Belgique : Une manifestation devant le Parlement européen appelle les députés à passer une résolution sur le prélèvement d’organes

Voici deux semaines que les pratiquants de Falun Gong tiennent une manifestation pacifique devant le Parlement de l’Union européenne à Bruxelles.

Commencée à la fin du mois de novembre pour s’achever le 5 décembre, la manifestation correspond au moment où une résolution condamnant " le prélèvement à grande échelle d’organes sur des pratiquants de Falun Gong non consentants en Chine " est en débat au Parlement européen, le vote décisif devant avoir lieu le 12 décembre.

M. Tunne Kelam, membre du Comité des Affaires étrangères du parlement et député européen a initié la résolution. Il a déclaré que si nous ne prenons pas au sérieux ce que nous savons concernant une telle pratique, alors nous en partageons moralement et politiquement la responsabilité. Une mesure pouvant être prise selon lui par le Parlement européen, est d’organiser un débat suivi d’un vote sur la résolution.


Pratiquer les exercices du Falun Gong devant le bâtiment du Parlement européen


La permission spéciale de tenir la manifestation sur les pelouses du Parlement

Le 5 décembre, les pratiquants ont été autorisés à tenir leurs activités sur la pelouse dans l’enceinte du Parlement, l’espace public étant occupé par d’autres évènements. Ils ont pu distribuer l’information sur les prélèvements illicites d’organes à l’entrée même du bâtiment, fait suffisamment rare pour être noté.


Un garde de sécurité a dit n'avoir jamais vu aucun groupe autorisé à manifester sur la pelouse du parlement, endroit bien en vue depuis l’intérieur du bâtiment.


Soutien de visiteurs de tous les horizons

Parlementaires et assistants sont au courant de la persécution du Falun Gong et ont appris le prélèvement criminel d’organes. Un homme et une femme sont passés près de la table d’information des pratiquants et l’homme les a remerciés d’informer le public des faits, il a dit qu’il ferait de son mieux pour aider le Falun Gong. Les pratiquants ont appris par la suite que l’homme et la femme étaient des membres du Parlement.

De nombreux passants ont lu l’information clarifiant les faits et ont signé la pétition. Plusieurs personnes ont dit qu’ils demanderaient à leurs députés de soutenir la résolution. Mat, une dame espagnole, a dit les larmes aux yeux : "J’aime beaucoup la Chine. La persécution doit cesser. J’espère que vous allez tenir bon. Bravo !” Elle a joint ses mains devant sa poitrine pour remercier les pratiquants.

Les gens signent la pétition de soutien au Falun Gong.

Une manifestante raconte son expérience de première main de la persécution

Mme Liu Yumei, une des manifestants, a été secourue par les Nations Unies voici quelques années. Elle vit aujourd’hui en Finlande. Quatre membres de sa famille ont été torturés à mort sous la persécution en Chine. Elle a elle-même été emprisonnée et torturée pour ses convictions.

Mme Liu a déclaré : " Dans la prison un policier m’a menacé que si je donnais pas mon nom et mon adresse mes organes seraient prélevés et que personne ne reverrait jamais mon cadavre. Ma sœur a eu une expérience similaire. J’ai de la chance d’être ici et de pouvoir témoigner."


Mesures pour mettre fin au prélèvement d’organes dans le monde

Des députés du Royaume Uni, de France, de Suède et d’Allemagne ont récemment organisé des auditions et des débats sur la question. La résistance et la condamnation du prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong ont culminé ce mois.


De nombreux gouvernements sont en train d’évaluer les options de promulguer de nouvelles lois pour interdire le prélèvement et le tourisme d’organes, suite aux exemples donnés par Israël et par l’Espagne. Des projets de lois et de résolutions ont été proposés dans nombre de grands pays du monde.

L’organisation DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d’organes) a officiellement remis une pétition appelant à “Une fin immédiate du prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine" au bureau du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies. La pétition portait les signatures de près d’1.5 millions de personnes de plus de cinquante pays, et quatre continents.


...

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.