De hauts fonctionnaires canadiens préoccupés par le sort d’une citoyenne détenue et torturée à Pékin pour sa croyance

La citoyenne canadienne Mme Sun Qian a été arrêtée à Pékin il y a trois mois en raison de sa croyance en Falun Dafa. Les autorités chinoises l'ont torturée dans un centre de détention et ont interdit à son avocat de la rencontrer, suscitant préoccupations et critiques venant de nombreux fonctionnaires canadiens.


 
La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a dit qu’elle allait suivre de près le cas de Mme Sun Qian.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, a déclaré qu'elle y accorderait une attention particulière parce que ce sont "des questions que tout gouvernement canadien, et certainement notre gouvernement et moi-même, en tant que ministre des Affaires étrangères, prenons le plus à cœur.


"À mon avis, même un seul Canadien détenu à l'étranger de manière injuste est un de trop, et c'est un devoir pour tous les gouvernements", a-t-elle poursuivi, "je prends extrêmement au sérieux mon devoir".


Détention et torture

Mme Sun Qian, 51 ans, est diplômée de l'Université de Pékin et a ultérieurement créé une entreprise de biotechnologie. Elle est devenue citoyenne canadienne en 2007. Elle est détenue dans le premier centre de détention de Pékin depuis son arrestation le 19 février 2017.


Selon sa sœur Sun Zan, qui a vu Qian le 5 mai, elle a été maltraitée dans le centre de détention. "En voyant ma sœur refuser d'abandonner sa croyance, les gardiens l'ont jetée à terre, lui laissant des éraflures sur ses bras. Quatre gardes l’ont alors maintenue brutalement pour lui mettre des menottes et des chaînes aux pieds." Les menottes étaient très serrées, ce qui l'empêchait de bouger ses mains. Les chaînes aux pieds étaient lourdes également. Les gardes ont aussi pulvérisé sur son visage un liquide corrosif.


Parce que les agents de détention n'ont pas permis à l'avocat de Qian de lui rendre visite le 17 mai, sa famille a demandé l'aide de l'ambassade du Canada. Les responsables canadiens ont confirmé que Qian est menottée depuis le 5 mai, même pendant son sommeil.

 


Les efforts de secours

Michael Cooper, député, a dit que Qian a été arrêtée parce qu'elle suit les principes de Vérité-Compassion-Tolérance. Au cours des 18 dernières années, un grand nombre de pratiquants de Falun Dafa ont été arrêtés, détenus et torturés en Chine; certains ont même été tués pour leurs organes.


Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice et procureur général, a dit que les mauvais traitements à l’encontre de Qian violaient la convention internationale et les lois chinoises.

 
Peter Kent, député, a dit que le gouvernement canadien doit aider ceux qui sont persécutés par le gouvernement chinois.

Peter Kent, député, a dit qu’il espère que le gouvernement canadien engagera plus d’actions pour résoudre cette question.


 
Elizabeth May, députée et chef du Parti Vert, a appelé à davantage d’actions pour secourir Qian et les autres pratiquants de Falun Dafa détenus en Chine.

"Nous exhortons les autorités chinoises et la République populaire de Chine à rendre à une citoyenne canadienne son passeport canadien et à la laisser rentrer chez elle", a dit Elizabeth May, députée et chef du Parti Vert. "Et d'autre part, nous soulignons encore une fois que la question plus large de la persécution des pratiquants de Falun Dafa doit cesser".


Article correspondant en chinois :
加裔企业家孙茜在京遭迫害-律师要求会见被阻


Traduit de l’anglais de :
Canadian Top Officials Concerned about Citizen Detained and Tortured in Beijing for Her Belief

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.