Mise à jour concernant le décès du propiétaire d'une boulangerie suite à 90 jours de mauvais traitements en détention

Plus de deux ans après que M. Wang Haijin soit décédé chez lui, le site Minghui a reçu de nouvelles informations concernant le harcèlement de la police et ses derniers jours.


M. Wang, un pratiquant de Falun Gong de Qinhuangdao, province de Shijiazhuang, tenait une boulangerie. Il avait deux filles et sa famille jouissait d'une vie heureuse jusqu'à son arrestation soudaine qui a bouleversé la vie de chacun d'entre eux.


M. Wang a été arrêté le 22 avril 2014, dans son magasin et emmené dans un centre de détention. Pendant les 90 jours où il a été détenu, il a été victime d'abus inimaginables, comprenant d’être gavé, passé à tabac, agressé sexuellement et soumis au travail forcé.


M. Wang à l'hôpital et ses pieds enflés

Les gardes du centre de détention de Funing ont ignoré M. Wang quand il s’est plaint de tachycardie, d’essoufflement, d’un œdème, et de nausées.


Ils ne l'ont envoyé à l'hôpital que lorsqu'il ne pouvait plus manger ni dormir. Lorsque les médecins ont demandé qu'il soit envoyé à l'hôpital et traité pour une insuffisance cardiaque, les gardiens l'ont renvoyé chez lui à la place.


La police l'a alors souvent harcelé, et il était encore plus traumatisé et effrayé. Sa condition physique a empiré et il a finalement succombé aux problèmes cardiaques. Il est décédé en début de matinée le 9 octobre, moins de trois mois plus tard.


Fréquent harcèlement de la police après sa libération

Profondément traumatisé par les mauvais traitements en détention, M. Wang est resté très nerveux et en proie à une peur terrible après avoir été libéré le 22 juillet 2014.


Le lendemain de sa libération, la police a appelé la famille de M. Wang et leur a réclamé 2.000 yuans de "caution" et les a menacés afin qu’ils le surveillent de prés.


Quand il a appris que la police avait appelé, M. Wang ne pouvait plus manger ni bien dormir. Chaque fois que son téléphone sonnait, il devenait très nerveux et effrayé, inquiet que cela puisse être à nouveau la police.


Il avait des flashbacks constants des tortures qu’il avait endurées. Bien que couché dans son lit, ses membres avaient des spasmes incontrôlables et tremblaient, comme s'il était encore torturé.


Le 6 août 2014, Chen Yingli, chef de la division de sécurité intérieure, a appelé la famille de M. Wang et a dit qu'ils avaient soumis son cas au parquet et que le procureur devait le rencontrer. La famille a expliqué à Chen que son état était très instable, et qu’il ne pourrait pas supporter davantage de détresse mentale.


La famille a appelé le procureur et lui a expliqué sa situation. Le procureur a semblé comprendre et n’a pas insisté.


Malgré cela, Chen a continué à appeler M. Wang et a menacé d'ignorer le parquet et d’envoyer l'affaire directement devant le tribunal.


Le harcèlement incessant de Chen a causé une pression énorme à M. Wang. Peu après que Chen soit parti, M. Wang a perdu connaissance.

Arrêt cardiaque

Le jour suivant la visite de Chen, la famille de M. Wang l'a emmené à l'hôpital. Les médecins l’ont examiné pendant deux jours. Ils ont constaté une grave insuffisance cardiaque. Son cœur était de deux fois la taille normale. Il était dans un état critique. Le médecin a également dit à sa famille que son problème avait été causé par une fatigue extrême et la malnutrition. Son état ne relevait plus de la capacité d’un traitement médical.


Comme la police a continué à le harceler, M. Wang n'a jamais récupéré et il est finalement décédé le 9 octobre 2014.


Situation de la famille

Suite à l'arrestation de M. Wang, son épouse a dû fermer leur boulangerie nouvellement ouverte pour se focaliser sur sa libération. Elle a lutté pour joindre les deux bouts, payer son traitement médical, et prendre soin de leurs deux filles pré-adolescentes et de sa belle-mère de 80 ans.


Pire encore, le 2 août 2016, l'épouse de M. Wang, Mme Lu Jiarong, a également été arrêtée et elle est toujours détenue. Un autre pratiquant de Falun Gong, M. Bai Xuesong, qui a aidé à prendre soin des deux filles, a également été arrêté par la police.


Voir également :

Le propriétaire d'une boulangerie torturé dans un centre de détention : “Je ne pensais pas que je pourrais rentrer à la maison vivant"

Still Mourning Their Father’s Death, Two Sisters See Their Mother Arrested Again

Le propriétaire d'une boulangerie meurt chez lui peu après après avoir subi 90 jours de sévices en détention


Version chinoise :
灌食、殴打、性虐待、逼做奴工……

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.