Le public à Sydney soutient les efforts des pratiquants de Falun Gong pour mettre fin à la persécution

Chaque vendredi après-midi, les gens qui visitent Hyde Park dans le centre de Sydney voient un groupe de pratiquants de Falun Gong pratiquer paisiblement les exercices et parler aux passants de cette ancienne discipline spirituelle.


Les pratiquants étaient au parc à midi le 9 juin pour attirer l’attention sur la persécution du Falun Gong en Chine, y compris le massacre du Parti communiste chinois approuvé par l’état, de pratiquants en vue de récolter leurs organes pour le profit. Les gens qui ont appris cette atrocité ont signé la pétition pour en réclamer la fin.

 
Les pratiquants à Sydney démontrent les exercices du Falun Gong dans Hyde Park.

Tandis qu'un groupe de pratiquants faisait les exercices au son d’une paisible musique, d'autres distribuaient des documents d'information et recueillaient les signatures auprès des passants.


Sue se promenait dans le parc avec sa petite-fille. Elle a signé la pétition et une carte postale à son député fédéral après avoir compris ce que les pratiquants faisaient. Que des prélèvements forcés d’organes puissent avoir lieu dépassait son entendement. "C’est tout à fait inacceptable et ne peut pas être autorisé, " a-t-elle dit. Sa petite-fille était heureuse de recevoir une fleur de lotus en origami d'un joli bleu.


 
Sue signe une pétition appelant à la fin de la persécution du Falun Gong en Chine.


Un groupe de jeunes filles qui passait par le parc s’est arrêté pour prendre des documents d'information et écouter un pratiquant parler du Falun Gong et de la persécution. Après avoir entendu que le Parti communiste chinois prive les pratiquants de leur liberté de croyance, et les tue pour leurs organes, les jeunes femmes ont été abasourdies et ont solennellement signé la pétition.

 
Des jeunes gens signent la pétition après avoir découvert à quel point la persécution contre les pratiquants de Falun Gong en Chine est brutale.

Raul Rojias et Maureen Isa, qui sont catholiques pratiquants, entendaient parler de la persécution et des crimes de prélèvement forcé d'organes pour la première fois. Ils ont été choqués et ont dit que Dieu regarde - si les gens commettent des crimes, Dieu les punira. Tous deux ont signé la pétition et dit qu'il est de leur responsabilité d'aider les gens qui souffrent de la persécution.


 
Des gens à Sydney signent la pétition en soutien au Falun Gong.


Mme Irène Rapp a signé la pétition et a dit à un pratiquant qu'elle avait entendu parler du prélèvement forcé d'organe forcé il y a 15 ans à Londres. Elle a dit qu'il est inconcevable qu'une telle chose continue à avoir lieu après tant d'années, et que tous les gouvernements devraient se lever pour l'arrêter.


Deux sœurs du Venezuela ont imité les mouvements des pratiquants faisant les exercices sur la pelouse. Un pratiquant leur a enseigné ensuite à faire les deuxième et troisième exercices. Elles ont appris sincèrement. A la fin, elles ont étreint le pratiquant pour exprimer leur appréciation. Elles ont dit avoir senti une puissante énergie en faisant le mouvement de rotation du Falun devant leur abdomen, et se sentaient à l'aise et heureuses en faisant les exercices.

 
Les touristes de différents pays apprennent à pratiquer les exercices de Falun Gong.


Un couple de Suède a regardé les pratiquant faire la méditation assise un long moment avant que la femme ne vienne se joindre à eux. Le couple a signé la pétition avant de partir.

 
Les passants à Sydney signent la pétition pour soutenir les efforts des pratiquants de Falun Gong pour mettre fin à la persécution.


Grâce à la persévérance des pratiquants, de plus en plus d’Australiens ont appris la persécution du Falun Gong, et de plus en plus de gens se sont levés pour soutenir leurs efforts pour mettre fin à la persécution.


Version anglaise :
Sydney, Australia: Public Support for Falun Gong Practitioners' Efforts to End the Persecution

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.