Expressions chinoises : Une oie sauvage porte un message venant de loin (鴻雁傳書)
 

Expressions chinoises : Une oie sauvage porte un message venant de loin (鴻雁傳書)

 
Dix oies sauvages - Sarahvandenboom, illustratrice et réalisatrice


Les oies sauvages sont des oiseaux migrateurs qui parcourent de longues distances sur des trajets bien définis chaque année entre leurs terres de reproduction dans le nord et leurs terres hivernales dans le sud.


Prenant avantage de leur instinct naturel à suivre le changement des saisons dans leur voyage annuel nord-sud, les anciens chinois utilisaient ces oiseaux fidèles pour porter des messages en attachant de petits rouleaux à leurs pattes.


Du fait de cette pratique, l’oie sauvage, 鴻雁 (hóng yàn) ou 雁 (yàn), en est venue à symboliser une lettre ou un échange de correspondance en Chinois, et l’expression鴻雁傳書 (hóng yàn chuán shū), littéralement “une oie sauvage délivre un message,” décrit de façon vivante l’utiisation de ces oiseaux comme messagers.


Une des plus célèbres histoires associées à cette expression est celle de Su Wu (蘇武), un émissaire loyal envoyé en mission diplomatique chez les Xiongnu (匈奴) en 100 Av.J.C. par l’ Empereur Wu (漢武帝) durant la Dynastie Han (206 Av J.C..–A.D. 220).


Les Xiongnu, envahisseurs de longue date de la Chine, essayèrent de forcer Su Wu à se rendre. Lorsqu’il refusa, ils le bannirent dans un endroit lointain et désolé à garder des moutons jusqu’à ce que "vos béliers donnent du lait."


En 81 av.J.C., dans le cadre des négociations de paix entre les deux côtés, un émissaire Han fut envoyé chez les Xiongnu pour tenter d’obtenir le retour de Su Wu.


Les Xiongnu essayèrent de le tromper en disant que Su Wu était déjà mort. Cependant, l’émissaire apprit la vérité d’un membre de la délégation d’origine de Su Wu.


L’homme conseilla à l’émissaire de dire au roi des Xiongnu que l’empereur Han avait récemment tué une oie en chassant et trouvé un morceau de tissus attaché aux pattes de l’oie sur lequel était écrit que Su Wu et les autres de sa délégation étaient détenus dans un certain endroit près d’un lac.


Choqué en entendant ces mots, le roi des Xiongnu admit que Su Wu et les autres étaient effectivement là.


Su Wu et ses compagnons furent alors finalement relâchés et retournèrent en Chine, après 19 ans de captivité.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.