M. Yuan Kun, sa femme, et d'autres personnes de la ville de Weifang secrètement condamnés à sept ans et demi de prison

M. Yuan Kun, son épouse, Mme Mao Aijuan, et M. Wang Wenzhong du district de Fangzi, ville de Weifang, ont été arrêtés en novembre 2011 par des agents de la division de sécurité intérieure du district de Kuiwen et emmenés au centre de détention de Weifang. Le 6 mai 2013, les parents de M. Yuan sont allés au centre de détention de Weifang pour s'enquérir de leur fils. Ils ont été informés qu'il avait été envoyé à la prison de la ville Jinan.


M. Yuan, Mme Mao et M. Wang Wenzhong ont été secrètement condamnés le 22 Octobre 2012, à sept ans et demi de prison par la cour, en collusion avec la division de sécurité intérieure, le bureau 610 et le parquet, tous situés dans la ville de Weifang. Leurs familles n'ont pas été informées et les fonctionnaires ont refusé à répétitions de les rencontrer quand ils sont allés au centre de détention. Ils n'ont pas non plus révélé leurs condamnations. Le 5 avril 2013, Mme Mao a été envoyée à la prison pour femmes de Jinan, où sa maltraitance continue.


Les parents de M. Yuan ont été informés de l'emprisonnement de leur belle-fille en même temps que la famille de Mme Mao a reçu la lettre précisant qu'elle avait été envoyée dans la prison pour femmes de Jinan. Les parents âgés de M. Yuan ont été surveillés, harcelés, condamnés à une amende, et battus depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong le 20 Juillet 1999. Leur fils aîné a été envoyé dans un camp de travail forcé, et M. Yuan, leur plus jeune fils, et sa femme se sont retrouvés sans ressources et sans domicile juste avant le premier anniversaire de leur fils. C'était il y a plus de dix ans. Ils ont enduré toutes sortes de difficultés et de privations en élevant leurs petits-enfants ce qui a laissé une marque indélébile. La réception des nouvelles des peines de leur fils et belle-fille n'a été que la dernière d'une série de catastrophes que le couple a dû endurer.


M. Yuan était enseignant à l'école élémentaire de la commune et Mme Mao, infirmière à l'hôpital local. Ils ont eu un fils et vivaient une vie heureuse. Au printemps 2001, ils ont été harcelés toute la journée par des rondes de fonctionnaires du PCC du district de Fangzi, ville de Weifang, province du Shandong. Ils ont été forcés de quitter leur maison. Leur fils allait avoir un an. Ils ont trouvé des petits boulots pour quelques jours à la fois.


Le 5 Novembre 2011, M. Yuan et Mme Mao ont été suivis et arrêtés. Ils ont été enfermés pendant plus de 60 jours dans un endroit inconnu. La famille de M. Yuan a reçu une notification de la branche Kuiwen du département de police de Weifang, signée par Gu Zhiyong. Le couple a été détenu au centre de détention de Weifang le 11 Janvier 2012. Le PCC a refusé leurs droits de visite à la famille et de les laisser se parler. Le 17 Février 2012, la famille a reçu une notification autorisant l'arrestation de M. Yuan et Mme Mao. Elle était datée du 16 février 2012 et signée par Gu Zhiyong.


Les parties responsables de la persécution de M. Yuan et Mme Mao comprennent: la Division de sécurité intérieure du district Kuiwen dans la ville de Weifang, Gu Zhiyong, la Cour du district de Kuiwen, le Président du tribunal Shi Yuhe , le juge Jiang Hao, Zhang Minjie et le clerc Ma Xiaoli, le secrétaire du PCC .


Les antécédents de persécution de M. Yuan et Mme Mao

Au cours du Congrès national du peuple et de la Commission politique consultative du Congrès du peuple en 2000, M. Yuan et beaucoup d'autres pratiquants de Falun Gong ont été emmenés au commissariat et enfermés le soir à la cour judiciaire de la ville. Le premier jour, les pratiquants ont collectivement récité Lunyu . Guo Liguang, assistant secrétaire du PCC de la ville, un homme d'environ 45 ans, a agressivement piétiné le visage de M. Kun avec ses chaussures en cuir, au point de lui déchirer la peau. Il a également donné des coups de pieds à un autre pratiquant de Falun Gong. Ce soir-là environ huit fonctionnaires du parti communiste de la ville ont amenés des matraques en bois et en cuir à la cour judiciaire. Ils ont emmené les pratiquants un par un dans une pièce sombre et les ont battus. Ils ont d'abord fait s'allonger M. Yuan par terre sur le ventre, puis lui ont méchamment demandé: «Allez-vous toujours pratiquer le Falun Gong? Allez-vous continuer à aller à Pékin pour faire appel? »M. Yuan n'a pas fait entendre un son. Ils l'ont maudit et battu. Ils ont pilonné sa cuisse si brutalement qu'il n'était plus capable de se tenir debout. Par la suite, Zhang Mingli, le maire de la ville, un homme d'environ 43 ans, est entré et a dit : «Qui pratique toujours le Falun Gong? Oserez-vous vous lever? »Ces pratiquants qui ont dit "oui" ont été appelés et roués de coups. Il y avait une pratiquante qui n'a pas été capable de se relever après avoir été battue. Le plus pitoyable étaient deux bébés qui étaient si affamés qu'ils n'arrêtaient pas de pleurer. Ils n'ont reçu ni nourriture ni eau pendant quatre jours. Duan Zhaohuang, un fonctionnaire du gouvernement, a menacé: "Ces bébés sont dans un état lamentable. Ils ne vivront pas longtemps. Ces fonctionnaires du PCC ont perdu toute humanité".


Neuf membres de la famille de M. Yuan ont été forcés de quitter la maison le 1er Octobre 2000, et leurs chambres libérées pour que des fonctionnaires de la ville restent dans leur maison. Des représentants de la ville, comprenant Ma Qingping, directeur de la commission économique de la ville, la quarantaine; Liu Jianjun, membre du personnel de la commission économique de la ville, environ 32 ans; Yu Xueyi, le comptable de la ville, dans les 45 ans; Zhang Bingling, la quarantaine , et d'autres personnes, ont surveillé la maison 24 heures sur 24, les femmes pendant la journée et les hommes pendant la nuit.


Les fonctionnaires du PCC ont harcelé la famille de M. Yuan. Ils se sont montrés à plusieurs reprises. Parfois, ils frappaient à la porte au milieu de la nuit, réveillant et effrayant leur enfant et le faisant pleurer. La famille ne connaissait plus de paix. Le 3 mai 2001, durant les vacances de mai, M. Yuan et sa femme venaient de rentrer de la ferme et préparaient le déjeuner. Soudain, deux voitures de police sont arrivées. Environ une douzaine de policiers ont fait irruption et les ont emmenés au commissariat. M. Yuan et son épouse ont ensuite été forcés de quitter leur maison, devenant démunis et sans abri, pour éviter davantage de persécution.


Traduit de l'anglais
Mr. Yuan Kun, His Wife, and Others from Weifang City Secretly Sentenced to Seven and a Half Years in Prison

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.