Une audition du Parlement danois aborde le prélèvement forcé d'organes en Chine

Le 8 décembre, une audition sur le prélèvement forcé d'organes en Chine a eu lieu au Parlement danois. Initiée par le Parti populaire danois, le ministre danois des Affaires étrangères, l'Alliance Rouge-Verte et l'Alternative, la session de deux heures était ouverte au public et son enregistrement vidéo était également disponible sur Internet.


Le Parlement danois tient une audition sur le prélèvement forcé d’organes en Chine le 8 décembre 2016.

"C’est une chose que nous ne pouvons pas ignorer"

L'un des initiateurs, Kenneth Kristensen Berth du Parti populaire danois, a prononcé un discours d'ouverture. Prenant l'exemple de Mme Wei Zaiqun, une résidente danoise dont les deux sœurs ont été détenues en Chine pour leur pratique du Falun Gong, Berth a décrit la persécution brutale en Chine. Ces deux sœurs n'ont pas été autorisées à voir leur famille et ont été soumises à une prise de sang, pratique courante suspectée d’être pour la compatibilité des tissus et le prélèvement d'organes.


Tout en soulignant qu'en raison des intérêts économiques, très peu de pays osent contester le régime communiste chinois, Berth a dit: "Cependant, cela implique le fondement même de l'humanité et c'est quelque chose que nous ne pouvons pas ignorer."


Kenneth Kristensen Berth du Parti populaire danois a déclaré que le et la Chambre des représentants des États-Unis ont adopté des résolutions contre le prélèvement forcé d'organes en Chine.

En tant qu'historien, Berth a également souligné: "Je ne peux faire autrement que comparer cela (le prélèvement forcé d'organes en Chine) au génocide commis par les nazis".


Le commerce ne doit pas compromettre les principes

Nikolaj Villumsen de l’Alliance Rouge-Vert a dit quant à lui que le débat va bien au-delà du Parlement danois. "Inutile de dire que le prélèvement d'organes sur des prisonniers de conscience en Chine viole clairement les droits fondamentaux de l'homme, et les gens à travers le monde doivent s'y opposer."


Il a dit que les voix s’élevant contre les atrocités commises par le régime chinois étaient assez claires avant que la Chine n'entre dans le libre marché. Aujourd’hui, la puissance économique de la Chine a supprimé de telles critiques bien que la tyrannie continue. Il a dit qu'il était dangereux pour le gouvernement danois de ne se focaliser que sur le commerce et de négliger les principes.


Rasmus Nordqvist, porte-parole de l'Alternative, a appelé à davantage d'enquêtes indépendantes sur cette question. Il a condamné le don d'organes non consentant et souhaite que le ministre danois des affaires étrangères prenne des mesures effectives.


À la fin de la session, Berth a lu une déclaration conjointe des trois partis politiques demandant une action législative.


À l'instar des résolutions du Parlement européen et de la Chambre des représentants des États-Unis, ces parlementaires réclament une cessation de la collaboration avec le système de santé chinois jusqu'à ce qu'un système transparent et fiable de don d'organes soit mis en place.


Outre mettre fin au prélèvement forcé d'organes, ils ont également exhorté le gouvernement chinois à respecter les droits humains fondamentaux et à cesser immédiatement la persécution du Falun Gong et d'autres groupes spirituels et ethniques minoritaires.


Version en anglais :
Danish Parliament Hearing Focuses on China's Forced Organ Harvesting


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.