La prison pour femmes de Harbin torture brutalement les pratiquantes de Falun Gong

Print
Dans la neuvième division (le troisième peloton)

Depuis que Yang Hua est devenu le chef en 2002, les gardes là ont torturé les pratiquantes de Falun Gong. Afin de forcer les pratiquantes de renoncer à leur croyance, la police a ordonné aux pratiquantes de rester debout et de se plier pendant des nuits, sans avoir plus de 2 heures de sommeil. Pendant l'hiver, les pratiquantes ont été forcées de marcher dehors du matin jusqu'à la nuit. Les gardes battent souvent les pratiquantes avec des matraques de police ou des matraques électriques.

Mme. Zheng Jie, l'ancien chef de cette division, a été récompensée pour avoir persécuté les pratiquantes de Falun Gong. En janvier 2003, elle a été transférée à l'atelier d’emballage, où la torture a augmenté. La police ne donne pas assez de nourriture aux pratiquantes, et punit d'autres détenues qui apportent plus de nourriture aux pratiquantes. Ils battent souvent brutalement les pratiquantes et amènent même des policiers hommes pour battre les pratiquantes.

Le policier Yu Yongcheng maudit les pratiquantes, et il bat leurs seins et les endroits privés. Une fois, la police a tellement battu les pratiquantes que certains des détenues criminelles n'ont plus pu le supporter et elles ont essayé de les arrêter. Cependant, la police n'a pas arrêté, et ils ont même battu les détenues criminelles. Les pratiquantes Dong Limin et Cai Mi sont si gravement blessées qu'elles sont presque mortes.

Zheng Jie a également envoyé les pratiquantes dans des petites cellules et elle a ordonné que les gardes ne leur donnent pas de nourriture et les battent sur leurs endroits intimes. Tout au long de l'hiver, elle a ordonné aux pratiquantes de s'asseoir sur le sol de ciment pendant des jours entiers. La pratiquante Guo Songmei de Jixi a été cruellement torturée. Elle a été enfermée dans une petite cellule avec ses mains menottées derrière son dos et ses pieds enchaînés. Ils l'ont torturée avec la chaise en fer et l'alimentation forcée. Son corps entier était devenu enflé. Ses poumons ont été sévèrement endommagés par l’alimentation forcée continuelle. Elle a été renvoyée à la maison le 6 mars 2003 et est morte peu de temps après.

Dans la huitième division (le premier peloton)

Depuis avril 2003, tous les pratiquantes dans la prison sont en grève de la faim pour protester de la persécution. La police a commencé à torturer brutalement les pratiquantes. Ils ont suspendu les pratiquantes aux têtes de leurs lits 24 heures sur 24. Les jambes et les pieds des pratiquantes ont enflé au point qu'elles sentaient qu’ils allaient éclater. Huang Jin, la sous-chef de cette division, a fouetté les pratiquantes avec des chaînes et donné des coups de pied dans leur bas-ventre. Après avoir suspendu les pratiquantes pendant plus de 10 jours, ils les ont envoyées dans de petites cellules pour augmenter la torture. Ils ont laissé les détenues battre les pratiquantes. Souvent, plusieurs détenues battent une pratiquante.

En juillet 2003, les pratiquantes ont commencé à faire des exercices en groupe. La police a immédiatement fermé les portes et les fenêtres et a appelé la police armée pour les battre. Ils ont envoyé 15 pratiquantes dans des petites cellules.

Le 1er septembre 2003, la prison a transféré Zheng Jie à cette division. Elle a commencé à torturer les pratiquantes de Falun Gong en masse le 3 septembre. La police a mis plus de 50 pratiquantes dans le couloir, entre les portes des cellules des prisonniers hommes et les a forcées à faire des "exercices intensifs." Ils ont forcé les pratiquantes à courir constamment, à sauter comme des grenouilles, rester sur un pied, ou faire "l’avion."1 Ils ont donné des coups de poing, des coups de pied, et ont suspendu les pratiquantes qui ne pouvaient pas faire les exercices. La police a ordonné aux détenus de battre les pratiquantes. La nuit, la police a ramené les pratiquantes à leurs cellules mais ils ont continué à les torturer en les attachant avec des cordes, les mettant les unes contre les autres, et en les privant de sommeil. Ils ont battu les pratiquantes qui s'endormaient. Des pratiquantes, parmi lesquelles Zhang Yanfang, ont eu des hémorragies internes causées par les coups, ce qui n'a pas empêché la police de continuer.

La torture dans cette division continue depuis plus d’un mois et est devenue très sérieuse. La police amène toujours environ 20 pratiquantes à la prison pour hommes pour faire des "exercices." Quelques pratiquantes sont torturées dans les ateliers et les petites cellules, et certaines sont accrochées par leurs poignets dans les dortoirs.

Dans le "peloton de formation"

Ce peloton était pour les pratiquantes nouvellement arrivées. L'année dernière, la police a enfermé les nouveaux arrivants au troisième étage pour les soumettre à un lavage de cerveau. La police du peloton de formation, le personnel du "bureau 610,"2 et les chefs de division ont pris des tours pour attaquer les pratiquantes. Le "bureau 610" a employé diverses méthodes, les coups, les insultes, les privations de sommeil, menotter par derrière, et toutes les autres punitions physiques. Ils ont essayé de geler les pratiquantes dehors pendant l'hiver et les ont privées de sommeil. Ils ont violemment réprimé toutes les protestations pacifiques des pratiquantes. Le chef du peloton, Lv, a une fois dirigé plusieurs membres pour battre les pratiquantes. Ils ont frappé les pratiquantes à terre et mis le pied sur le visage des pratiquantes. Lv a aussi frotté ses chaussures sur la bouche des pratiquantes.

