Plus de 100 sympathisants scandent "Arrêtez de persécuter le Falun Gong" devant le palais de justice du Shaanxi

Plus de 100 résidents de l'agglomération de Baoji dans la province du Shaanxi se sont récemment rassemblés devant un palais de justice local afin de soutenir M. Wang Quanlu, qui était jugé pour avoir déposé plainte contre l'ancien dictateur chinois Jiang Zemin pour avoir lancé la persécution du Falun Gong.


Comme M. Wang, ces sympathisants pratiquent aussi le Falun Gong. Alors que le fourgon de police transportant M. Wang arrivait au palais de justice, ils ont commencé à scander "Arrêtez de persécuter le Falun Gong," ce qui a largement attiré l'attention des passants.


Bien que deux des sympathisants aient été arrêtés par la police, les autres ne se sont pas découragés et ont continué à répéter aux agents de police et aux passants pourquoi Jiang devait être traduit en justice.


Devant le palais de justice, les sympathisants font calmement face à la police

Bien qu'ils n'étaient pas autorisés à assister au procès, les sympathisants se sont tenus dehors pendant toute l'audience. Kang Bo, chef du Bureau 610 de la ville de Baoji, a envoyé plus d’une dizaine d’agents de police pour les filmer en vidéo.


Quand une pratiquante a pris une photo de la police, les agents se sont précipités. Ils ont saisi son appareil photo et l'ont traînée dans un fourgon de police. Lorsque d'autres pratiquants ont vu cela, ils ont décidé de ne pas la laisser emmener. Ils sont entrés dans la camionnette et l’en ont fait sortir.


Plus de policiers des postes de police alentours ont été appelés sur les lieux, et des policiers en civil marchaient aussi parmi la foule, créant une atmosphère de terreur.


Deux pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés sur les lieux. L'un est un homme âgé qui a été arrêté pour la détention d'une copie des principaux enseignements du Falun Gong, Zhuan Falun. Il a été libéré après 21h le même soir. L'autre pratiquant est M. Zhao Yonglin du Village de Gongsi. Il a été arrêté alors qu'il donnait deux DVD à un autre pratiquant. Il a été traîné dans un fourgon de police et roué de coups. Sa situation actuelle est incertaine.


Le reste des pratiquants ne s'est pas découragé. Ils ont distribué des documents d'information à propos du Falun Gong et expliqué pourquoi Jiang n'avait aucune base légale pour initier la persécution de la pratique pacifique. Certains policiers ont décidé de quitter le PCC et ses organisations affiliées après avoir parlé avec les pratiquants.


M. Wang défend son innocence dans la salle d'audience

Pendant le procès, M. Wang a défendu son droit constitutionnel à pratiquer et à diffuser des informations sur sa croyance spirituelle Falun Gong. Il a également expliqué pourquoi Jiang doit être traduit en justice pour sa persécution du Falun Gong. Le juge a ajourné la séance sans prononcer de verdict.

Historique

En 1999, ignorant les autres membres du Comité du Politburo, Jiang Zemin, alors chef du Parti communiste chinois, lançait la répression violente du Falun Gong.


La persécution a entraîné la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong ces 16 dernières années. Beaucoup été torturés pour leur foi et même tués pour leur organes. Jiang Zemin est directement responsable d'avoir lancé et poursuivi la persécution brutale.


Sous sa direction personnelle, le Parti communiste chinois a créé le 10 juin 1999 un organe de sécurité extrajudiciaire, le "Bureau 610". Ignorant les forces de police et le système judiciaire l’organisation exécute la directive de Jiang s’agissant du Falun Gong : ruinez leurs réputations, acculez-les financièrement et détruisez les physiquement.


La loi chinoise autorise les citoyens à se porter partie civile dans les affaires criminelles, et de nombreux pratiquants exercent actuellement ce droit en remplissant des dossiers de plaintes au pénal contre l’ancien dictateur.

Version anglaise :
Over 100 Supporters Chant “Stop Persecuting Falun Gong” Outside Shaanxi Courthouse

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.