La vertu et la sagesse de Shao Yong

Le grand philosophe et cosmologiste Shao Yong (Jane Ku)

Shao Yong (1011 AD - 1077 AD) a été l'un des plus grands érudits de l'histoire chinoise. Ce philosophe, cosmologiste, poète et historien a vécu pendant la dynastie Song. Il était très respecté pour ses vertus et sa connaissance approfondie de l'iconographie et de la numérologie.


Les débuts

Les ancêtres de Shao étaient de Fanyang dans la province du Hebei. Il est né dans une région connue sous le nom Hengzhang. La famille a ensuite déménagé dans le canton de Gongcheng, l’actuelle ville de Huixian, Province du Henan.


Le père de Shao, Shao Gu, était un homme d'honneur et de nature sincère. Il était savant en philologie et aimait lire. Sous son influence, Shao Yong a étudié la littérature classique depuis son jeune âge. Il a plus tard poursuivi ses études dans des écoles privées, dont beaucoup dirigées par des moines bouddhistes. Il a également beaucoup voyagé, élargissant ses horizons.


I Ching - Le Livre des Mutations

I Ching est un texte ancien de divination et l'un des plus anciens classiques chinois. Il a été la base de la pratique de la divination pendant des siècles en Chine.


On a dit que Shao Yong avait deux pots en forme d'oreiller. Lisant dans sa chambre un après-midi d'été, il vit un rat courir dans la pièce. Il attrapa prestement un des pots qu'il jeta sur le rat. Le pot manqua le rat et se brisa en morceaux.


Shao trouva un bout de papier à l’intérieur du pot cassé, qui disait : "L’oreiller se casse lorsque le rat passe. " Shao pensa que c’était très étrange. Il cassa alors l'autre pot en forme d’oreiller et trouva un autre bout de papier avec les mots : " Celui-là est brisé, celui-ci est cassé aussi. " C'est de cette expérience, qu'est né son extrême intérêt pour l'étude de la divination.


Le responsable administratif de Gongcheng de l'époque était Li Zhicai. Li était un disciple de la troisième génération du célèbre taoïste Chen Tuan. Il avait étudié le I Ching de manière approfondie et voulait transmettre ce qu'il avait appris. Impressionné par le caractère de Shao Yong, Li lui enseigna les anciens sujets de l'iconographie et de la numérologie. Il fit don à Shao Yong de livres rares, comme Hetu, Luoshu, les Huit Trigrammes et des dessins des Hexagrammes.


Shao Yong consacra les 20 années suivantes à l'étude du I Ching. À l'époque, la plupart des érudits étudiaient le ‘I Ching’ en utilisant une approche littérale et morale. Seul Shao prit une autre approche qui était basée sur l'iconographie et les concepts cosmologiques. Il a écrit Huangji Jingshi (Traité sur l'Auguste Faîte qui règle le monde) et Guanwu Neiwaipian. Les gens croyaient que l’on pouvait prévoir toutes les affaires de la vie, y compris l’essor et le déclin d’une société, en utilisant les méthodes de Shao Yong.


Selon les historiens de la dynastie Song, Shao était extraordinairement savant et capable de prédire l'avenir avec précision dans bien des occasions. Shao Yong a écrit des livres sur la divination, comme Meihua Yishu, Tieban Shenshu, Heluo Zhenshu, et d'autres. Dans le célèbre Poème Fleurs de prunier, Shao a prophétisé des changements majeurs dans l'histoire chinoise de la dynastie des Song à nos jours, et même dans le futur. Beaucoup de gens croient que l'histoire a confirmé ses prédictions.


Un modèle pour les générations futures

L'étude du I Ching a également conduit Shao Yong à s'engager dans la cultivation. Il croyait qu'une personne doit suivre la voie (Dao) du ciel et de la terre dans sa conduite et ses paroles. Il a dit qu'il y a une voie céleste dans toutes les affaires de l'univers. Lorsqu’une personne respecte la voie céleste, non seulement elle peut nourrir son corps et son esprit, mais aussi obtenir la joie véritable.


Shao Yong croyait qu'une personne devrait s'efforcer d' avoir la vertu d'un sage. Une telle personne perçoit les changements cosmiques, comprend le monde naturel, et est experte dans toutes les affaires humaines.


Pour ce faire, Shao Yong pensait que la clé était de cultiver son cœur, ou, comme il le disait : " En parler n’est pas aussi bien que de le mettre en action; le mettre en action n’est pas aussi bien que de le prendre à cœur. "


Shao Yong lui-même attachait une grande importance à son propre raffinement moral. Sa conduite et ses manières sont devenues un modèle pour les générations futures. Selon les historiens de la dynastie Song, Shao traitait les gens avec une authentique sincérité, indépendamment de leur statut social. Il avait bon cœur et était toujours facile à vivre. Quand il parlait avec les gens, il évitait leurs faiblesses et se plaisait à parler de leurs points forts. Lorsqu'on lui posait des questions, il répondait toujours honnêtement, sans imposer son propre point de vue.


Shao Yong n'a jamais pris de poste au sein du gouvernement, en dépit de ses nombreuses amitiés avec des hauts fonctionnaires. Il était très respecté pour l'élévation de son caractère moral et ses connaissances par des personnes de toutes les couches sociales. Les gens se précipitaient pour le saluer partout où il allait. Certains ont même construit leurs maisons comme celle de Shao, en espérant qu'il séjournerait chez eux.


Une conversation entre un pêcheur et un bûcheron

Shao Yong croyait qu'en chérissant la vertu, les gens seraient polis et humbles, que la société prospèrerait; et qu'en courant après le profit et l'intérêt personnel, ils se battraient pour le profit et le pouvoir, et que la société à son tour sombrerait dans le chaos.


Dans l'histoire d'un pêcheur et d’un bûcheron, Shao Yong décrit les conséquences de la recherche de l'intérêt.


Un pêcheur était en train de pêcher sur la berge d’un fleuve. Un bûcheron passa et lui demanda: "Que faites-vous ? "


" Pêcher", dit le pêcheur.


"Vous pouvez attraper des poissons juste en utilisant un hameçon, pas vrai ?" demanda le bûcheron.


"Oui", répondit le pêcheur.


" Et si vous ne mettez pas d'appât à l'hameçon ?" demanda le bûcheron.


" Cela ne marchera pas", dit le pêcheur.


" Donc, le poisson est pêché non pas à cause de l’hameçon mais à cause de l'appât ", soupira le bucheron. " Le poisson perd sa vie juste pour ce petit appât. Certaines personnes sont comme les poissons - elles ruinent leur avenir pour seulement un tout petit peu d'intérêt. "


Shao Yong mourut à l'âge de 67 ans. De nombreux empereurs lui accordèrent des titres honorifiques après sa mort.


Version chinoise :
邵雍的道德学问

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.