Les pratiquants de Falun Gong en appellent à l’arrêt immédiat des prélèvements d’organes à vif par le PCC, durant la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies


Le débat annuel de la 67ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies a eu lieu au siège des Nations Unies à New York du 25 septembre au 1er octobre 2012 . Dans les jours qui ont précédé, les pratiquants de Falun Gong sont venus chaque jour sur la place en face des NU. Du 24 au 29 septembre, ils ont tenu des banderoles, fait la démonstration des exercices du Falun Gong, distribué du matériel de clarification des faits aux passants et exposé la collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant, par le Parti communiste chinois (PCC) en Chine. Ils ont exhorté la communauté internationale à prêter attention aux crimes du PCC, à aider à mettre fin aux atrocités et à traduire tous ceux impliqués en justice.


Les pratiquants de Falun Gong exposent les crimes du PCC à l’extérieur des NU à New York

La collecte forcée d’organes et le meurtre de pratiquants de Falun Gong qui s'ensuit, pour de l'argent, sont en train d'être exposés et condamnés par la communauté internationale et par la population chinoise. Lors de l'Assemblée générale des Nations Unies, les pratiquants Newyorkais ont distribué des milliers de copies des rapports détaillés sur les prélèvements d’organes à vif du PCC aux participants. Ils ont déployé d'immenses banderoles en chinois et en anglais avec les messages: “Mettez fin aux prélèvements d'organes à vif”, “Les camps de travail du PCC tuent les pratiquants de Falun Gong pour de l'argent et incinèrent leur corps pour dissimuler les preuves” et “Ces crimes doivent être punis”. Leurs banderoles ont attiré largement les regards et pouvaient être vues de loin.

Le 26 septembre, les Dr Wenyi Wang et Cindy Liu, toutes les deux pratiquantes de Falun Gong et membres de “Médecins contre les prélèvements forcés d'organes (DAFOH) ”, ont remis une lettre d'appel à Mme Susan Rice, ambassadrice des États-Unis auprès des NU. Plus de 23.400 personnes de New York, Philadelphie, Atlanta et d'autres villes métropolitaines ont signé la lettre d'appel.


DAFOH a initié cet appel urgent (voir https://www.dafoh.org/Urgent_Appeal.php pour le texte intégral) il y a à peu près un mois. La lettre exhorte le gouvernement américain à faire pression sur le gouvernement chinois pour qu’il cesse les prélèvements forcés d'organes. Elle appelle également le gouvernement américain à rendre publique toutes les informations fournies par Wang Lijun, l'ex-chef de la police de Chongqing, qui s'est enfui au consulat américain de Chengdu en février 2012.


DAFOH est une eorganisation bénévole composée de médecins de divers pays. Son directeur général, le Dr Torsten Trey, a déclaré : “Nous espérons briser le silence et faire en sorte que les États-Unis cessent d'être un simple observateur. Nous voulons que les Etats-Unis accordent davantage d'attention à la question des prélèvements d'organes. Nous sommes impatients de voir la communauté internationale identifier la nature de cette affaire.”


Selon DAFOH, au moins 60.000 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à des prélèvements d'organes depuis 2000. Leurs organes ont été vendus pour des centaines de milliers de dollars à de riches fonctionnaires chinois ou à des étrangers nécessitant une greffe d'organe. La lettre d'appel exhorte les gens à aider à mettre fin aux prélèvements d'organes et à demander aux NU de prendre note de ces crimes.


Le Dr. Cindy Liu a déclaré : “En moins de cinq semaines, depuis que nous avons commencé l'appel urgent du 21 août, nous avons recueilli plus de 23.400 signatures. Il est évident que les gens veulent connaitre la vérité et voir le PCC arrêter immédiatement la collecte forcée d'organes.”


Bien que signataire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui a été adoptée en 1948, la Chine n'a jamais respecté les droits humains de ses citoyens. Selon le Dr Wenyi Wang leur but de soumettre la lettre d'appel à l'Ambassadrice Rice vise à rappeler aux gens le statut de membre de la Chine, et exhorter le Conseil des droits humains des Nations Unies à faire pression sur la Chine afin qu’elle arrête immédiatement la collecte d'organes. Elle a déclaré “Quand les gens apprendront la vérité, ils vont suivre leur conscience et faire le bon choix. ”


Dans un rapport de 2006, l’avocat des droits humains David Matas et David Kilgour, ancien ministre canadien et procureur de la Couronne, ont indiqué que de 1999 à 2005 plus de 41.000 pratiquants de Falun Gong ont été soumis à des prélèvements d'organes de leur vivant.


Dans son rapport annuel sur les pratiques de droits de l'homme publié en mai de cette année, le Département d'Etat américain a pour la première fois mentionné les prélèvements forcés d’organes par le PCC. Lors d'une audition du Comité de la Chambre sur les affaires étrangères qui s'est tenue le 12 septembre, le membre de la Chambre Dana Rohrabacher a clairement énoncé que le prélèvement d'organes est un crime contre l'humanité et que nous devons faire de notre mieux pour traquer tous les criminels impliqués dans ces atrocités et les traduire en justice.


La Sécurité intérieure des Etats-Unis a également exprimé officiellement ses préoccupations au sujet des prélèvements d'organes. Lorsque des étrangers font une demande de visa pour entrer aux États-Unis, ils doivent maintenant répondre à une question du formulaire demandant s'ils ont été, de quelque façon que ce soit, impliqués dans le prélèvement forcé d'organes.


La même lettre d’appel (https://www.dafoh.org/Urgent_Appeal.php) soumise par les Drs Wang et Liu a également circulé au Congrès demandant la signature des représentants. Sur la pétition on peut lire: “Nous, soussignés, sommes préoccupés par la collecte d'organes contraire à l'éthique sur des pratiquants de Falun Gong en Chine et demandons ce qui suit au gouvernement américain : diffuser publiquement toutes les informations que le Département d'Etat américain détient, à propos des prélèvements forcés d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine, y compris les preuves fournies par Wang Lijun au consulat américain.”

Version chinoise

Traduit de l'anglais :
http://en.minghui.org/html/articles/2012/10/7/135753.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.