Des survivantes de la prison pour femmes du Liaoning racontent leurs tortures

Six pratiquantes de Falun Gong qui ont survécu à la torture dans la prison pour femmes du Liaoning ont récemment raconté leurs expériences obsédantes.


Les abus sexuels et les coups

Mme Zhang Shuxia avait 60 ans quand elle a été emmenée à la prison pour femmes du Liaoning en 2005. La police a donné l'ordre à deux prisonnières de mettre du piment fort dans son vagin. Ils l'ont forcée à boire de l'eau salée bouillante dans laquelle avaient trempé des piments forts. Ils ont versé de l'eau poivrée sur ses fesses, puis l'ont forcée à boire l'eau souillée.


Mme Liu Shuyuan, âgée de 62 ans, a raconté comment elle a été déshabillée et violemment battue quand elle a été détenue dans la prison pour femmes du Liaoning au cours de l'été 2005. Le corps de Mme Liu était recouvert de coupures et de contusions. Ses tortionnaires lui ont frotté du sel dans les blessures pendant qu'elles continuaient à la battre.


Chocs électriques

Mme Wu Yuping a été torturée avec des matraques électriques en 2003 et 2004 à la prison pour femmes du Liaoning. Au cours du printemps 2003, la police a utilisé des matraques électriques sur sa bouche, qui est rapidement devenue très enflée. Le 5 avril 2004, comme Mme Wu refusait d'abandonner sa croyance dans le Falun Gong, les policiers se sont relayés pour lui asséner des électrochocs de 9h00 à 16h00. Plusieurs mois plus tard, son dos portait encore des traces des brûlures.


" Ligotée " et le " lit du mort "

Mme Liu Zhi, âgée de 51 ans, a été emmenée à la prison pour femmes du Liaoning en juillet 2011. Là, elle a été attachée sur le « lit de mort ». Ses bras et ses jambes ont été étirés et fixés aux quatre coins du cadre en métal d'un lit. Elle a été maintenue dans cette position 24 heures sur 24 pendant des jours chaque fois. Elle n'était pas détachée, même pour les repas.


Quand la famille de Mme Liu lui a rendu visite en prison en septembre, elle avait besoin d'aide pour marcher parce que ses pieds et ses jambes étaient enflés. Elle ne pouvait pas attacher ses propres chaussures, puisqu'elle ne pouvait plus desserrer les poings. Elle ne pouvait plus lever les bras jusqu'au niveau de sa tête. Elle était incapable de s'asseoir droite sur une chaise et ne faisait que tomber.


Mme Zhang Guangyuan a subi des tortures similaires en 2002. Torturée sur le « lit de mort » pendant un mois, Mme Zhang ne pouvait plus marcher, ni lever les bras.

Reconstitution de torture : Le Lit du mort

Mme Chen Shang, âgée de 37 ans, a été détenue dans le prison pour femmes du Liaoning en 2009. Elle a été soumise à la torture d'"être ligotée" pendant longtemps. De même que le " lit du mort ", cette torture oblige les victimes à rester dans la même position pendant longtemps et provoque l'insensibilité dans leur corps ou la perte de la mobilité. Mme Chen a également été battue pendant qu'elle était ligotée. On ne lui a pas permis d'aller aux toilettes pendant plus de deux jours.

Reconstitution de torture : Être ligotée


La privation de sommeil

Mme Jin Cuixiang été privée de sommeil alors qu'elle était détenue dans la prison pour femmes du Liaoning en 2002. Chaque jour, elle devait travailler de 6h30 à 21h00. Une heure après avoir terminé son travail, elle était emmenée dans les sanitaires et on l'a forçait à s'asseoir sur un petit tabouret pendant toute une nuit. Les prisonnières se relayaient toutes les deux heures pour la surveiller et la réveiller quand elle s'endormait.


Lire également :Bien qu’à l’article de la mort, Mme Liu Zhi se voit refuser tout traitement médical


Version anglaise :
Survivors of Liaoning Women's Prison Recount Their Torture

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.