L’ancien étudiant universitaire M. Huang Zeliang acculé à la vie de sans domicile pendant 10 ans

"J'ai été sans-domicile pendant plus de 10 ans. Tous mes amis et parents de mon âge sont mariés, mais je suis toujours célibataire. Il est difficile de parler des difficultés que j'ai endurées", a déclaré M. Huang Zeliang.


" Ce qui m'a causé le plus de difficulté a été d'avoir ma carte d’identité annulée par le [Parti communiste chinois] (PCC) parce que je pratique le Falun Gong. En Chine, vous ne pouvez quasiment rien faire sans carte d’identité. Vous avez même besoin d'une carte d’identité pour aller dans un cybercafé. Sans identité, je ne pouvais pas postuler pour un emploi permanent.


Mon amie n’a pas pu se marier avec moi parce que je n'avais pas de carte d’identité".


La vie de M. Huang Zeliang n'a pas toujours été ainsi. Il était un brillant étudiant à l'Université pharmaceutique de Chine. Cependant, après que la persécution du Falun Gong ait commencé, sa vie a radicalement changé. Il a été interdit de cours et contraint par la direction de l'école à abandonner la pratique du Falun Gong. En 2001, M. Huang a été détenu dans le centre de lavage de cerveau de Maoming. Il a réussi à s'échapper, mais pour éviter d'être persécuté à nouveau, il a dû vivre une vie de sans domicile pendant plus de 10 ans.


Ci-dessous l'histoire de M. Huang dans ses propres mots.


La pratique du Falun Gong m'a changé pour le meilleur

En 1997, j'ai été admis à l'Université pharmaceutique de Chine. J'ai eu du mal à m'adapter à la vie universitaire et j’avais de mauvaises notes. J’étais déprimé et j'ai commencé à avoir des problèmes de santé. Mon humeur a également empiré.


Après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, je suis devenu optimiste. Mes résultats universitaires se sont beaucoup améliorés.


Expulsé de l'Université pour la pratique du Falun Gong

En juillet 1999, les autorités de l'université m'ont interdit d'aller en cours. Ils ne cessaient de m’insulter et de me menacer. Je ne pouvais pas le supporter. J'étais sous un stress sévère.


Je suis allé à Pékin pour faire appel en mars 2000. Je voulais dire au PCC la vérité à propos du Falun Gong en utilisant ma propre expérience. Je me souviens clairement qu'il y avait beaucoup de policiers en civil qui attendaient à l'extérieur du bureau des pétitions. Je n'oublierai jamais l'atmosphère tendue.


Je me dirigeai vers l'entrée du bureau des appels avec plusieurs autres pratiquants. Nous avons été arrêtés à l'entrée et on nous a demandé si nous étions pratiquants de Falun Gong. Nous avons été fouillés. Une personne a regardé ma carte d’identité et a crié: " Il est de Nanjing ! " Plusieurs policiers m'ont arrêté. J'ai reçu force coups de pieds dans le dos.


J'ai été emmené au bureau de liaison de Nanjing à Beijing. Ils m'ont menotté à une chaise toute la nuit. Le lendemain, j'ai été ramené à Nanjing et détenu pendant 15 jours dans le département de la police du district de Xixia.


Mon université a forcé mon père à fabriquer un faux dossier médical. Selon le dossier, j'avais une schizophrénie quand j'étais au lycée et j'avais besoin de rentrer à la maison pour récupérer. Après que l'université ait obtenu les faux dossiers médicaux, ils m'ont expulsé.

Ce fut un coup dur pour ma mère. Elle pleurait tous les jours et est tombée très malade. Ma grand-mère et ma mère ont été submergées par le chagrin et sont décédées.

Les membres de ma famille n’ont pas été exemptés de la persécution du PCC et ils ont également été soumis aux pressions. J'ai été étiqueté " anti-parti", "anti-société", "anti-humanité", et de toute la litanie d’ étiquettes du Parti. J’ai presque suffoqué sous l’énorme pression.

Persécuté dans un centre de lavage de cerveau

Pour éviter d'être harcelé par la police, je restais à la maison toute la journée. Toutefois, cela ne les a pas empêchés de me chercher.


En mars 2001, le chef du commissariat de Pingding, Guo Huaxiong, m'a arrêté sous le prétexte de "prévenir les ennuis futurs" J'ai été détenu dans une petite cellule nauséabonde. On ne me donnait pas suffisamment à manger et je n’avais que de l'eau sale à boire.


Conformément à la loi, nul ne peut être détenu plus de 2 jours sans être inculpé, mais j'ai été détenu pendant plus de 5 mois.


Pendant ce temps, de plus en plus de pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés. Parfois, ils arrêtaient plus de 20 pratiquants à la fois. Peu importe combien étaient arrêtés, ils étaient tous mis dans la même petite cellule. Parfois, nous étions serrés comme des sardines.


Tous les autres pratiquants détenus dans la petite cellule sont venus et partis. J'ai été le seul détenu là pendant plus de cinq mois. Je me sentais très isolé et me suis presque effondré mentalement.


La police a essayé de me forcer à dire que j’avais volontairement abandonné ma famille et les études universitaires après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong, mais j'ai refusé de mentir. La police a menacé de me détenir pour toujours si je ne calomniais pas le Falun Gong.


J'ai été transféré dans le canton Wenlou en juillet 2001. Le canton a construit une maison avec une cour spécialement pour détenir les pratiquants de Falun Gong


C'était l'été et la cour était insupportablement chaude et humide. Les moustiques y pullulaient. La police nous ordonnait de courir tout en criant des slogans diffamant le Falun Gong et Maître Li (le fondateur du Falun Gong). Ils nous ont ordonné de répandre de la peinture sur les livres de Falun Gong et les photos du Maître. Ils nous ont ordonné d'écrire des déclarations de repentir.


