Surmonter les obstacles mentaux

J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1998. Après avoir avancé en trébuchant dans la cultivation, j'ai fait une percée et je m'en suis sorti. J'aimerais ici partager mon expérience avec les autres pratiquants dans l'espoir que cela puisse aider ceux qui rencontrent de pareils obstacles.


Lorsque j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, je pouvais endurer de nombreuses épreuves. Par exemple, en pratiquant la méditation assise, même si je ressentais beaucoup de douleur, je pouvais continuer pendant toute la durée de l'exercice. J'étudiais également le Fa avec diligence. J'étais strict envers moi-même pour élever mon xinxing. Par exemple, dès qu'une mauvaise pensée surgissait, je pouvais l'attraper.


Après le début de la persécution, la base que j'avais établie durant une année d'étude du Fa m'a aidé à maintenir ma foi envers le Maître et Dafa. Pourtant, comme j'étais un pratiquant relativement nouveau et en raison de mes attachements, j'ai trébuché par deux fois.


La première chute était liée à la luxure. Auparavant, je pensais que je n'échouerais jamais dans ce domaine. Lorsque j'ai réellement trébuché là-dessus, cela ressemblait à un rêve et était très difficile à croire.


Après coup, j'ai éprouvé beaucoup de regrets, mais je n'arrivais pas à surmonter cet obstacle mental. Plus tard, cet état d'esprit a provoqué quelques problèmes, y compris le fait que je sois persécuté, arrêté et emprisonné.


La seconde chute a eu lieu tandis que j'étais emprisonné. J'ai été privé de sommeil pendant une longue période. J'ai fini par ne plus pouvoir maintenir une pensée droite et j'ai rédigé les quatre déclarations (similaire aux trois déclarations) selon lesquelles je renonçais au Falun Gong. Le garde m'a même fait écrire : « Je jure sur l'honneur. »


J'ai pris conscience que les autres pratiquants qui avaient aussi renoncé au Falun Gong savaient qu'ils avaient fait une erreur, mais ils avaient manqué de courage pour surmonter cette erreur. C'était probablement dû à cette déclaration.


Au bout d'un moment, j'ai eu le courage d'aller dans le bureau du directeur de la prison pour déclarer que ce que j'avais écrit l'avait été contre ma volonté. J'ai dit que ces déclarations étaient nulles et non avenues. Le directeur m'a demandé : « Avez-vous dit que vous juriez sur l'honneur ? »


J'ai répondu : " Je n'ai pas d'honneur humain, mais plutôt l'honneur d'un être divin." Le directeur n'a rien trouvé à répondre.


Le directeur ne m'a jamais mis en difficulté. J'ai réussi à passer ce test sans être perturbé et cela ne m'a laissé aucune séquelle psychologique.


Néanmoins, je ne pouvais pas complètement surmonter la première chute, bien qu'elle se fût produite bien longtemps auparavant. Avant de faillir dans l'épreuve de la luxure, je me sentais toujours d'excellente humeur. Que je fasse bien ou mal, je réagissais toujours avec une attitude appropriée. Mais maintenant, je n'arrivais plus à retrouver ce sentiment de pureté.


Lorsque je devenais vraiment frustré, toutes sortes de mauvaises pensées m'envahissaient comme : "Laisse tomber, va regarder des sites pornographiques. "


Je savais que ces pensées étaient mauvaises et que c'était des interférences du karma de pensée. Mais lorsque j'étais faible, cela prenait le dessus. En conséquence, plusieurs fois, j'ai suivi ces pensées. Après coup, je le regrettais profondément et me décidais à mieux faire la fois suivante. Avec tous ces hauts et ces bas, c'est devenu une épreuve très difficile pour moi. Cela a failli me détruire et j'ai presque perdu espoir.


Un jour, j'ai vu deux enfants en train de se disputer. Cette dispute semblait sérieuse, mais en moins de cinq minutes ils avaient fait la paix. C'est comme s'ils ne s'étaient jamais disputé.


Cela m'a touché. Les enfants sont si purs et ils ne gardent aucune négativité dans leur cœur. C'est seulement parce que nous les adultes avons des esprits très compliqués que l'impact psychologique d'un événement reste en nous. Et cet impact psychologique peut faire qu'une personne continue de chuter et ne soit plus diligente.


Un jour, je suis tombé sur un article du site Internet Minghui intitulé "Les pratiquants de Falun Dafa aux yeux d'un être éveillé ". Cet article explique que la question des obstacles psychologiques est due à un manque de confiance en soi et que c'est aussi une manifestation du fait de ne pas croire en le Maître et en Dafa. C'est vrai.


Le Maître a dit :

" Ceux qui sont tombés, relevez-vous et continuez à avancer, le Maître ne vous abandonne pas, vous ne devez pas non plus perdre confiance, il y aura encore des occasions, de toute façon je vais réussir à vous apporter le salut, n’avez-vous toujours pas confiance ? " (" Expliquer la Loi lors de la Conférence de Loi de l’Ouest des Etats-Unis au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003 (Deuxième partie)"


Je me suis dit : " J'ai trouvé la racine du problème ! Je dois avoir confiance en moi. Je dois croire en Maître et en Dafa. L'effet psychologique est un attachement et je dois l'abandonner. " J'ai ressenti de la légèreté dans mon cœur que je n'avais jamais ressenti avant.


Cela m'a pris du temps pour surmonter cet obstacle psychologique, mais j'ai vraiment réussi à retrouver ce sentiment de paix que j'avais lorsque j'ai commencé à pratiquer Dafa. La cultivation et pratique n'est plus un lourd fardeau pour moi. Hier, j'ai de nouveau pu m'asseoir en méditation pendant une heure. Je savais que c'est le Maître qui m'encourageait. Il ne m'a jamais abandonné.


Dans les anciennes voies de cultivation, lorsqu'un pratiquant faisait une grosse erreur, il ne pouvait plus cultiver et pratiquer. Si nous pouvons surmonter nos obstacles psychologiques et nous relever rapidement après avoir chuté, alors rien ne peut nous arrêter sur notre chemin de cultivation. N'est-ce pas quelque chose que nous laissons pour les futurs pratiquants ? Une mauvaise chose ne se transforme-t-elle pas en une bonne chose ?

Version anglaise :
Overcoming Mental Obstacles

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.