M. Cao Jingyu meurt après avoir enduré sept ans d'emprisonnement

Résumé des principaux faits de la persécution:
Nom : Cao Jingyu (曹靖宇)
Genre : Masculin
Âge : 40 ans
Adresse : 717, boulevard Jiefang, district de Qiaokou, ville de Wuhan, province du Hubei.
Profession : Inconnue
Date de la mort : 22 septembre, 2013
Date de la dernière arrestation : Mars 2003
Dernier lieu de détention : Prison de Sihui (广东四会监狱)
Agglomération : Sihui
Province : Guangdong

Persécution endurée : Condamnation illégale, détention, emprisonnement, privation de sommeil, travail forcé, lavage de cerveau, passages à tabac, privation d'utilisation des toilettes


M. Cao Jingyu, ville de Wuhan, province du Hubei, a été emprisonné pendant sept ans pour sa croyance dans le Falun Gong. Il a été gravement blessé pendant son incarcération. Après sa libération, les agents locaux du " Bureau 610 " ont continué à le harceler chez lui, et sa santé s'est détériorée davantage.


M. Cao est décédé le 22 septembre 2013, à l'âge de 40 ans.


M. Cao Jingyu

Né le 6 août 1973, M. Cao était diplômé de l'université navale d'ingénierie. Il avait commencé à pratiquer le Falun Gong à la fin de 1998. Sept mois plus tard, en juillet 1999, le Parti communiste chinois lançait une campagne brutale pour éradiquer la pratique spirituelle.


M. Cao est allé à Pékin en 2000 pour faire appel du droit à pratiquer le Falun Gong. Il a été illégalement arrêté et détenu au Centre de lavage de cerveau Etouwan dans la ville de Wuhan pendant près de deux ans. Il a finalement réussi à s'en échapper et est allé dans la ville de Guangzhou.


M. Cao a été arrêté de nouveau en mars 2003, alors qu’il se trouvait dans la ville de Guangzhou. Il a été condamné à sept ans de prison. En 2004, il a été transféré dans la prison de Sihui dans la province du Guangdong.


M. Cao a été torturé et gavé pendant son incarcération. Il n’était pas autorisé à acheter les articles de nécessité quotidienne. Il était soumis à un travail d'esclave pendant la journée et aux châtiments corporels la nuit.

Il a été transféré au quartier pénitentiaire « de gestion renforcée» en 2008. Les gardiens ont affecté plusieurs détenus à sa surveillance et tenté de le forcer à abjurer sa foi dans le Falun Gong.


M. Cao a dû rester assis dans une posture militaire pendant des périodes de temps prolongées. Il a été battu, maudit et insulté, ainsi que privé de sommeil, de nourriture et de l’utilisation des toilettes. Ses yeux ont été aspergés d’un produit anti-moustique qui a diminué sa vision.


Certains des détenus ont écrit des mots diffamant le Falun Gong sur le sol et sur le lit de M. Cao et ont essayé de le forcer à marcher ou à se coucher dessus. Lorsque M. Cao a refusé, il a été forcé à rester debout pendant huit jours d'affilée. Huit détenus se sont relayés pour le surveiller. Il n’était autorisé ni à bouger ni à dormir, et ses jambes ont enflé.


Plus tard, l’hôpital de la prison lui a diagnostiqué une insuffisance rénale. Il avait grosseur sur la joue droite, dont suintait constamment du pus.


M. Cao a été libéré le 18 novembre 2009. Par la suite, le personnel du bureau 610 du district de Qiaokou est venu à plusieurs reprises à son domicile pour le harceler. Le chef du bureau 610, Xie Xiaofeng, a également menacé et trompé M. Cao et sa mère.


Suite aux blessures contractées en raison des mauvais traitements dans la prison M. Cao n’a jamais retrouvé la santé et s’est émacié davantage, son état s’aggravant après sa libération.


M. Cao a été envoyé à l'unité de soins intensifs de l'Hôpital de Zhongshan dans la province du Hubei, le 15 septembre 2013. Cependant, il n'a pas répondu au traitement et est décédé le 22 septembre.

Version anglaise
Finland: Exposing the CCP’s Persecution of Falun Gong in China


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.