Un avocat espagnol intervient en faveur de lois plus strictes concernant le tourisme d'organes au rassemblement du Falun Gong

Le 20 juillet, des pratiquants de Falun Gong et des militants des droits de l'homme de 27 pays européens se sont retrouvés devant l'Hôtel de ville de Copenhague, au Danemark, pour condamner les 14 ans de persécution du Falun Gong en Chine. Carlos Iglesia, un avocat espagnol, est intervenu au rassemblement à propos d'une loi en Espagne empêchant les citoyens espagnols de se faire greffer des organes en Chine;


Carlos Iglesia, un avocat espagnol, intervient au rassemblement


Après le rassemblement, M. Iglesia a expliqué aux journalistes ce qui avait poussé à cette loi. Quelques jours avant le rassemblement, un espagnol a été censuré par l'organisation de transplantation nationale d'Espagne. L'homme, Oscar Garay, s'était fait greffer un foi en Chine, et en encourageait d'autres à faire le voyage s'ils avaient besoin d'un organe.


Garay un ancien alcoolique, avait voyagé en Chine en 2008 pour obtenir un nouveau foi, des complications médicales l'ayant rendu inéligible pour une greffe en Espagne. Il a payé 130 000 euros (170,000 US$). L'histoire de Garay a été rapportée par El Pais, le plus grand quotidien d'Espagne, en 2010; Il fournissait une description détaillée de son voyage de 2008 à Tianjin, en Chine où il avait obtenu l'organe qui avait été préparé à l'avance. Ce que Garay a fait n'était pas illégal en Espagne jusqu'en juin 2010, lorsqu'une loi est passée faisant du fait de "promouvoir, faciliter ou faire la publicité" de l'obtention d'un organe de source illicite, une infraction criminelle. Ceux s'engageant dans de telles activités et les receveurs d'organes illicites sont désormais passibles de 6 à 12 ans d'emprisonnement.


D'après M. Iglesia, encourager d'autres personnes à faire le voyage en Chine pour des greffes d'organes est une infraction criminelle. La loi n'a en fait été changée qu'après que des législateurs et des spécialistes des greffes d'organes en Espagne aient pris connaissance d'un rapport de deux chercheurs Canadiens, David Kilgour, ancien parlementaire et procureur de la couronne, et David Matas, un avocat des droits de l'homme, concernant le pillage d'organes sur des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle en Chine.


"Kilgour et Matas ont remis leur rapport à l'Organisation nationale de transplantation, et recommandé que le Ministre de la Santé emette des instructions et des recommandations de ne pas se rendre en Chine pour des organes."


C'était en novembre 2006 a poursuivi Iglesia, qui a décrit l'extraction massive d'organes venant de pratiquants de Falun Gong et d'autres prisonniers de conscience comme un "acte purement génocidaire". Il a ajouté : "L'Organisation nationale de Transplantation d'Espagne soutient les droits de l'homme en général et en Chine en particulier … et aide la société espagnole à comprendre la réalité de ce qui se passe sous la dictature communiste chinoise.”

Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.