Université de Cardiff, Pays de Galles: Amnesty International condamne les atrocités de prélèvement d’organes en Chine

Une scène choquante devant le bâtiment du syndicat étudiant sur le campus de l’Université de Cardiff attirait l'attention de tous ceux qui passaient : Une personne étendue sur un drap sanglant sur une table d’opération avec ses organes exposés. Quelques médecins et une infirmière s'adressaient aux étudiants et aux membres de la faculté. Au-dessus de la table d’opération on pouvait lire sur une banderole " Aidez-nous à faire cesser le prélèvement forcé d’organes."

C’était une campagne de signatures organisée par la branche d’Amnesty Internationale de Cardiff (Cardiff AI Society ) le 28 novembre. Les membres d’Amnesty International ont simulé le prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant en Chine pour dénoncer ces crimes au public et appelé à aider pour y mettre fin.


Simulation de prélèvement d’organes et collecte de signatures.


La présidente de la Cardiff AI Society, Ambre Rugurski, major en neuroscience, avait initié l’activité. Il y a deux semaines, " Médecins contre le prélèvement forcé d’organes " (DAFOH) présentait "Le prélèvement d’organes non éthique en Chine " au Parlement du Pays de Galles.

Ambre et quelques membres ayant assisté au débat ont été choqués par les faits brutaux. Ils ont décidé d’agir immédiatement. En l’espace de deux semaines, les membres de AI ont conçu imprimés et banderoles pour l’évènement, et fabriqué les accessoires pour la simulation de prélèvement d’organes.
Rejoignant la pétition DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d’organes) adressée aux Nations unies, les organisateurs ont également recueilli des signatures appelant à la fin immédiate du prélèvement d’organes sur les pratiquants de Falun Gong en Chine. Pleinement conscients de l’urgence et de l’importance du problème, Ambre et ses amis ont scanné les signatures et les ont envoyées à DAFOH immédiatement après l’activité.

Il y a de nombreux étudiants chinois à l’Université de Cardiff, située à Cardiff, capitale du Pays de Galles. Durant les cinq heures qu'a duré la collecte de signatures, beaucoup d’entre eux se sont arrêtés pour regarder la simulation. Face aux faits brutaux, et voyant les jeunes bénévoles gallois appeler à aider des chinois, certains étudiants chinois ont été profondément touchés. Ils ont parlé aux bénévoles et ont courageusement signé la pétition. L’un d’eux a démissionné de la Ligue de la Jeunesse communiste.

Les gens signent la pétition..

M. Lane, une personne âgée parle avec les bénévoles.


M. Lane, un étudiant du troisième âge étudiant les manifestations de rue, a observé la simulation pendant un long moment et a signé la pétition. Il avait vu les activités des pratiquants de Falun Gong à Cardiff voici plusieurs années. Il a félicité les membres d’Amnesty pour leur utilisation d’accessoires réels et de simulations pour sensibiliser les esprits. Il a aussi apprécié la façon dont les bénévoles interagissaient avec les passants, costumés en infirmières et en médecins. Il pense que c’est une façon puissante de permettre aux gens d’apprendre le crime de prélèvement d’organes du gouvernement chinois.

Les membres de la Cardiff AI Society ont interprété des rôles pour rendre un sujet accablant à la fois interactif et engageant.

Ambre a conçu les flyers pour l’évènement, où on pouvait lire " les paisibles pratiquants de Falun Gong sont tués pour leurs organes, ""Joignez-vous à notre protestation ! " Elle a également suggéré la simulation du prélèvement d’organes.

L’imprimé conçu par Ambre


Laura, étudiante en histoire et en science politique, Kez, une étudiante en prépa de médecine, Emily inscrite en musique et Fiona une étudiante en pharmacologie, toutes membres de la AI Society de Cardiff, étaient costumées en médecins et en infirmières, et parlaient aux passants, en les encourageant à signer la pétition.

Fiona l’“Infirmière” veut devenir médecin. Sa mère, une infirmière professionnelle, a appris de sa fille le prélèvement forcé d’organes. Sous le choc et immédiatement concernée, elle a appris à Fiona comment fabriquer les mannequins pour la simulation.

“Nous voulions que la scène soit choquante, parce que le prélèvement d’organes est un crime choquant et pervers. Beaucoup de gens n’en ont jamais entendu parler, alors nous voulions les toucher. Nous pensions qu’en l’apprenant, ils éprouveraient quelque chose de fort. Tel était le but de l’évènement. Pour certaines personnes c’est difficile de croire qu’un crime pareil continue à se produire. Donc nous essayons de leur dire que c’est arrivé en Chine. Les gens étaient choqués et nous ont demandé ce qu’ils pouvaient faire pour aider," a expliqué Fiona.

Les bénévoles de la Cardiff AI Society appellent à l’aide pour mettre fin au prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant en Chine. Laura (en haut à gauche) ; Kez (en bas à droite) ; Ambre (au milieu ; Emily (en bas à gauche) et Fiona (en bas à droite).

La Cardiff AI Society tenait sa réunion mensuelle le soir de la campagne de signatures. Deux pratiquants de Falun Gong ont été invités à faire la démonstration des exercices et ont passé une vidéo de huit minutes de la télévision NTD (New Tang Dynasty) : " Tué pour leurs organes, le marché de la transplantation, un secret d'État chinois ." À la fin de la réunion, Ambre a suggéré que chaque participant écrive une lettre à son représentant à l’assemblée, appelant les législateurs à condamner le crime de prélèvement d’organes du gouvernement chinois.

Les participants ont fermement condamné la persécution du Falun Gong en Chine. Kez Rose a déclaré " Il est ridicule que des gens aient été arrêtés parce qu’ils méditent. C’est vraiment difficile à comprendre pour des occidentaux, car il s’agit d’un droit humain élémentaire. " a-t-elle dit. " La persécution est aussi mauvaise que le génocide nazi. Si personne ne prend de mesures pour arrêter cela, quand cela finira-t-il ? La société internationale ne devrait pas ignorer ce crime."

Ambre pense que la persécution est plus horrible que la tuerie qui a lieu lors des guerres. " C’est un génocide, et il n’y a aucune raison de le tolérer, " a-t-elle dit.

Les membres d’AI écrivent à leurs députés à leur réunion mensuelle, pour aider à mettre fin au prélèvement d’organes en Chine.


Pour respecter la date limite de soumission de la pétition au Haut-Commissaire aux Nations-Unies, qui est dans deux semaines, Ambre a scanné les signatures immédiatement après la réunion, et les a envoyées à DAFOH ; Les lettres d’appel des membres de la Cardiff AI Society seront rapidement envoyées.

Fondée en 2003, l’Université de Cardiff est la seconde plus ancienne université du Pays de Galles. Elle a trois collèges : Arts, Humanités et Sciences sociales ; Sciences Biomédicales et de la Vie ; et Sciences physiques et Ingénierie. Elle fait partie du Groupe Russel des principales universités britanniques de recherche.

Version anglaise
Cardiff University, Wales: Amnesty International Condemns Organ Harvesting Atrocities in China

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.