Shen Yun, "fabuleux ambassadeur"de la Chine artistique

Alain Le Tutour, dirigeant du cabinet de conseil Alliage Conseil, assistait au spectacle Shen Yun le samedi 29 mars 2014 au Palais des Congrès de Paris. (Crédit photo Jeanne Zhang/Epoch Times)

PARIS, France – Samedi 29 mars 2014, la compagnie Shen Yun Performing Arts se produisait au Palais des Congrès de Paris pour plus de deux heures de spectacle mettant à l’honneur les 5000 ans de culture traditionnelle chinoise.


Basée à New-York, Shen Yun s’est donnée pour mission de faire revivre cette riche culture par le biais de la danse classique chinoise, l’un des systèmes de danse les plus complets au monde, mais aussi les plus expressifs et permettant donc de raconter des histoires sans avoir recours à la parole…


Alain Le Tutour, dirigeant d’Alliage Conseil, un cabinet de stratégie d’entreprises, se trouvait parmi les spectateurs venus découvrir, à travers la danse classique chinoise, les mythes et légendes et les classiques de la littérature chinoise ou encore les coutumes des différentes ethnies présentes en Chine pendant ces millénaires.


«Cela va au-delà de ce que l’on pouvait espérer, c’est très beau!», s’est ainsi exclamé M. Le Tutour, précisant que ce qu’il a vraiment aimé, c’est «la fresque historique»: «On voyage dans la Chine, on redécouvre la Chine, on découvre une autre Chine: une Chine artistique, très proche des valeurs, de la musique…»


Il aura particulièrement apprécié la soliste de erhu, ce violon à deux cordes riche d’une histoire de plus de 4.000 ans et qui peut exprimer un éventail impressionnant de sons et d’émotions.


«Je suis enchanté, enchanté, enchanté! Je découvre autant un spectacle qu’un mode artistique, j’aime bien cela, vraiment!»


En effet, Alain Le Tutour, amateur de danse classique occidentale, découvre que la danse classique chinoise «n’a rien à voir», tout en constituant un système «très beau, très artistique».


Consultant auprès d’entreprises, Alain Le Tutour travaille aussi en Chine: «J’apprécie beaucoup les rapports d’affaires que j’ai avec la Chine. Nous sommes, sur ce que nous faisons en France avec nos partenaires chinois, directement complémentaires. Nous travaillons très bien, il y a beaucoup de respect. Je suis enchanté de découvrir un autre aspect de la Chine que je ne connaissais pas, qui est la Chine artistique.»


Pour lui, Shen Yun véhicule une autre image de la Chine: «En tant qu’homme de stratégie, c’est une bonne image de marketing que vous donnez, une bonne image de communication. Il faut le faire encore plus… Il faut qu’on parle de la Chine sur ses valeurs artistiques, il faut faire plus!»


En amateur de musique classique, il reconnaît tout particulièrement le talent des musiciens qui le conduit à rajouter, allant plus loin dans sa perspective pour Shen Yun: «Le spectacle que j’ai vu ce soir est un fabuleux ambassadeur de ce que Shen Yun doit porter en France, en Europe, aux États-Unis, partout, sur les valeurs artistiques de la Chine, bien sûr.»


Des valeurs artistiques présentes dans le spectacle mais qui auront aussi fait les 5.000 ans de culture chinoise traditionnelle. Alain Le Tutour ne voit pas de différence avec celles de l’occident, les définissant comme universelles: «On a vu le bien, le mal, la nature, la beauté, on a vu la palette de tout ce qui fait les valeurs autant françaises, qu’européennes, qu’américaines… Cela ne change pas. C’est la mise en scène qui est différente. Elle n’est pas lourde, mais légère, la musique est très bien jouée, elle est très légère», ajoute-t-il.


Dans la Chine traditionnelle, ces valeurs étaient intimement liées aux croyances qui faisaient partie du quotidien de chacun, du plus humble paysan au plus grand roi ou empereur. Chacun respectait et appliquait la croyance dans les divinités.


Pour Alain Le Tutour, la base de toutes les croyances est la même: «Elles ne changent pas: croyance dans l’homme, croyance dans l’univers, croyance dans un Dieu, peu importe lequel, que ce soit un Bouddha, ou notre Dieu, peu importe, on a tous besoin de se référer à une histoire et à un Dieu.»


«Enfin, cela fait partie d’un rituel et de la façon dont les gens se mettent ensemble pour penser à qui ils veulent! Je pense que c’est à partir de là que les gens peuvent se mettre ensemble, même si les dieux ne sont pas les mêmes… Le malheur, c’est celui qui ne pense pas, ou qui pense mal. Quand on pense à quelque chose qui est au dessus, ailleurs, ça se passe bien… C’est celui qui regarde par en dessous qui n’arrive pas à trouver les solutions.»


En conclusion, Alain Le Tutour conseille à tous de venir découvrir Shen Yun: «Cela donne vraiment une image de la Chine souriante… Il faut absolument aller voir ce spectacle pour voir des images belles et réjouissantes!»

Propos recueillis par Jeanne Zhang.

Basée à New York, Shen Yun Performing Arts a quatre compagnies simultanément en tournée dans le monde entier. La compagnie se produit du 2 au 6 avril au Theatre National de Bruxelles et du 9 au 12 avril au Teatre Nacional de Catalunya de Barcelone.

Pour en savoir plus: Shen Yun Performing Arts

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.