Expressions chinoises : Les vraies écritures sont difficiles à obtenir (真經難取) Zhēn Jīng Nán Qǔ
 

Expressions chinoises : Les vraies écritures sont difficiles à obtenir (真經難取) Zhēn Jīng Nán Qǔ

Dans ‘Pélerinage à l'Ouest’, le personnage de fiction le moine Tang (Xuan Zang) part pour l’Inde afin de ramener en Chine les Textes Sacrés. Il est accompagné de ses trois disciples Sun Wukong (le Roi Singe), Zhu Bajie (le Cochon) et Sha Wujing (Sableux). (Kiyoka Chu/Epoch Times)

L’expression : " Les vraie écritures sont difficiles à obtenir ", laquelle est encore largement utilisée aujourd’hui en chinois oral et écrit, tire son origine de l’une des quatre œuvres romanesques maîtresses de l’histoire Chinoise, "Pélerinage à l'Ouest". Ce roman est basé sur le voyage historique du Moine Xuan Zang vers l’Inde pour obtenir les écritures Bouddhistes.


Historiquement, le moine Tang, Xuan Zang, a surmonté diverses tribulations, dangers et tentations jusqu’à finalement arriver en Inde pour obtenir les authentiques Écritures Bouddhistes. Dans le roman, les défis de son voyage sont incarnés et manifestés au travers de divers démons et monstres, lesquels illustrent comment la quête pour obtenir les enseignements véritables n’est en aucun cas facile.


Les différents aspects d’un pratiquant ou dévot, dans ce cas Xuan Zang, sont représentés par les quatre principaux personnages dans le roman—le moine Tang lui-même et ses trois disciples Sun Wukong (le Roi Singe), Zhu Bajie (le Cochon) et Sha Wujing (Sableux).


Xuan Zang représente la droiture et la dévotion spirituelle; le Roi Singe est brave et intelligent, mais néanmoins emporté; le Cochon représente les faiblesses humaines telles que le désir pour la beauté, une riche nourriture et le confort; et Sableux est calme, travailleur et modeste. Intégrer les forces et réprimer les faiblesses de l’équipée pose aussi de multiples défis au cours du voyage pour obtenir les vraies écritures.


La phrase 真經難取 (Zhēn Jīng Nán Qǔ) apparaît pour la première fois dans un chapitre du roman dans lequel un démon se fait passer pour une déité. Cet imposteur tente de tourner le moine Tang et ses disciples les uns contre les autres afin d’isoler Xuan Zang et de le manger vivant.


Dans ce chapitre, le démon prétend être une Bodhisattva et raconte au moine : " Si tu ne te débarrasses pas de ton disciple ‘malveillant’, tu n’acquerras pas les vraies écritures. " Xuan Zang et ses disciples voient finalement clair dans les tours du démon, s’unissent pour l’éliminer et continuent leur voyage vers l’ouest pour accomplir leur quête.


La phrase décrit précisément les périls du voyage tant du personnage historique réel que du personnage du roman, Xuan Zang. Elle a largement été utilisée pour décrire combien il est difficile d’obtenir les vrais enseignements ou d’apprendre l’essence d’une chose sans en recevoir ou percevoir une simple imitation.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.