Torture et meurtres de pratiquants de Falun Gong continuent dans les centres de lavage de cerveau de la préfecture autonome coréenne de Yanbian

Depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a interdit le Falun Gong et lancé la persécution contre la pratique en 1999, plus de 150 centres de lavage de cerveau ont été créés à l'échelle nationale avec pour but de soumettre les pratiquants de Falun Gong au lavage de cerveau et de les "transformer".


Les pratiquants refusant de renoncer à leur croyance sont cependant souvent confrontés à bien plus que le lavage de cerveau forcé et la violence psychologique. La torture arbitraire est la norme dans ces centres de lavage de cerveau, menant dans certains cas à la mort de pratiquants innocents.

Au top 10 des régions s’agissant des cas de décès

Yanbian est une préfecture autonome coréenne au sud la province du Jilin dans le nord de la Chine. Elle s'étend sur 28678 km carrés avec une population de 2 millions d’âmes. La ville de Yanji, sa capitale est classée comme l'une des 10 premières régions en Chine ayant le plus grand nombre de cas de décès au sein du système de lavage de cerveau.


Les agents du bureau 610 effectuent des arrestations à grande échelle chaque année après avoir secrètement surveillé les pratiquants dans la région de Yanbian.


Les pratiquants sont forcés de subir un lavage de cerveau intensif impliquant un bombardement constant de propagande et des pressions pour qu'ils renoncent au Falun Gong. Ils sont isolés chacun dans une chambre et surveillés en permanence. Tous leurs objets personnels sont confisqués et ils sont totalement coupés du monde extérieur, y compris de leurs familles. Ils sont quotidiennement soumis à la violence verbale et la torture brutale.


Les autorités locales ont mis en place un autre centre de lavage de cerveau au Centre de secours du village de Shijian, canton de Yilan, dans l’agglomération de de Yanji en mai 2014. Plus de 10 pratiquants ont été illégalement détenus dans ce centre, sans être passés par aucune procédure judiciaire. Il s'agit d'une violation grave de la loi chinoise existante.


Le centre de lavage de cerveau au Centre de secours du village de Shijian, canton de Yilan, ville de Yanji..


La brutalité qui sévit dans les centres de lavage de cerveau de la région de Yanbian n'est que la pointe de l'iceberg.


Nous appelons la communauté internationale à accorder plus d'attention, enquêter, et participer à l'effort pour faire cesser les crimes commis à l'intérieur de ces centres de lavage de cerveau.

Lavage de cerveau

Les autorités et les gardiens recourent au lavage de cerveau intensif et à la violence psychologique pour forcer les pratiquants à renoncer à leur croyance au Falun Gong. Ils les forcent à regarder des programmes de propagande du PCC calomniant le Falun Gong et son fondateur, y compris des prises de vue de " l’incident fabriqué de l'auto-immolation place Tiananmen."


Pour que pas une seconde des pratiquants n'échappe au bruit, les gardiens passent des enregistrements audios d'incantations d'autres écoles de pratique et des chant de propagande du PCC.


Les pratiquants sont forcés d'écrire tous les jours des " rapports de pensée", qui doivent être approuvés par les fonctionnaires du centre de lavage de cerveau, sans quoi le lavage de cerveau intensif continue.


Outre la détention illégale, les pratiquants n'ont aucune liberté et les visiteurs sont interdits.


Le centre réclame une grosse somme à chaque pratiquant et à ses employeurs pour couvrir leurs dépenses. Si les familles ne peuvent pas venir avec l'argent, le centre peut saisir leurs salaires.


Les tactiques de lavage de cerveau ne sont pas seulement utilisées sur les pratiquants, mais aussi pour tromper et intimider les gens dans la communauté.


Affiches, banderoles, et tracts calomniant le Falun Gong sont souvent vus affichés ou distribués dans les lieux publics dans chaque communauté. Tous les résidents de la région de Yanbian sont tenus de signer une "carte de garantie "qu'ils ne pratiqueront pas le Falun Gong. Le journal local joue également un rôle clé en instillant la haine envers le Falun Gong parmi les populations locales.

Torture

La torture est une pratique courante dans le système de centre de lavage de cerveau, tout autant que dans les camps de travaux forcés et les prisons. Comme le système de travaux forcés a été aboli l'an dernier, les fonctionnaires du PCC se tournent maintenant vers les centres de lavage de cerveau ainsi que les hôpitaux psychiatriques et les centres de désintoxications, pour détenir et torturer les pratiquants.


Un groupe de pratiquants a été emmené par des agents du bureau 610 de Yanji et la police locale d’un centre de lavage de cerveau dans un endroit secret en janvier 2010. Ils ont été interrogés pendant plusieurs jours et violemment battus. Parmi eux, Mme Wang Shuhua était dans un état critique et M; Zhang Xingcai a eu des os cassés.


.
Neuf pratiquants envoyés dans un centre de lavage de cerveau

En mai 2011, neuf pratiquants ont été arrêtés et emmenés au centre de lavage de cerveau Dacheng dans la ville de Yanji. Tous ont été interrogés et torturés. Les neuf pratiquants sont Mme Dong Guizhi, Mme Jin Minghua, M. Li Changhua, M. Li Changli, M. Liu Hua, Mme Yao Shuping, Mme Wang Xiuyun, Mme Zhang Xiuqing, et Mme Pu Shunzi.


