Aidé et protégé tout au long de mon parcours de 17 ans à clarifier les faits

J’ai 83 ans, et je suis pratiquant de Falun Dafa depuis 19 ans. Depuis que la persécution a commencé, je n’ai jamais cessé de sortir pour clarifier la vérité propos du Falun Dafa.


Il y a eu de nombreux moments difficiles et dangereux pendant ces 17 ans mais ma foi et mes pensées droites m’ont aidé à passer ces épreuves, et je n'ai jamais été arrêté.


Éviter la persécution

Avant 2006, je me rendais souvent dans ma commune natale à la campagne pour distribuer des dépliants et d'autres documents d'information. Environ 30.000 personnes vivent dans la région. Je faisais plus de 16 kilomètre à vélo la nuit pour m’y rendre. Je remettais les documents d'information à chaque foyer, suspendais des banderoles aux arbres et aux murs, et peignais des messages comme " Falun Dafa est bon ", "Vérité-Bonté-Patience sont bons" et "Quitter le Parti communiste chinois " au bord de la route.


Les autorités locales ont offert une récompense de 500 yuans pour quiconque dénoncerait les pratiquants de Falun Dafa à la police. On ne m'a jamais arrêté, mais il y a eu une fois où j’ai failli être signalé à la police.


En 2003, juste après avoir placé les matériaux devant la porte d’une maison, trois jeunes hommes sont sortis et m’ont empêché de partir. Ils ont essayé de s’emparer de mon sac, et ont demandé ce qu’il y avait à l'intérieur. Nous avons discuté pendant plus de dix minutes. Alors je leur ai dit : "Allez regarder ce que je viens de laisser là. C’est bon pour vous. " Probablement en raison des pensées droites derrière mes paroles, les jeunes gens se sont retournés pour jeter un coup d’œil sur les documents, et pendant ce temps je suis parti.


Après que mon épouse soit décédée en 2005, j’ai dû assumer davantage de responsabilités familiales. Ce n’était plus évident pour moi d'aller à la campagne, alors j’aie commencé à distribuer des dépliants dans notre ville. En 2007, alors que je venais de laisser des dépliants à un hôtel et de suspendre des banderoles à proximité, un jeune homme m'a attrapé. Il a sorti son téléphone pour appeler la police. Il a essayé trois fois, mais l'appel n'a pas abouti. Je lui ai dit: " Ça ne marchera jamais ! " , et je me suis retourné et suis parti. Il est resté là comme s'il était pétrifié.


Au cours des dix dernières années, je suis allé au marché fermier chaque matin, pluie ou soleil, pour parler aux gens de la persécution et les aider à quitter le Parti communiste chinois. C'était plus dangereux que de livrer des brochures à la campagne, parce que je parlais avec tout le monde en personne. En gardant une humeur compatissante et paisible, je me suis fait beaucoup d'amis.


Un policier en civil m'a arrêté en 2010 sur le marché alors que je venais de lui donner un dépliant du Falun Dafa. Il a crié " Ne bouge pas ! " Il a sorti son mobile pour chercher du soutien. Je lui ai dit: " J’essayais juste de vous donner une occasion d'apprendre les faits afin que vous ayez un bon avenir. Veuillez lire cette brochure. C’est bon pour vous ! " Beaucoup de gens nous ont entourés. Quelqu'un a dit: " Laissez-le partir." Alors il a commencé à lire le dépliant, je me suis glissé dans la foule et suis parti sur mon vélo.


De temps en temps, d'autres pratiquants m’ont supplié de cesser d'aller sur le marché après que quelqu'un d'autre y a été arrêté. Ma fille a également entendu des rumeurs selon lesquelles la police locale allait m’arrêter. Je croyais fermement que rien n’arriverait aussi longtemps que j’étais guidé par Dafa. J’aie continué à distribuer des dépliants sur le marché, et rien de mauvais n’est arrivé.


Protégé du danger

Les pensées droites m'ont aussi protégé lors d’accidents. En 2005, en rentrant de la campagne, ma bicyclette a heurté le trottoir. Je suis tombé et ma tête a cogné le sol. Je me suis dit : " Je vais bien. Je suis un disciple de Falun Dafa. " J’avais à l’époque 72 ans, mais je me suis relevé aussitôt, me sentant bien et sans même une égratignure.


Un jour en 2007, je suis allé au marché fermier à 6h00 Il faisait si sombre que je suis tombé comme une masse sur la route glacée et me suis écorché tout le visage . Un piéton m'a aidé à me relever, et a demandé si ça allait. Je lui ai dit que je pratiquais le Falun Dafa et que j’allais bien. J’ai alors bavardé avec lui du Falun Dafa et de la persécution, et je l'ai même aidé à quitter le PCC.


J'ai eu beaucoup d'expériences étonnantes comme celle-ci.


L’aide arrivait quand j’en avais besoin

Avec des pensées droites, la puissance de Dafa peut se manifester en toute situation. Au cours d'un voyage à la campagne en 2004, ma selle de vélo s’est cassée, et l'un des pneus était à plat. À minuit au milieu de nulle part, aucune aide n’était en vue. Je suis remonté sur le vélo et lui ai dit " Allez ! " Le vélo fonctionnait normalement. J’ai parcouru sans problème la moitié du canton et étais rentré à la maison avant que le soleil se lève.


Une autre fois, il faisait si sombre que je n’arrivais pas à tracer le message que je voulais peindre sur un mur. Je me suis adressé au Maître en moi-même : " S'il vous plaît aidez-moi à écrire ce message. " Soudain, un faisceau de lumière a brillé à l'endroit où je peignais. La lumière a disparu quand j’ai eu fini.


Un soir, alors que j’allais partir faire mon circuit à la campagne, le temps était si nuageux que la pluie semblait imminente. J’ai demandé au Maître dans mon cœur : " Peu importe, je dois distribuer ces brochures aujourd'hui. S'il vous plaît retenez la pluie jusqu'à ce que j’aie fini. " Il n’a commencé à pleuvoir qu’après mon retour à la maison.


Version chinoise :
八旬老人-讲真相从不懈怠

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.