Un pratiquant de Falun Gong décède après avoir été détenu six mois dans un centre de détention de la province du Gansu

M. Zhang Bingwu, pratiquant de Falun Gong habitant le canton de Jingyuan dans la province du Gansu, est mort huit mois après avoir été arrêté. Il avait été détenu six mois au centre de détention de Jingyuan.


M. Zhang arrêté le 13 mai 2016 pour l’affichage d’informations sur le Falun Gong, est décédé le 26 janvier 2017 avec une tumeur au cerveau.


Arrestation

Le 17 mai 2016, au beau milieu de la nuit, des agents du département de police ont escaladé le mur de la cour et pénétré au domicile de M. Zhang. Ils ont menacé sa famille et saccagé sa maison avant de l'emmener au centre de détention.

Il avait été détenu et persécuté à plusieurs reprises depuis que la persécution du Falun Gong a commencé en 1999.


Son épouse et sa fille cadette, alors enceinte de cinq mois avec son autre enfant de cinq ans étaient chez lui au moment de l’arrestation. L’enfant a été terrifié par la scène se déroulant sous ses yeux.Très perturbée depuis l’arrestation, l'épouse de M. Zhang n'arrivait plus à bien dormir et était toujours aux aguets. Elle a développé de l'hypertension artérielle et semblait avoir vieilli d'un coup, bien qu'ayant à peine 50 ans.


Libération pour raison médicale et décès

Le 22 novembre 2016, le chef du centre de détention et deux agents se sont rendus chez M. Zhang et ont informé sa famille qu'il avait une tumeur au cerveau. Il a été libéré pour raison médicale trois jours plus tard, après que sa famille a complété et soumis les documents nécessaires.
 

Sa famille a remarqué que son expression était terne et sans réaction. Il était aussi incontinent. Il donnait des réponses sans lien aux questions qu’ils lui posaient. Si quelqu'un levait le poing devant lui, il devenait très apeuré et faisait aussitôt un geste comme pour l'éviter. Il ne pouvait pas répondre lorsqu'on lui demandait s'il avait été battu en détention.

La famille a entendu dire qu'un policier avait déclaré que M. Zhang n'en avait pas pour plus d'un mois, car il était gravement malade.

Le 22 novembre 2016, le chef du centre de détention et deux policiers sont allés chez M. Zhang et ont informé sa famille qu'il avait une tumeur au cerveau. Il a été libéré trois jours plus tard pour raison médicale après que sa famille a complété et soumis les documents nécessaires.


La famille a emmené M. Zhang à l'hôpital le 31 novembre. Le médecin a demandé à la famille si M. Zhang était toxicomane en voyant des marques d'aiguilles partout sur son corps.


Lorsque M. Zhang était détenu, le département de police a fabriqué des preuves de son " crime " et les a envoyées au parquet. Un procès était initialement prévu pour le 28 décembre 2016 et il a plus tard été reporté au 4 janvier 2017.


Avant le procès en janvier, le juge a visité le domicile de M. Zhang pour vérifier si son état physique l’empêchait vraiment d’y assister. Il a commenté que M. Zhang avait l'air bien avant de partir.


M. Zhang n'a pas pu assister au procès le 4 janvier.


Le 17 janvier 2017, la famille l'a envoyé précipitamment à l'hôpital lorsqu'ils ont remarqué qu'il souffrait et se convulsait. Il a été transféré à un autre hôpital dans un état critique.


Différents symptômes ont commencé à apparaître : de la rougeur, des pustules, des éruptions et de petites cloques. Dans les deux jours qui ont suivi, une série de tests a montré qu'il avait une tumeur maligne au cerveau avec un haut niveau d'accumulation de fluide, ce qui aurait pu être causé par un traumatisme. Il est tombé dans le coma le jour suivant son admission à l'hôpital.


La famille l'a ramené à la maison le 22 janvier 2017, ayant décidé de ne pas entreprendre d'opération ce jour-là.


La famille a tenté de lui poser des questions lors qu’il a repris conscience, mais il n’a pu décrire ce qui s'était produit pendant qu'il était détenu. M. Zhang est décédé le 26 janvier 2017.


Après sa mort, le juge a encore harcelé sa famille le 6 février 2017 par des appels téléphoniques.


Deux autres pratiquants également persécutés

M. Liu Sicai et M. Song Guoli étaient avec M. Zhang le 13 mai 2016. M. Liu affichait aussi des posters.


M. Liu a été arrêté le 19 mai 2016 et envoyé au même centre de détention.


Le 4 janvier 2017, M. Liu a été condamné à six ans de prison après un procès auquel sa famille n'a pas été autorisée à assister.


Les proches de M. Song ont été harcelés par la police depuis la mi-janvier 2017. Des policiers ont fouillé leurs domiciles dans une tentative de l'arrêter. Il n'a pas eu d'autre choix que de quitter son domicile pour éviter une persécution ultérieure.


Liste des personnes responsables pour la mort de M. Zhang :

Su Benlu, juge en charge du cas : +86-153-39890253
Hao Jun, chef de police au Bureau 610 : +86-151-09438616
Zhong Lianrong, chef adjoint de police au Bureau 610 : +86-151-09438539

(Les coordonnées de davantage de personnes impliquées dans ce cas de persécution sont disponibles dans l'article original en chinois)

Voir également (en chinois) :
甘肃靖远县张秉武被迫害致死


Version chinoise :
甘肃张秉武被迫害致死 刘思财被枉判六年

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.