Ceux qui ont refusé d’obéir ont été battus. Les maisons de certains pratiquants ont été cambriolées et complètement saccagées. Certains couples ont été arrêtés, laissant leurs jeunes enfants seuls à la maison. La police faisait ce qu'ils voulaient aux pratiquants de Falun Gong.


En août 2001, j'ai été transféré au centre de lavage de cerveau de Maoming et détenu pendant plus de 3 mois. Les pratiquants étaient détenus séparément. Nous n'étions pas autorisés à nous parler, nous saluer, ni même à nous regarder mutuellement.


Les pratiquants étaient forcés à regarder des vidéos calomniant le Falun Gong. Nous étions complètement privés de notre dignité et de nos droits humains. La police nous fouillait et nous maltraitait verbalement à volonté.


Les gardes nous surveillaient 24 heures sur 24. Les pratiquants devaient faire un rapport aux gardes, même pour aller aux toilettes.


Je suis devenu émacié à cause de la torture mentale et physique. J'étais tellement maigre que j'ai réussi à m'échapper en passant entre les barreaux de la fenêtre.


Arrêté à nouveau en 2012

Après avoir été sans-domicile pendant une dizaine d'années, j'ai pensé qu'il n’y avait plus de danger à rentrer, donc je suis rentré chez moi le 16 octobre 2012.

Je suis allé au commissariat pour demander ma carte d'identité et on m'a dit qu'il n'y avait aucune trace de moi.


Le 17 octobre, je suis allé visiter l'adjoint au maire de mon canton pour demander ma carte d'identité. Il m'a demandé de revenir le lendemain. Quand je suis allé le voir le lendemain, la police était là. Ils voulaient que je leur donne des informations sur d'autres pratiquants.


Le 5 novembre 2012, l'adjoint au maire m'a dit d'aller aux bureaux du gouvernement de la ville de Huazhou pour remplir un formulaire de demande de carte d'identité. La police m'a arrêté à Huazhou.

Persécuté de nouveau

Quand j'ai demandé à la police pourquoi ils m’arrêtaient, ils n'ont pas répondu. J'ai été détenu dans le centre de lavage de cerveau de Maoming.


Ce qui s'était produit 10 ans plus tôt a recommencé. L'atmosphère étouffante et effrayante n'avait pas changé, même si la situation était différente.


Il n'y a aucune pancarte à l’extérieur du centre de lavage de cerveau, et en regardant de l'extérieur personne n’irait imaginer que c'est une prison. C'est ainsi que les autorités dissimulent leurs méfaits.


Les fenêtres du centre de lavage de cerveau étaient renforcées, et le balcon fermé. J'ai été détenu seul au cinquième étage. J'ai appris plus tard que tous les pratiquants de Falun Gong étaient détenus séparément. Ils pensaient que c'était une approche efficace pour nous laver le cerveau.


Je n'oublierai jamais le sentiment horrible d'être détenu seul. Il n'y avait personne à qui parler. Vous ignoriez les moyens qu’ils allaient utiliser pour vous torturer et ne saviez pas combien de temps vous alliez être détenu. Ils pouvaient envoyer quelqu'un à tout moment dans un camp de travail sans aucune preuve ni procès. Après avoir purgé la peine dans le camp, vous pouviez être renvoyé au centre de lavage de cerveau. La persécution ici était plus cachée et plus insupportable. Ils étaient devenus plus vicieux après dix ans.


Dès l'instant où j'ai été arrêté, je n'arrêtais pas de penser à la façon de m'échapper. J'ai réussi à m'échapper de nouveau finalement. J'ai appris plus tard que j'étais le seul pratiquant qui avait réussi à s'échapper de ce centre de lavage de cerveau pendant des années.

Ma vie à présent

Ceci est ma situation actuelle: je ne peux pas demander de nouvelle identité, ma situation financière est très mauvaise (je peux à peine acheter de la nourriture), et j'ai peur de sortir ouvertement.


Bien que je ne sois pas en prison physiquement, je suis dans une prison invisible créée par le PCC. Je souffre tous les jours et je n’aie nulle part où me cacher.


Certaines personnes peuvent penser que je devrais récupérer ma carte d’identité en abandonnant ma croyance dans le Falun Gong. Pourtant, même écrire une " déclaration de garantie" n'est que le début. Après avoir écrit la garantie que vous abandonnez votre croyance, vous devez écrire une " déclaration de repentir "et une " garantie de vous dissocier du Falun Gong."


Chaque aspect de la persécution du Falun Gong est illégal. C'est le droit le plus fondamental de tous les citoyens d'avoir une pièce d'identité. Je n'ai aucune raison de renoncer à ma croyance. J'espère que tous les gens compatissants se lèveront pour aider à faire cesser cette persécution.

Les participants à la persécution de M. Huang Zeliang:

Yan Xiaoyan, directeur du bureau 610 de la ville de Huazhou: 86-13824867555
Li Guangyu, chef du commissariat de Pingding: 86-13927515598, +86-668-7530181
Chen Liucheng, chef adjoint du commissariat de Pingding: 86 -13,929,759,117
Li Zhaoyu, adjoint au maire du canton de Pingding: 86-13542302272

Version anglaise:
Former University Student Mr. Huang Zeliang Forced to Remain Homeless for 10 Years

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.