The Parliament Magazine couvre le prélèvement forcé d’organes en Chine

"Des experts estiment que près de 100 000 organes sont transplantés chaque année, et que la majorité des cœurs, fois, reins et autres organes sont obtenus en exécutant des prisonniers d’opinion, " déclare un article de Martin Banks intitulé " L’UE appelée à agir sur des rapports de prélèvement forcé d’organes en Chine " et publié dans "The Parliament Magazine" le 25 juillet 2016.


Le magazine est un bimensuel destiné à tous les Membres du Parlement européen, ainsi qu’aux principaux fonctionnaires de la Commission européenne et d’autres institutions européennes.


L’article commence avec les dernières découvertes de la recherche sur le prélèvement d’organes cautionné par l’état sur des prisonniers d’opinion en Chine, en particulier des pratiquants de Falun Gong : " Le dernier appel fait suite à un nouveau rapport accablant de respectables chercheurs, d'après qui la Chine continue à prélever illégalement des organes sur des millions de ses prisonniers innocents après avoir déclaré mettre fin à cette pratique voici deux ans."


“Globalement, il y a eu depuis l'année 2000 environ 1.5 million de greffes effectuées par 712 centres de transplantation de foie et de rein à travers la Chine, dont plus de 300,000 ont eu lieu dans des centres non réglementés.”


L’auteur poursuit : " Lors d’une récente audition au Parlement européen sur le pillage des organes de prisonniers d’opinion, l’avocat canadien des droits de l’homme David Matas, le Journaliste d’investigation américain Ethan Gutman et l’ancien Secrétaire d’État canadien pour l’Asie et le Pacifique David Kilgour, ont présenté les résultats d’un nouveau rapport mis à jour sur le prélèvement forcé d’organes en Chine. "


" Intitulé " Bloody Harvest/The Slaughter – mise à jour, " le rapport de 700 pages est l’aboutissement d’un examen méticuleux de sources officielles chinoises, telles que les programmes de greffes de centaines d’hôpitaux en Chine, les sites internet, les newsletters d’Hôpitaux, les articles médicaux, profils, et autres."


“Le nombre de greffes effectuées en Chine - estimé être entre 60,000 et 100,000 par an depuis l'année 2000–est de loin plus élevé que ne peuvent l’expliquer les autorités chinoises.”


L’auteur a mentionné lors d’une récente conférence de presse : " Gutman, s’exprimant à la récente présentation du rapport au club de la presse à Bruxelles, a déclaré que près de 1,5 million de transplantations ont été effectuées en Chine au cours des 16 dernières années. "


“Gutmann a ajouté que leur enquête concluait que des prisonniers de conscience en grands nombres, principalement des pratiquants de Falun Gong, ont été utilisés comme banque vivante d’organes.”


L’article précise : " Le rapport allègue que de nombreux chirurgiens avaient tout bonnement " perdu le compte" de la quantité de greffes qu’on leur a demandé d’effectuer sur une base quotidienne, certains ayant entrepris pas moins de six remplacements de foie en un seul jour. Les organes sont disponibles à la demande en l’espace de quelques semaines, jours, voire quelques heures.”


L’auteur décrit la résolution passée récemment par le Congrès des États-Unis : ” Le rapport mis à jour suit l’adoption unanime par le Congrès des États-Unis d’une résolution s’alarmant de rapports crédibles et persistants de prélèvement systématique d’organes cautionnés par l’État, sur des prisonniers d’opinion non consentants en République populaire de Chine, y compris de grands nombres de pratiquants de Falun Gong et de membres d’autres groupes de minorités ethniques et religieuses.”


Au sein de l’UE, “Pendant ce temps, douze membres du parlement de cinq groupes politiques et de neuf pays ont initié une déclaration écrite en avril dernier appelant le Parlement européen à lancer une enquête indépendante sur les rapports “crédibles et persistants” de prélèvement systématique d’organes cautionnés par l’État sur des prisonniers d’opinion en Chine. Jusque là, plus de 200 de leurs collègues eurodéputés ont signé la déclaration, y compris Louis Michel, le père de l’actuel Premier ministre belge.


“Louis Michel, un membre de l’ALDE (Alliance of Liberals and Democrats for Europe) et ancien commissaire de l’UE, dit qu’en raison de la ‘gravité’ des violences alléguées il y a une "nécessité évidente" d’organiser ‘sans délai’ une enquête internationale.


L’article conclut en citant ses propos : " La première tâche consiste à réellement comprendre l’étendue de ce qui s’est produit en Chine, quelque chose auquel nous pouvons à présent commencer à faire face étant donné le vaste éventail de nouvelles preuves mises à jour par les enquêteurs. "


“Le massacre d’un vaste nombre de prisonniers d'opinion afin que leurs organes puissent être vendus est un crime contre l’humanité.'”


“L’Europe doit mettre cette question au centre de notre relation avec la Chine et veiller à ce que ce crime soit arrêté et les auteurs traduits en justice avant que nous ne puissions avoir une relation normale avec ce pays.'”


Version anglaise :
The Parliament Magazine Reports on Forced Organ Harvesting in China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.