Signer pour la fin de la persécution et du prélèvement forcé d’organes sur l’esplanade des droits de l’homme à Paris

Le 7 août 2016, les pratiquants de Falun Gong à Paris sont retournés sur l’esplanade des droits de l’homme, afin alerter toujours davantage l’opinion sur les atrocités de prélèvement forcé d’organes et recueillir des signatures condamnant la brutale persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC) .



Promeneurs et touristes ont été encore une fois nombreux à apprendre la situation de la persécution du Falun Gong en Chine et à signer la pétition ;

Des touristes de partout dans le monde ont vu la démonstration des exercices, lu l’information affichée et discuté avec les pratiquants.

Beaucoup de gens ont exprimé leur soutien et signé la pétition appelant à mettre fin au prélèvement forcé d’organes. Certains étaient intéressés par la pratique du Falun Gong et ont appris les exercices sur le champ.

Antoine (à droite), Jean-Michel (au milieu), et sa sœur (à gauche)

Antoine diplômé d’études de médecine et ses amis se sont arrêtés pour discuter avec les pratiquants de Falun Gong. Antoine a dit : " Comment pourrai-je ne pas être contre le prélèvement forcé d’organes. C’est horrible ! … c’est une forme de meurtre. Je veux signer !"


Jean-Michel a dit “Le prélèvement forcé d’organes est inacceptable ! Je suis heureux de vous voir le dénoncer et recueillir des signatures. Je souhaite signer et vous soutenir. C’est le moins que je puisse faire !.”


Smaid, qui travaille dans un groupe de délégués médicaux a signé la pétition et déclaré "C’est inhumain ! Personne ne peut faire une telle chose aux corps d’autres gens, quelles que soient leur race ou leur religion. Même des animaux ne feraient pas une telle chose. Mais des humains le font pour de l’argent!”


Thierry, un employé municipal, a commenté que prélever des organes de force était un crime contre l’humanité.


M. Futhi, habitant Paris, a dit que les pratiquants de Falun Gong paraissaient si détendus et si calmes en faisant leurs exercices et que cela lui donnait envie de s’y mettre aussi. Il a trouvé que c’était une bonne pratique pour des gens d’où qu’ils soient, et exprimé son espoir que les gens en Chine retrouvent la liberté de pratiquer.


Version chinoise :
巴黎人权广场上法国民众的呼声(图)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.