La Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse internationale : les pratiquants de Falun Gong font l’objet de prélèvement d'organes en Chine

La Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel 2017 le 26 avril. La Chine reste sur la liste des pays particulièrement préoccupants (CPC). Le rapport a noté que les pratiquants de Falun Gong continuent d'être sévèrement persécutés et soumis au prélèvement forcé d'organes en Chine.


L'USCIRF recommande que le Département d'Etat désigne 10 pays comme CPC, comprenant la Chine, la Corée du Nord, l'Iran et la Birmanie. Thomas Reese, SJ, président de l'USCIRF, a déclaré que la liberté religieuse à travers le monde continue de se détériorer.


Le rapport indiquait que le régime chinois a continué à persécuter les bouddhistes tibétains, les protestants et les catholiques, les musulmans ouïghours et les pratiquants de Falun Gong en 2016.
Le rapport notait également que le Falun Gong a été interdit en Chine depuis 1999 et que " les pratiquants ont été gravement maltraités depuis. Ils sont régulièrement enfermés dans des camps de travail ou des prisons, ou disparaissent complètement. En détention, les pratiquants de Falun Gong sont soumis à l’expérimentation psychiatrique et autres expérimentations médicales, la violence sexuelle, la torture et au prélèvement d'organes.


" Un nouveau rapport publié en juin 2016 par la Coalition internationale pour mettre fin au pillage d"organes en Chine a révélé que 60 000 à 100 000 transplantations d'organes sont effectuées dans le pays chaque année, un écart alarmant avec les 10 000 déclarés par le gouvernement. Les donateurs d'organes ne sont souvent pas consentants, en particulier les prisonniers du Falun Gong exécutés et les détenus, bien que des individus d’autres croyances ont également été ciblés, comme les musulmans ouïghours, les bouddhistes tibétains et les chrétiens ".


Le rapport a également mis en évidence des exemples individuels du régime chinois ciblant les pratiquants de Falun Gong, dont Zhiwen Wang, coordinateur de l'ancienne Association de Falun Dafa de Pékin et Anastasia Lin, Miss World Canada.


Selon le rapport, " Zhiwen Wang, un pratiquant de Falun Gong qui a été persécuté et emprisonné pendant 15 ans, a été libéré en 2014, mais le gouvernement chinois l'a empêché de recevoir des soins médicaux appropriés et de retrouver sa famille aux États-Unis. En 2016, Zhiwen a obtenu un passeport et un visa américain pour quitter la Chine, mais un agent des douanes à l'aéroport a annulé son passeport. Cela s'est produit après que la police chinoise et les agents secrets aient harcelé et intimidé Zhiwen et sa famille pendant plusieurs jours.


"Pour la deuxième année consécutive, en 2016, les autorités chinoises ont tenté de réprimer la défenseuse des droits de l'homme née en Chine et pratiquante de Falun Gong Anastasia Lin. Les autorités chinoises lui avaient refusé un visa et empêché son entrée en Chine continentale depuis Hong Kong lorsque le pays accueillait la compétition de Miss Monde 2015. Elle a participé à la compétition Miss Monde 2016 à Washington, DC, mais les journalistes chinois et d’autres 'accompagnateurs' l'ont suivie sans relâche, et les responsables du concours ont interféré avec sa capacité à s’adresser aux médias et l'ont initialement empêché d'assister à la projection de "The Bleeding Edge", Un film sur le prélèvement forcé d'organes de la Chine dans lequel elle a le premier rôle ".


Le rapport décrit également la répression du régime chinois sur les avocats des droits de l'homme: «En 2016, le gouvernement chinois a renforcé sa répression contre les avocats et les autres défenseurs des droits de l'homme. Au moment de la rédaction de ce article, l'avocat des droits de l'homme Jiang Tianyong restait en détention à un endroit inconnu après que les autorités chinoises l’aient détenu en novembre 2016 sur des soupçons prétendus de "subversion de l'État".


En décembre 2016, un groupe d'experts de l'ONU a demandé au gouvernement chinois d'enquêter sur le sort de Jiang et a exprimé son inquiétude quant au fait que son travail dans le domaine des droits de l'homme - y compris la représentation des Tibétains, des pratiquants de Falun Gong et d'autres – lui fait courir un danger de passages à tabac et de torture par la police."


Version chinoise :
国际宗教自由报告-法轮功学员仍被强摘器官

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.