Chine.

 
Des touristes chinois lisent les messages sur les bannières.

Des groupes de touristes chinois sont passés devant les pratiquants. Beaucoup d’entre eux ont pris des photos de choses qui sont impossibles à voir en Chine. Plusieurs jeunes étudiants étaient intéressés par la pratique et ont pris des dépliants et des brochures.


Version chinoise :
法轮功学员在德国科隆揭露中共迫害

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.