Journée du don d’organes en Allemagne: pourquoi chaque patient devrait savoir ce qui se passe en Chine

Le 3 juin, journée du don d'organes en Allemagne a permis d'attirer davantage l'attention sur le commerce d'organes massif ayant lieu actuellement en Chine. Pour les patients, les temps d'attente y sont incroyablement courts et des personnes seront tuées pour ces organes.


Ethan Gutmann est le co-auteur d'un nouveau rapport, selon lequel des centaines de milliers en Chine ont été tués pour leurs organes. Il est actuellement nominé pour le prix Nobel de la paix, pour son travail. ( Steve Ispas - Epoch Times)

Le 3 juin était la Journée du don d’organes en Allemagne. L’attention du public s'est focalisé spécialement sur le manque de donneurs d’organes et les temps d’attente qui en résultent pour les patients en ayant besoin. En Allemagne, selon une récente enquête, 80% des personnes interrogées sont disposées à donner des organes. Et pourtant, encore plus de 10 000 personnes sont sur les listes d’attente. Beaucoup d’entre eux ont attendu pendant des années – et beaucoup attendent en vain.


Selon Bodo Ramelow, Premier ministre de Thuringe et patron de la Journée du don d’organes 2017, " il y a des maladies qui ne peuvent être vaincues que par un don d’organes. J’ai connu une telle situation dans mon environnement personnel et d'après mon expérience: c'est quelque chose qui peut vraiment arriver à tout le monde ".


Ce que vous devez savoir

En revanche, en Chine, les patients se voient offrir un organe seulement au bout de quelques jours, jusqu’à quatre semaines tout au plus. " Les temps d’attente pour des donneurs sont ridiculement courts " a déclaré Hubert Körper, membre du conseil d’administration de la Société internationale pour les droits de l’homme (ISHR).


En Allemagne, les organes sont répartis selon les directives et normes éthiques et médicales de l’"Euro Transplant ". La répartition des organes aux patients sur liste d’attente est régie par des critères objectifs.


Les canaux d’approvisionnement d’organes en Chine, cependant, ne sont ni transparents ni compréhensibles. Lors du dernier Congrès mondial de la Société de transplantation à Hong Kong, le président par intérim Dr Philip J. O’Connell a déclaré au sujet du système de transplantation chinois : "Je dois dire qu’il y a une profonde méfiance envers de nombreux domaines de leurs programmes de transplantation. La raison est qu’il y a des échanges commerciaux évidents avec de riches étrangers de l’Occident ou du Moyen-Orient ".


Les victimes sont des prisonniers politiques

En Chine, des centaines de milliers de personnes ont été tués pour leurs organes, selon une étude au cours des 15 dernières années. Ce sont principalement des prisonniers d’opinion, tels que les membres des églises chrétiennes, des Tibétains, Ouïgours et en majorité des pratiquants du mouvement de méditation Falun Gong.


Pour les victimes des prélèvements forcés d’organes, l'issue est toujours fatale, ont souligné les auteurs de l’enquête, David Matas et David Kilgour Ethan Gutmann, nominés pour le prix Nobel de la paix.


Par conséquent, en cette Journée du don d’organes, le Centre d’ Information de Falun Dafa allemand a demandé " en particulier aux médias et aux médecins de sensibiliser leurs concitoyens sur cette question et de travailler pour mettre fin aux prélèvements systémiques d’organes en Chine. "


Le fait que la Chine prélève des organes sur des personnes vivantes est connu depuis 2006 – alors que la communauté internationale reste, à ce jour, les bras croisés, quelques exceptions mises à part. Dans un entretien avec Epoch Times, l’avocat des droits de l’homme David Matas a évoqué l’attitude de l’Allemagne et les possibilités qui existent pour répondre aux crimes d’État de la Chine.


Version allemande :
Tag der Organspende: Warum jeder Patient wissen sollte, was in China passiert

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.