Un policier: " Vous pouvez accrocher la bannière ici !"

Le Falun Gong est persécuté en Chine depuis 18 ans. Certains policiers ont progressivement appris la vérité et ont maintenant commencé à soutenir les pratiquants. Voici deux histoires récemment soumises à Minghui, la première par un lecteur de la province du Heilongjiang et la seconde par un lecteur de la province du Shandong.


Distribuer des calendriers Minghui dans la province du Heilongjiang

Je suis sorti avec 12 calendriers Minghui pour les distribuer un après-midi. Ils contenaient des informations de base à propos du Falun Gong et étaient joliment conçus. Les gens les ont beaucoup apprécié, d'autant que le Nouvel An chinois approchait. En quelques minutes, j'avais distribué neuf des calendriers et trois personnes avaient accepté de quitter le Parti communiste. Je leur ai parlé des mauvais traitements infligés par le régime au peuple chinois, notamment aux pratiquants de Falun Gong.


 
La première page d'un calendrier Minghui 2017


Je traversais une rue pour entrer chez un dépanneur quand un homme m'a interpellé. Je l'ai salué et lui ai tendu un calendrier.

" Savez-vous qui je suis?" a-t-il demandé, le calendrier à la main.

" Non, je ne pense pas que nous nous soyons rencontrés auparavant, " ai-je répondu.

" Mais je sais qui vous êtes. Vous êtes [pratiquant de ] Falun Gong, non? " a-t-il poursuivi.

" Oui ", ai-je -dit, me demandant où il voulait en venir.

" Hey, vous savez, avec autant d'entre vous dans la rue, nous avons nous aussi envoyé un grand nombre de gens en patrouille," a-t-il dit, impliquant qu'il était policier. " En fait, pour l'arrestation d' un seul d'entre vous, nous toucherions une récompense de 1.000 yuans. "


Percevant que ses paroles n’étaient pas hostiles, je lui ai dit: " Je peux dire que vous êtes une bonne personne. Vous ne voudriez pas faire des choses aussi stupides et arrêter des personnes innocentes, pas vrai ? "


Il n’a pas répondu, mais il a demandé ce que j’avais encore dans mon sac. Je lui ai tendu un DVD qui contenait des informations à propos du Falun Gong. Mais il en a demandé davantage, en disant qu'il avait vu deux autres calendriers Minghui dans mon sac.


Je lui ai donné les calendriers. Il les a acceptés et m'a pressé de partir. Je n’étais pas sûr de ce qu’il voulait dire, alors j’ai voulu rester pour lui en dire plus à propos du Falun Gong.


Voyant que je ne bougeais pas de là, il s'est impatienté et a dit à voix basse : " Plus d’entre nous pourraient venir ", faisant allusion à des policiers en civil. " S’ils ne trouvent pas de matériaux [liés au Falun Gong] dans votre sac, il n'y a rien qu'ils puissent faire avec vous. Vous feriez mieux d'y aller maintenant. "


Je l'ai remercié et suis parti rapidement. Je savais qu'il avait déjà appris la vérité à propos du Falun Gong et que ses efforts en aidant les pratiquants étaient autant de bénédictions.


" Vous pouvez accrocher la bannière ici ", Une histoire de la province du Shandong

Un jour en fin d'année dernière, je suis allé avec un autre pratiquant accrocher des bannières portant les mots " Falun Dafa est bon " et " TraduireJiang Zemin en justice pour sa persécution du Falun Gong. "


Un pont enjambant une route nous a semblé un bon endroit pour accrocher une bannière. Nous avons vu deux hommes dans la vingtaine assis entrain de pêcher à une extrémité du pont, mais nous les avons ignorés et avons sorti une bannière, nous préparant à l’accrocher.


Les deux hommes ont cessé de pêcher et sont venu vers nous. J'ai compris qu'ils étaient en réalité des policiers. Le premier a vu ce que nous avions à la main et il a continué à marcher sans rien dire. Le second s’est arrêté et nous a regardés en silence. Je me suis approché, dans l'espoir de lui parler du Falun Gong.


Le policier a salué de la main et m'a dit : " Ça va. Vous pouvez accrocher la bannière ici ".


J'ai décidé d'engager la conversation avec eux malgré tout. Après avoir entendu comment le Parti communiste avait si brutalement persécuté le Falun Gong et diffusé sa propagande de haine, deux d'entre eux ont décidé de quitter les organisations communistes – l’un était un membre du Parti, et l'autre avait rejoint la Ligue de la jeunesse communiste.


L'autre pratiquant et moi avons été très touchés par cette expérience. Beaucoup de Chinois ont rompu avec la propagande du Parti communiste, aussi devons-nous faire de notre mieux pour sauver davantage de gens.


Version chinoise :
警察助我脱险

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.