Ce peloton emploie maintenant la même torture que le premier peloton. Autour du 20 septembre 2003, la police a amené les pratiquantes à un bâtiment de chaufferie à l’extérieur et ils ont commencé les "exercices intensifs." La police a commandé aux détenues, y compris Hou Yuchen, de battre les pratiquantes qui ne pouvaient pas courir. Le corps des pratiquantes étaient couverts de blessures.

Le 27 septembre, la police a menotté par derrière plus d’une dizaine de pratiquantes et les a faits plier en avant, tout en se tenant debout. Nous ne pouvons pas imaginer comment la police les torture une fois de retour aux dortoirs.

Dans la septième division

Une fois, les pratiquantes ont pratiqué des exercices de groupe. Plus de 30 gardes de police sont venus et les ont brutalement battues. Les pratiquantes ont saigné de la bouche et du nez. Les gardes ont tiré les pratiquantes des couchettes supérieures directement à terre. Les pratiquantes pouvaient à peine respirer suite au choc, pourtant elles ont continué à être torturées.

Dans la première division

La police a brutalement battu les pratiquantes qui faisaient les exercises. Le chef du peloton, Xia, a commandé à plusieurs détenues criminelles d’appeler les pratiquantes une par une, et elles les ont emmenées à l'atelier électrique où elles ont couvert les yeux des pratiquantes, ont collé du ruban adhésif à leur bouche, menotté leurs mains derrière leur dos, puis les ont battues à coups de pied et avec les matraques électriques. C'est contre la loi de permettre aux détenus d'employer des menottes et des matraques électriques.

Les tortures les plus cruelles sont dans les petites cellules

La police applique beaucoup de tortures dans les petites cellules, comme menotter par derrière, des chaînes fixées au mur, des chaînes de fer, et des chaises de fer. Parfois, les pratiquantes ont été menottées pendant des mois. Elles ont été menottées par derrière et ancrées à la terre avec des chaînes de sorte qu'elles ne puissent se coucher. Elles ont dû constamment rester assises jusqu'à ce que la peau des fesses saigne. Chaque jour, la police fournit seulement deux bols de potage de maïs. La police alimente de force les pratiquantes si elles refusent de boire du potage, pourtant, on ne permet pas aux pratiquantes d'aller aux toilettes. Pendant l'hiver, les pratiquantes n'ont le droit de porter qu’une couche de vêtements minces et elles sont forcées de s’asseoir sur le plancher du lit ou sur la chaise en fer avec les menottes et les fers de jambe. Elles peuvent à peine marcher une fois finalement libérées des menottes.

La police alimente de force les pratiquantes dès qu'elles refusent de manger. La police emploie des méthodes très brutales et ne s'arrête pas même lorsque les pratiquantes vomissent du sang. Ils utilisent un instrument pour garder la bouche du pratiquant grande ouverte, et le laissent ainsi 24 heures sur 24. Ils ont aussi alimenté de force les pratiquantes avec de l'alcool et quelques drogues inconnues.

Ils privent de droit de visite les pratiquantes et bloquent tous les appels téléphoniques et les lettres. Au début, la prison a refusé d'accepter quelques pratiquantes. Mais les centres de détention ont corrompu la prison. Parfois la prison prend 3.000 Yuan3 afin d'accepter une pratiquante. Quand il y a un inspection, la prison cache les pratiquantes de Falun Gong.

Les personnes responsables des tortures

Directeur du prison, Wang Xing: 86-459-6359454
Vice-directeur, Zhu Shuhua (femme): 86-459-6359322
Le chef de la huitième division, Zheng Jie (femme): 86-459-6358314 (note: Zhu Shuhua et Zheng Jie sont les plus actives dans la torture des pratiquantes de Falun Gong.)
Dans la septième division: (12 personnes) le chef est Kang (x)qin; le sous-chef est Cui Yan qui a insulté et battu les pratiquantes, et a commandé les détenues de traiter les pratiquantes "amèrement"; Wu Xuesong a battu et commandé les détenues de torturer les pratiquantes, comprenant des coups de pied et des gifles; Shi Ying, Lei Lei, Lv Hua, et Lan Hong ont tous battu les pratiquantes; d'autres incluent le cadre Yuan, le cadre Jiang, Jiang Wei, Lin Jia, et Yuan Min.
Dans le deuxième peloton: Hou Xueping, Sun Rui, Cui Hongmei, Lv Cuijun, Ming Tianying, Sun Jian, Liu Yan, Liu Dan, Deng Yu, Lu Min, Lu Heng, Zhu Beibei, Wang Weiguang, Huang Jian, and Xia.
Dans le quatrième peloton: Tao Shuhua, les chefs de section Yang Libin et Xiao Lin.
Dans le "peloton de formation:" Hu Shu.
Heilongjiang Province Female Prison's address: Xuefu Lu, Nangang District, zip code 150069.

1 "l’avion" dans cette torture, la tête est pliée vers le bas jusqu'à ce qu'elle ne puisse pas descendre, alors que les mains sont tirées vers le point le plus haut possible. Les hanches doivent rester droites.

2 le " bureau 610" est une agence créée spécifiquement pour persécuter le Falun Gong; il dispose d'un pouvoir absolu sur chaque niveau de l’administration du Parti et tous les autres systèmes politiques et judiciaires

3 Yuan est la devise chinoise. Le salaire mensuel moyen d'un ouvrier urbain en Chine est 500 Yuan.

Traduit de l'anglais:
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2003/11/5/41976p.html

Version chinoise disponible à l'adresse:
http://www.minghui.org/mh/articles/2003/10/23/59348.html

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.