Adélaïde, Australie: La Radio ABC interviewe David Matas concernant les prélèvements d’organes en Chine

David Matas, nominé au prix Nobel de la paix et avocat des droits de l’Homme de renommée internationale, s'est exprimé le 29 juin 2015 à la Radio ABC (Australian Broadcasting Corporation), à Adélaïde, concernant les assassinats de pratiquants du Falun Gong pour leurs organes par le régime Chinois.


L’animateur de la Radio ABC, Ian Henschke: " … terrifiant et presque incroyable"

Selon Matas, "Au début le Parti communiste chinois l’a encouragé (la pratique du Falun Gong) parce qu’il était utile avec ses exercices réduisant les dépenses du système de santé. Mais ensuite il est devenu très populaire, et c’est spirituel. Le Parti communiste est athée. Le Parti a commencé à s’inquiéter à propos de sa propre base idéologique et de sa popularité lorsque le Falun Gong est devenu si populaire qu’il y avait en Chine plus de pratiquants de Falun Gong qu’il n’y avait de membres du Parti communiste."


Falun Gong, également connu comme Falun Dafa, comprend une série de paisibles exercices méditatifs et des enseignements basés sur Vérité-Bonté-Patience.


" Mais, pourquoi cela serait-il épouvantable au point de commencer à enfermer les gens et à retirer leurs organes? " a demandé Ian Henschke, l’animateur de la Radio ABC.


Matas a dit : " Ce qui s’est produit au début quand la répression du Falun Gong a commencé, les pratiquants de Falun Gong avaient la même incompréhension que vous. C’est sans danger, ce n’est pas politique, ce n’est pas organisé, ce sont des séries d’exercices, il doit y avoir erreur. Donc il y a eu partout de grandes manifestations. Beaucoup de gens sont allés à Beijing pour manifester sur la Place Tiananmen. Ces gens ont été enfermés par centaines de milliers. Vous démarrez avec une population de 70 millions. Ils ont fini par être la plus grande population jusque-là, de prisonniers dans le goulag Chinois, dans les camps de rééducation par le travail. On en estime le nombre à plus d’un million".


Réaction Internationale

Israël a jusque-là pris la position la plus affirmée, avec Taïwan et l’Espagne, ces derniers temps, en criminalisant le voyage en Chine pour des transplantations d’organes. Henschke a ajouté : " Les Israéliens ont manifestement compris ce qui se passait dans les camps de concentration. Ils ont maintenant décidé que c’est une horreur que d’être impliqué sous quelque forme que ce soit dans un tel commerce".


Matas a souligné que la ‘Transplant Society’, " un forum international pour l’avancement de la transplantation d’organes dans le monde", comme l'énonce leur site officiel, a refusé l’admission de 35 docteurs en transplantation à une récente conférence, sur la base qu’il y avait complicité en matière d'abus de transplantations. Matas a ajouté que la ‘Transplant Society’ " a refusé de participer à une conférence sur la transplantation à Hangzhou, en Chine cette année, également à cause de cette complicité".


Matas a déclaré avec fermeté que la première source d’organes vient des pratiquants du Falun Gong. " ...nous parlons de millions et de millions d’entre eux… des dizaines de millions", a commenté Henschke.


" Même si vous mettez entièrement fin au tourisme de greffes, cela ne mettra pas fin aux abus. Il y a besoin de plus de transparence. La Chine persiste à ne pas dire d’où proviennent leurs organes". Matas a en plus déclaré, " En outre, la peine de mort en Chine est maintenant centralisée. Tout passe par Beijing. Ils connaissent les chiffres. Ils devraient être en mesure de les libérer ".


Après son interview à la radio, David Matas a parlé dans la soirée du 29 juin à l’Université d’Australie du Sud au sujet de la question des prélèvements d’organes.


Il est prévu que Matas prenne la parole à l’Université de Melbourne le 8 juillet, après un arrêt en Nouvelle-Zélande.


Version anglaise :
Adelaide, Australia: ABC Radio Interviews David Matas about Organ Harvesting in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.