Canada, Ottawa : Une conférence de presse au Parlement pour demander la libération d'une pratiquante de Falun Gong canadienne détenue à Pékin

Lors d'une conférence de presse du 9 mai 2017, plusieurs députés ont appelé le gouvernement canadien à exiger que le régime communiste chinois libère la citoyenne canadienne Qian Sun. Ils ont également appelé à la fin de la persécution du Falun Gong en Chine.

 
Les intervenants à la conférence de presse (de gauche à droite): Grace Dai et Xun Li, représentants de l'Association Falun Dafa; Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice; la députée Cheryl Hardcastle, du NPD; Le député Michael Cooper, un conservateur; la député Elizabeth May du Parti Vert; Miss Monde Canada Anastasia Lin; Et le député Peter Kent du Parti conservateur.

Mme Sun est sur la liste des personnes les plus riches en Chine. Elle a été détenue depuis mars pour sa croyance en Falun Gong. Des députés de trois partis de l’opposition ont participé à la conférence de presse et appelé à la libération de Sun.


Le député Peter Kent a déclaré : " Qian Sun n'est que la plus récente citoyenne canadienne, parmi plusieurs millions de citoyens chinois, à être persécutée pour sa foi en Falun Gong, une discipline philosophique qui épouse la croyance en la paix, l’authenticité et la tolérance.


"Je pense que tous ceux qui ont parlé aujourd'hui voient la nécessité d’un message fort au gouvernement de la Chine de libérer Qian Sun, mais en même temps, nous attendons, et demanderons au gouvernement de parler avec plus de force en public."


Le député Michael Cooper a appelé le régime communiste chinois à libérer Sun, disant qu'il était inacceptable que Sun soit détenue 10 semaines pour vivre en accord avec Authenticité-Bonté-Patience et qu'il était temps pour le gouvernement canadien de protéger ses citoyens.


La députée Cheryl Hardcastle a déclaré qu'il était inacceptable pour le gouvernement canadien de garder le silence sur cette question, que le Canada doit avoir de bonnes relations avec les autres pays, mais que la condition préalable est qu'ils doivent respecter les droits humains.


La députée Elizabeth May a déclaré : "La notion selon laquelle la pratique du Falun Dafa, qui est une pratique spirituelle non violente, devrait mettre quelqu'un dans la ligne de mire des autorités de la République populaire de Chine, demeure une inquiétude profonde pour tous les Canadiens préoccupés par les droits de l'homme.


" Nous exhortons les autorités chinoises et la République populaire de Chine à redonner à une citoyenne canadienne son passeport canadien et à lui permettre de rentrer chez elle. Et d'autre part, nous soulignons encore une fois que la question plus vaste de la persécution des pratiquants de Falun Dafa doit s'arrêter ".


L’ancien ministre de la justice: le PCC persécute des gens innocents

Irwin Cotler, ancien ministre de la justice, a comparé le cas de Sun à celui du professeur Kunlun Zhang, un ancien de ses collègues à l’Université McGill qui a été détenu lors d'une visite en Chine parce qu'il pratique le Falun Gong.


Zhang a été arrêté en 2000 et envoyé dans un camp de travaux forcés pour trois ans. Son cas a été largement médiatisé au Canada et, en raison d'une voix forte venant des élus et d'une couverture médiatique régulière, il a été libéré en janvier 2001.


Cotler a initié l'effort pour que Zhang soit libéré et a agi comme son conseiller juridique.


Cotler a déclaré que le cas de Sun était un autre tel exemple, qu'elle est victime de la persécution du PCC et que cela montre que le PCC arrête les personnes sur des charges injustifiées. Il a expliqué que c'était une discrimination sélective, fondée non sur ce que fait une personne, mais sur ce qu'est la personne. Sous l’autorité du PCC : " Nous avons un tel crime. Donnez-nous une personne, un pratiquant de Falun Gong. Cela suffit. "


Il a dit que la persécution du Falun Gong est une violation de la loi et il a exhorté le régime chinois à respecter les traités internationaux, à libérer Sun et à mettre fin à l'arrestation illégale, la torture et l'emprisonnement des pratiquants de Falun Gong.


La déclaration de Qian Sun rendue publique

La déclaration de Sun a été lue lors de la conférence de presse. Elle a écrit: "J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong en 2014 pour ma mauvaise santé. J’ai guéri peu de temps après. Je crois et respecte les principes du Falun Gong de Vérité-Bonté-Patience. Il s'agit d'un droit fondamental de l'homme qui devrait être protégé par la Constitution chinoise, la Constitution canadienne et la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies.


" En raison de mes convictions, j'ai été détenue à Pékin depuis le 19 février 2017. Cela fait dix semaines. Aujourd'hui, je demande au gouvernement canadien, à l'Association canadienne de Falun Dafa et à Minghui.org d'aider à assurer ma libération inconditionnelle. Dans le même temps, j'ai le droit de lire Zhuan Falun , le livre principal du Falun Gong, et faire les exercices tous les jours avant de sortir. "


La mère de Sun, Yunxiu Li, âgée de près de 80 ans, a déclaré dans un communiqué : "Ma fille n'a commis aucun crime. Au lieu de cela, elle s'efforce d'être une meilleure personne. Mais sous le contrôle violent du PCC, elle est détenue. J'apprécie le gouvernement canadien, les médias et les personnes de conscience pour leur aide pour la secourir."


Version anglaise ;
Ottawa, Canada: Press Conference in Parliament to Request the Release of a Canadian Falun Gong Practitioner Detained in Beijing

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.