Mme Sun Qingju, une enseignante de maternelle du canton de Bajiazi dans la ville de Helong, a été arrêtée le 5 mai 2012 par des agents de police, le directeur Zhao Zhikui et le commissaire politique Wang Jiahui de la division de sécurité intérieure locale. Elle a été torturée au centre de lavage de cerveau situé à l'hôtel Xuesong jusqu'à ce que son avant-bras soit cassé et sa tête enflée. Elle a été emmenée dans une installation de la municipalité de Erdaobaihe mais refusée à cause de son bras cassé. Elle a ensuite été ramenée à l’hôtel Xuesong.


Mme Chi Suling de la municipalité de Shijiang dans l'agglomération de Tumen a été arrêtée par un groupe de policiers du commissariat de police du canton de Shijian vers midi le 17 mai 2012. Elle a été emmenée au centre de lavage de cerveau mis en place dans la crèche Songlin et torturée. Elle a développé des symptômes d'hypertension artérielle en conséquence.


Mme An Yingji, une pratiquante d’ethnie coréenne de la ville de Yanji, a été arrêtée le 1er juillet 2012 au travail. Elle a été amenée dans le centre de lavage de cerveau de la ville de Yanji par des policiers de la division de sécurité intérieure locale et le personnel du bureau 610. Elle a été forcée de se tenir debout pendant une longue période de temps. Ils l'ont menottée plus tard à la fenêtre jusqu'à ce que le dos de ses mains soit enflé. Après avoir été finalement détachée, les gardes l'ont forcée à s'asseoir avec les jambes croisées en lotus. Ses jambes ont été attachées ensemble avec une corde qui passait autour de son cou et attachée à ses mains qui étaient tirées dans son dos pendant quasiment toute la journée.


Reconstitution de torture: Ligoté

Mme Feng Mei de la municipalité de Xicheng dans la ville de Helong a été arrêtée alors qu'elle vendait des fruits sur le marché le 22 juillet 2012. Au centre de lavage de cerveau Xiya, elle a été torturée avec des aiguilles par les gardes Shao Ling et Wu Meihua. Lorsqu’ elle a été forcée à s'asseoir avec les jambes en lotus, les gardes ont attaché ses jambes avec l’extrémité d'une longue bande de tissu entourant tout son corps, puis ils ont attaché ses mains levées sur sa tête avec l'autre extrémité. Poussée à la limite, Mme Feng a sauté par la fenêtre du deuxième étage et s'est cassée la jambe et fracturé une vertèbre lombaire.

Cas de mort

M. Chi Huiwen, un pratiquant d’ethnie coréenne de la ville de Yanji, a été arrêté dans la soirée du 30 août 2001 et sa maison a été fouillée. Une fois dans le commissariat de Yannan, il a commencé à vomir et ne pouvait garder aucune nourriture. Arrivé au centre de lavage de cerveau du canton de Yilan, les gardes l'ont forcé à rester debout pendant une longue période de temps et à faire des tours du champ en courant. Il n'a pas été autorisé à dormir la nuit et sans cesse contraint à regarder des programmes de télévision calomniant le Falun Gong. Ils ont également abusé de lui verbalement et physiquement.


En octobre de la même année, la police a de nouveau fait irruption et a fouillé sa maison, ils l'ont emmené au centre de lavage de cerveau local. M. Chi s’étant mis en grève de la faim pour protester de sa détention illégale, il n'était pas autorisé à dormir et a été torturé. Il est devenu si faible qu'il pouvait à peine marcher.


Le directeur Piao Nanzhu du centre de lavage de cerveau l’a libéré après que sa femme ait payé 100 yuans. Les policiers de la gare et les fonctionnaires du comité résidentiel de Yannan l’ont étroitement surveillé et souvent harcelé à son domicile. La santé de M. Chi a rapidement décliné et il était paralysé le 12 mars 2004. Il ne pouvait plus manger début avril et il est décédé le 22 avril 2004.


Mme Wu Yingzi, une pratiquante de 68 ans d’ethnie coréenne de Wangqing, a été la cible des responsables locaux du PCC pour sa foi inébranlable en Falun Gong. Elle est tombée gravement malade d'une maladie cardiaque et d'hypertension artérielle quand elle a été détenue au centre de lavage de cerveau Wangqing. Lorsque la police l'a libérée, ils ont menacée de l'arrêter de nouveau dès que son état s’est amélioré. Mme Wu a quitté la maison et déménageait souvent pour éviter d'être arrêté. Sous une telle pression et tant de stress mental, son état a empiré et elle est finalement décédée le 17 juillet 2010.


M. Zhang Qingjun, un pratiquant de 61 ans de la commune de Shijian de l’agglomération de Tumen, a été arrêté le 10 septembre 2010 et emmené dans un centre de lavage de cerveau. Il a ensuite été transféré au centre de détention d'Anshan dans la ville de Tumen et condamné à un an de travaux forcés. Il a été emmené au notoire camp de travail de Yinmahe dans la ville de Jiutai le 22 octobre 2010, et y est décédé sept jours plus tard.

Version en anglais
Torture and Killing of Falun Gong Practitioners Continues in Brainwashing Centers in Yanbian Korean Autonomous Prefecture

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.