Un homme de Jilin meurt de problèmes de santé induits par la torture

M. Zhu Haishan, 73ans, n'a jamais pu se remettre de ses problèmes de santé induits par la torture. Il est mort deux ans et quatre mois après sa sortie de prison pour avoir refusé de renoncer au Falun Gong, une discipline spirituelle persécutée par le régime communiste chinois.


Le résident de Yushu a été arrêté le 23 juillet 2010 et condamné à trois ans et demi cinq mois plus tard. Comme il tenait fermement à sa foi, les gardiens de la prison de Shiling l'ont soumis à diverses formes de violence.


Ils l'ont giflé, l'ont forcé à rester assis immobile sur un petit banc, et lui ont infligé des décharges de matraques électriques dans la région de l'aine. Ces violences impitoyables lui ont rapidement causé divers problèmes de santé.


Les gardiens l'ont finalement emmené à un hôpital local en avril 2012, quand il est tombé dans un état critique. On lui a diagnostiqué de sérieux problèmes cardiaques, de l'hypertension artérielle, et un épanchement pleural. Les médecins ont drainé 8 livres de fluide de sa poitrine.


M. Zhu a été reconduit à la prison avant même de recevoir un autre traitement médical. La demande de libération conditionnelle émise par sa famille a été rejetée. Il a été soumis à des violences continuelles provoquant des complications de santé pendant le reste de sa peine d'emprisonnement.


Le mauvais traitement long au long des années lui a finalement volé sa vie. M. Zhu est décédé le 18 avril 2016.


Avant sa dernière incarcération, M. Zhu avait été soumis à un an de travail forcé en 2000. Il devait travailler tous les jours dans les rizières sans être payé. À l’expiration de sa peine, les gardiens ont extorqué 2000 yuans à sa famille avant de le relâcher.


Il a été à nouveau ciblé pendant les Jeux olympiques d'été de 2008 à Beijing. La police a extorqué 1000 yuans à sa famille pour ne pas l’avoir gardé à la maison.


Version chinoise :
遭劳教所、监狱折磨-吉林榆树市朱海山含冤离世

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.