Un ancien réformateur politique chinois approuve les actions en justice contre l’ancien dirigeant

Bao Tong, ancien conseiller du dirigeant chinois réformateur décédé Zhao Ziyang, à Pékin, 2008. (Wikimedia Commons)


Bao Tong a été directeur d'une commission de réforme politique du Parti communiste chinois (PCC) à la fin des années 1980. Il a servi le secrétaire général Zhao Ziyang, le dirigeant chinois décédé connu pour ses tentatives malheureuses de libéralisation du régime. En 1989, lors des événements de Tiananmen, Bao a été arrêté et condamné à sept ans de prison.


Il vit maintenant à Pékin sous étroite surveillance et est devenu un analyste de premier plan pour tout ce qui concerne le PCC. Il offre ici son point de vue sur la signification de la récente vague de poursuites judiciaires engagées par les citoyens chinois contre Jiang Zemin, ancien responsable du Parti communiste dont le temps au pouvoir est de plus en plus associé à l'enracinement de la corruption et à un héritage d’abus brutaux à l’encontre des droits de l’homme.


Beaucoup de ceux qui ont initié les actions en justice sont des pratiquants de Falun Gong, pratique de méditation traditionnelle chinoise persécutée par le régime communiste depuis juillet 1999, lorsque Jiang Zemin a ordonné une campagne visant à éradiquer la pratique,en violation flagrante de la constitution chinoise.


Ci-dessous une version éditée et condensée des propos de Bao interviewé par Chang Chun, journaliste de l’édition chinoise d’Epoch Times


Poursuivre un tyran

La Constitution [chinoise] protège le droit de poursuivre tout responsable public, y compris Jiang Zemin. Concernant la question du Falun Gong, Jiang a illégalement imposé son opinion personnelle au peuple et au gouvernement.


Selon la Constitution, les gens peuvent surveiller leurs responsables, qu’ils soient en fonction ou aient démissionné. En tant que citoyens, les gens peuvent surveiller et examiner leurs dirigeants anciens ou actuels.


Les actions en justice, les dépôts de plaintes et la surveillance, tous sont des moyens d’éveiller les consciences. Si une personne a des griefs, elle les fait connaître. Voilà comment fonctionne une société normale.


Imposer sa volonté

La persécution du Falun Gong par Jiang constitue un crime contre l’humanité. Utilisant sa position de dirigeant, Jiang a lancé la répression d’un groupe de croyance, d’une pratique [de méditation] ayant pour but la santé et le bien-être.


[Avant la persécution en 1999, l’ancien premier ministre chinois] Zhu Rongji a déclaré au People's Daily que le Falun Gong était légal, et que le Parti communiste chinois ne l’interdirait pas. Il a ajouté qu’il espérait que les pratiquants de Falun Gong pourraient poursuivre leur pratique sans être inquiétés.


Cependant, près d’un mois plus tard, je me souviens que le secrétaire général du Parti communiste [Jiang] a fait fi des paroles du premier ministre comme on déchire un morceau de papier sale.


Les paroles de Zhu reflétaient la loi. Ce que Jiang a fait, vu d’un point de vue légal, est du banditisme. Il a illégalement imposé sa volonté à l’État, il l’a imposé au gouvernement et au peuple, une chose vraiment terrible.


Il a enfreint la loi, non seulement après avoir démissionné [de ses positions], mais même lorsqu’il était encore chef de l’état et secrétaire général du Parti. C’est à cause de cela que les gens sont outrés et ressentent le besoin de porter l’affaire auprès des instances judiciaires de l’état. Je pense que cette action est appropriée.


Illégalité

Les actions de Jiang ont ignoré la loi. Les chinois n’ont eu l’opportunité ni de s’y opposer, ni de les critiquer ou de les surveiller.


Il a hérité des pires caractéristiques de Mao Zedong, qui avait le pouvoir absolu sur la loi et l’état. Les gens ont dû tolérer cela sans émettre aucune plainte.


Comment pourrait-on prétendre à autant de pouvoir en étant le secrétaire général ou le président de l’état? C’est contraire à la loi. L’impact est extrêmement négatif. Jiang Zemin, Mao Zedong et Deng Xiaoping ont tous une chose en commun—l’illégalité. Les dommages portés à la moralité de la nation chinoise et à la société défient toute description.


La persécution d’un citoyen quel qu’il soit est la persécution de tous les citoyens et de la société.


Les pratiquants de Falun Gong sont aussi des citoyens. Si Jiang a pu utiliser des méthodes aussi illégales pour persécuter les pratiquants de Falun Gong, il a pu utiliser les mêmes méthodes pour réprimer quiconque. Il a sapé la conscience humaine et déformé le concept du vrai et du faux. Il a endommagé le développement social et la civilisation.


Les actions en justice ne sont pas politiques.

Qu’est-ce qu’un mouvement politique? C’est utiliser le pouvoir politique pour attaquer quelque chose*. Mais des questions telles que le mouvement pour des élections libres à Hong Kong sont des aspirations populaires, non des mouvements politiques.


Si Jiang Zemin est coupable de crimes, il est coupable, même si vous ne le trainez pas devant les tribunaux. Personne n’a jamais jugé le premier empereur Qin Shihuang. Il est décédé, il est mort il y a 2000 ans. Mais chacun sait que Qin Shihuang a brulé des livres et enterré vivants des érudits. Il a commis des crimes. Un quelconque mouvement politique est-il nécessaire pour combattre Qin Shihuang ?


Non seulement, moi, en tant que citoyen, dois les soutenir, je pense que l’état devrait aussi soutenir [les actions en justice contre Jiang] en accord avec la loi. L’état devrait soutenir chaque action légale des citoyens et les protéger de la répression.


Il est stupide de réprimer, manipuler et bloquer l’opinion. Seuls Mao Zedong, Deng Xiaoping et Jiang Zemin ont été suffisamment stupides pour croire qu’en trichant, en réprimant les gens et en scellant les bouches du peuple ils contrôlaient la société. Il y a encore des gens comme eux, mais ils sont de moins en moins nombreux et leurs méthodes sont de moins en moins efficaces.

*Le terme “mouvement politique” en Chinois se réfère presque toujours à un mouvement communiste, avec tous les abus qui y sont associés.


Version anglaise:
An Old Chinese Political Reformer Weighs in on Lawsuits Against Former Leader

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.