République tchèque: un représentant chinois accusé de crimes contre l'humanité

Le grand journal tchèque DNES a révélé l'implication de Zhang Gaoli dans la persécution du Falun Gong en Chine. Le titre de cet article dit: Le principal invité du forum impliqué dans la torture. (Ondrej Horecky/Epoch Times)


Le Forum de l’investissement en Chine organisé en République tchèque ne s’est pas déroulé comme l’espéraient les organisateurs. Principal invité de l’événement, Zhang Gaoli, un haut représentant chinois, a été accusé par des organisations non gouvernementales tchèques d’avoir joué un rôle prédominant dans le génocide contre la pratique spirituelle du Falun Gong en Chine.


Le forum a été ponctué de manifestations de militants des droits de l’homme et a provoqué un débat national pour savoir si le gouvernement tchèque devrait prendre des mesures contre les représentants du régime communiste chinois responsables de cette violente forme de persécution contre le peuple chinois. En effet, le règne totalitaire du Parti communiste anime toujours la mémoire des Tchèques.


Les représentants de l’Association tchèque du Falun Dafa ont d’abord voulu porter des accusations contre Zhang Gaoli avant de choisir une voie plus efficace. «Nous avons décidé de ne pas maintenir les accusations, parce que nous pensons que cela n’aurait pas eu un effet suffisant», a expliqué Milan Kajinek, représentant de l’Association Falun Dafa. «Mais nous avons l’intention de diffuser largement des documents révélant ses activités.»


Plusieurs grands médias tchèques ont repris l’information et ont rapporté les crimes de Zhang Gaoli. L’association Falun Dafa a également adressé des courriers électroniques aux participants du Forum de l’investissement en Chine et l’information a rapidement circulé. Un homme d’affaires a écrit à l’Association Falun Dafa pour exprimer son opinion: «Merci pour votre rapport. J’ai quitté le forum une demi-heure après son ouverture, après avoir lu sur Internet quelle sorte de racailles y étaient présents.»


Zhang Gaoli est actuellement vice-Premier ministre de la République populaire de Chine et est l’un des sept membres du Comité permanent du Politburo du PCC. Selon les militants tchèques, il est impliqué dans la persécution des pratiquants du Falun Gong.


Selon une information de l’Organisation mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG en anglais), Zhang Gaoli a «appliqué la persécution du Falun Gong dans la province du Guangdong, à Shenzhen dans la province du Shandong et à Tianjin, provoquant dans ces régions les arrestations, détentions et condamnations illégales de dizaines de milliers de pratiquants du Falun Gong. Un nombre immense de pratiquants sont torturés jusqu’au handicap et la mort. Zhang Gaoli est suspecté d’avoir commis des actes de tortures, de génocide et de crimes contre l’humanité.»


Un assaillant chinois maîtrisé par les forces de polices tchèques après qu'il ait essayé d'attaquer des pratiquants du Falun Gong. L'homme a été emmené dans un poste de police pour enquête. (Sun Hao/Epoch Times)

Un autre homme d’affaires assistant au forum a confié à un manifestant que les informations au sujet de Zhang Gaoli avait complètement changé sa perception de ce représentant chinois.


Zhang Gaoli est arrivé en République tchèque avec une délégation de 500 autres responsables et dirigeants chinois pour échanger sur l’approfondissement mutuel des relations commerciales et politiques, notamment au travers de projets d’investissements massifs. Des représentants de gouvernements d’autres pays du centre et de l’est de l’Europe étaient également présents pour ce forum.


Roman Joch, ancien conseiller du Premier ministre tchèque et directeur de l’Institut civique, a adressé ce commentaire dans un courrier électronique à Epoch Times: «Inviter à Prague le vice-Premier ministre du régime communiste chinois, le plus grand oppresseur du peuple chinois, était un choix volontaire de l’actuel gouvernement socialiste tchèque. Le vice-Premier ministre chinois est un homme qui a du sang sur les mains, le sang de centaines, voire de milliers de personnes innocentes qui n’ont commis aucun autre crime que celui de professer leur foi».


«Il a l’expression d’un responsable bureaucrate gris qui a juste ‘appliqué des ordres’ – tout comme Eichman l’a fait il y a 70 ans», poursuivait M. Joch dans son message.


Des manifestants attaqués par des voyous chinois

Quelques dizaines de manifestants se sont rassemblés jeudi dernier près du Château de Prague où avait lieu la conférence. Parmi eux se trouvaient des pratiquants du Falun Gong ainsi que des sympathisants de la cause tibétaine. Les manifestants ont déployé des banderoles condamnant la persécution du Falun Gong et à l’aide de hauts parleurs, ils ont expliqué aux passants et aux participants du forum les crimes de Zhang Gaoli et la nature de la répression du Falun Gong en Chine.


Martin Bursik, ancien ministre de l’Environnement, est venu le matin, portant un drapeau tibétain, pour exprimer son soutien envers la manifestation. «Je ressens un besoin urgent d’exprimer mon mécontentement envers ce Forum de l’investissement en Chine. Dire que c’est l’apogée des relations entre la République tchèque et la Chine est à mon sens scandaleux», a commenté M. Bursik, reprenant des paroles du Premier ministre tchèque.


Comme pour toute autre visite officielle de la République populaire de Chine, des sympathisants chinois sont venus à la rencontre de la délégation. Parmi eux se trouvaient principalement de jeunes Chinois balançant de grands drapeaux communistes pour couvrir les banderoles des manifestants. Lorsqu’un journaliste d’Epoch Times leur a demandé, avec l’aide d’un interprète, qui leur avait donné ces drapeaux, ils ont refusé de répondre.


Au cours de l’après-midi, des sympathisants chinois ont attaqué les manifestants près du pont par où les hauts représentants chinois devaient passer. Ils ont visé les panneaux portant les mots «Falun Dafa est bon» en chinois et en tchèque. Les policiers présents sur le site sont immédiatement intervenus pour maîtriser un assaillant particulièrement agressif. L’homme a été menotté et escorté vers un poste de police où il a été interrogé. L’incident a fait les gros titres de tous les grands journaux du pays.


«Nous ne voulons pas bloquer le commerce avec la Chine», a commenté Veronika Sunova, présidente de l’Association tchèque du Falun Dafa. «Mais nous voulons souligner que les investissements en Chine peuvent bénéficier au parti communiste chinois. Il est important de savoir que cet argent pourrait être utilisé pour persécuter le Falun Gong.»


Le Président tchèque Milos Zeman et le Premier ministre Bohuslav Sobotka avaient indiqué plus tôt cette année leur volonté de renforcer les liens commerciaux avec la Chine et qu’ils ne mentionneraient donc plus les questions des droits de l’homme lors de leurs dialogues avec leurs homologues chinois. De telles affirmations avaient été reçues par des manifestations de citoyens et d’hommes politiques représentant les partis d’opposition.


Plusieurs artistes populaires tchèques ont récemment annoncé l’organisation d’un concert baptisé «La conscience ne peut être achetée» en soutien au Falun Gong et à l’avocat défenseur des droits de l’homme Gao Zhisheng. Une des participantes est Marta Kubisova, amie de longue date avec le défunt président Vaclav Havel et ancienne porte-parole de Chapitre 77, un mouvement anti-communiste de l’ancienne Tchécoslovaquie.


Version originale :
Praha: Čínská delegace narazila na poklidný, ale důsledný protest

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.